Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Inspection préachat : l’importance de se protéger

31 mai 2019 par Banque Nationale
Inspection préachat

Une inspection préachat est indispensable pour conclure sereinement l’achat de votre propriété. Voici six éléments à considérer. 

1. Mieux connaître la propriété

Avant d’acheter un condo ou une maison, vous souhaitez savoir à quoi vous attendre. Est-ce qu’il faudra prévoir des travaux de toiture rapidement? Est-ce l’électricité doit être refaite? Comme tous ces travaux de rénovation sont dispendieux, il est préférable de connaître ces réalités.

Une inspection préachat peut aussi attirer l’attention sur certains éléments de la maison qui mériteraient d’être fouillés davantage. Y a-t-il une odeur d’humidité au sous-sol? Si oui, est-elle due à un problème lié aux fondations? C’est le genre de pistes que vous voudrez explorer de près avant de prendre une décision finale d’achat.

De ce fait, l’inspecteur préachat est un atout précieux dont l’expertise est cruciale. Comme il n’a aucun intérêt dans la transaction, il présente les choses telles qu’elles sont, et pourra suggérer des inspections supplémentaires en cas de doute.

Une inspection préachat vous permet de mieux connaître la propriété, de vous assurer de la justesse du prix convenu, et de prévoir les travaux à effectuer en priorité.

2. Obtenir un rapport d’inspection

Si vous assistez à l’inspection, vous aurez une bonne idée de la condition de la propriété et des éléments qui pourraient poser un problème. Le rapport d’inspection demeure cependant un élément incontournable pour prendre une décision d’achat éclairée.

Vous y trouverez des photos et des détails sur les différents éléments de la propriété : structure, terrain, revêtement, portes et fenêtres, toiture, plomberie, chauffage, climatisation, ventilation, intérieur, etc. Si un élément a été impossible à inspecter, par exemple parce qu’il se trouve derrière un revêtement, ou enfoui dans la neige, le rapport le mentionnera.

Vous trouverez aussi dans le rapport des commentaires mettant en lumière les défauts qui nécessitent des travaux urgents, majeurs, ou des expertises approfondies. En plus de vous permettre d’avoir tous les détails en main pour vous faire une opinion éclairée sur la qualité du bâtiment, vous pourrez vous référer au rapport une fois la propriété achetée pour vous aider à décider quels travaux réaliser en priorité.

3. Envisager les vices cachés 

L’inspection préachat ne vous protège pas pour autant contre tout risque de vice caché.

« Un vice caché est par définition caché, donc latent, et ses indices difficilement visibles, jusqu’à ce que les problèmes commencent et qu’il se dénonce par lui-même », explique Gérald Smith, président d’Experts Immobiliers Smith & Associés et ex-président de l’Association nationale des inspecteurs et experts en bâtiments.

Cela sous-entend qu’un examen visuel attentif du bâtiment ne permet pas de trouver un vice qui serait caché. Mais, en analysant la propriété sous toutes ses coutures et en établissant l’état physique de ses systèmes et de leurs composantes, l’inspection préachat permet de limiter les risques lorsque vient le moment de signer une offre d’achat.

4. Bien choisir son inspecteur 

Pour vous faire une bonne idée de l’état réel de la propriété, vous avez avantage à prendre le temps de bien choisir votre inspecteur.

D’abord, même s’il n’existe aucune formation obligatoire pour devenir inspecteur en bâtiment, l’Association des inspecteurs en bâtiments du Québec (AIBQ) vérifie les compétences de ses membres. Elle les oblige à suivre une formation continue et à détenir une assurance responsabilité pour les erreurs et omissions. Il pourrait aussi être intéressant de faire affaire avec un inspecteur membre d’un ordre professionnel pertinent, comme celui des architectes, des ingénieurs ou des technologues. En effet, les ordres professionnels ont la mission de protéger le public.

L’objectif ultime est de trouver la personne la mieux qualifiée pour relever les problèmes de la propriété et déceler les indices de vices cachés potentiels.

5. Insérer le rapport à la promesse d’achat 

Non seulement est-il préférable de procéder à une inspection, mais il faut aussi lier le rapport d’inspection à la promesse d’achat. Généralement, la promesse d’achat prévoit un délai de 7 à 10 jours pour réaliser l’inspection et lire le rapport.

La promesse d’achat précise aussi que les constats de l’inspection devront satisfaire l’acheteur. Cette mention signifie que, comme acheteur, vous pourriez vous dégager de l’obligation d’acheter la propriété si le résultat de l’inspection ne vous satisfait pas. Ou encore, que les résultats de l’inspection pourraient vous permettre de renégocier le prix à la baisse.

6. Prévoir le coût de l’inspection préachat

Le coût de l’inspection préachat dépend de différents éléments comme la localisation géographique de la propriété, sa taille bien sûr, mais surtout, le type de propriété.

Généralement, pour une maison unifamiliale dans la grande région de Montréal, attendez-vous à payer au moins 500 $ pour une inspection en bonne et due forme. Le montant peut être un peu moins élevé dans d’autres régions du Québec.

Si vous souhaitez acheter un duplex ou un triplex, attendez-vous à devoir débourser quelques centaines de dollars de plus. Et, à l’inverse, si vous avez dans la mire un condominium où l’inspecteur regardera uniquement votre partie privative, le montant à payer sera moindre. Le coût de l’inspection peut aussi varier selon l’âge du bâtiment.

Toutefois, comme une inspection bien réalisée pourrait vous permettre d’éviter de mauvaises surprises, parfois très coûteuses, vous avez intérêt à considérer en priorité la compétence de l’inspecteur plutôt que la possibilité d’économiser quelques dizaines de dollars.

L’achat d’une propriété est une aventure excitante, mais pour éviter les mauvaises surprises, vous avez intérêt à prendre le temps nécessaire pour mener une inspection préachat complète et fiable. Un inspecteur compétent est la clef pour obtenir un rapport détaillé, et la condition pour prendre une décision éclairée. 

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories