Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Mode d’emploi pour renouveler son hypothèque avant l’échéance

06 mai 2018 par Banque Nationale
end of term mortgage renewal useful tips

S’il est vrai que contracter un prêt pour acheter une propriété est un moment important dans une vie, le renouvellement d’une hypothèque devrait l’être tout autant. Découvrez comment vous y prendre à l’avance afin d’en tirer profit.

Si vous achetez une propriété avec une période d’amortissement de 25 ans et des termes de 5 ans, cela signifie que vous aurez seulement quatre occasions de rediscuter de vos besoins avec un conseiller, soit lors de chacune des périodes de renouvellement hypothécaire.

« Alors que vous passerez à travers différents cycles dans votre vie, il est particulièrement important de profiter des périodes entre les termes pour regarder les diverses avenues possibles », croit Louis-Philippe Ménard, directeur produit, solution financement particulier à la Banque Nationale. Profitez de ces périodes charnières pour évaluer les différentes options qui s’offrent à vous avant de renouveler votre prêt hypothécaire.

1 Planifiez en amont le moment du renouvellement

Prévoyez le moment où votre prêt hypothécaire viendra à échéance. Votre institution financière devrait vous prévenir 90 jours à l’avance. Elle devrait aussi vous présenter quelques options.

« Trois mois vous laissent amplement le temps d’entrer en contact avec un conseiller et de discuter avec lui de vos besoins et de vos différentes opportunités, affirme Louis-Philippe Ménard. Et, même si vous êtes à un mois du renouvellement, il n’est pas trop tard et ça vaut la peine de vous questionner sur votre stratégie. »

2 Réfléchissez à vos besoins

Vous devriez d’abord prendre le temps de réfléchir à votre vie et à vos projets pour trouver la meilleure formule de remboursement en fonction de l’avenir.

Avez-vous besoin de diminuer vos versements parce que vous aurez énormément de frais de scolarité à payer pour vos enfants dans les prochaines années? Ou parce que vous souhaitez investir davantage dans vos placements? Pensez-vous acheter une résidence secondaire? Ou terminer de payer votre hypothèque le plus rapidement possible? La fréquence des paiements, la durée du terme ainsi que le type de taux, qu’il soit fixe ou variable, sont tous des facteurs à prendre en considération pour établir votre stratégie de remboursement.

Par exemple, si vous êtes capable de payer un peu plus que votre paiement mensuel, vous pourriez décider d’opter pour le paiement bimensuel accéléré. Comme il y a 52 semaines par année, vous pourriez faire 26 paiements de 500 $ au lieu de 12 paiements de 1 000 $, ce qui équivaut à un mois de plus payé chaque année. Cette méthode réduit votre période d’amortissement et, du même coup, les intérêts à payer.

« Le renouvellement de l’hypothèque est vraiment le moment de vous poser toutes ces questions et de discuter avec un conseiller, affirme Louis-Philippe Ménard. L’objectif est de voir si la stratégie originalement adoptée est toujours pertinente, ou s’il vaut mieux la redéfinir et moduler le remboursement en conséquence. »

3 Considérez le taux fixe et le taux variable

Les taux d’intérêt suivent une pente ascendante depuis 2017, ce qui influence les taux hypothécaires offerts. Lorsque la Banque du Canada hausse son taux directeur, normalement, les institutions financières haussent aussi leur taux préférentiel, lequel sert de référence pour négocier les hypothèques à taux variable.

« Les taux variables suivent d’assez près les fluctuations du taux préférentiel, confirme Louis-Philippe Ménard. Il est certain que le contexte économique peut avoir un impact sur votre choix final. Le taux variable peut demeurer très intéressant si votre situation financière vous permet d’absorber une certaine variabilité et que vous souhaitez maximiser votre remboursement en capital. »

Quant au taux fixe, il offre une tranquillité d’esprit, mais elle vient avec un coût. C’est-à-dire que les taux fixes s’avèrent généralement plus élevés que les taux variables.

Vous avez toujours eu un taux fixe et cela s’est bien passé, donc devriez-vous continuer sur cette avenue?

« Si vous vous demandez si le produit que vous avez choisi il y a 10 ans est encore le bon, il y a de fortes chances que la réponse soit non, affirme l’expert. Avec les années, votre situation financière change. Généralement, elle s’améliore. Le produit qui se devait d’être rassurant pour votre première hypothèque n’est fort probablement plus celui qui est le plus intéressant pour vous plusieurs années plus tard. »

4 Regardez les offres sur le marché

Avant de discuter avec un conseiller, il est aussi important de prendre un peu de temps pour regarder les produits sur le marché et les détails des promotions offertes afin de bien comprendre ce qu’elles impliquent.

« Les promotions sont souvent intéressantes, mais elles visent un public très large, affirme Louis-Philippe Ménard. Or, tout le monde a des besoins différents. S’engager pour un nouveau terme, de cinq ans par exemple, ce n’est pas rien. Il ne faut pas que la promotion dicte votre choix. Il faut d’abord vous assurer que le produit répond à vos besoins. »

5 Découvrez des produits personnalisés

En discutant avec un conseiller, vous aurez la chance de découvrir une foule d’options possibles, bien au-delà du taux fixe sur cinq ans et du taux variable.

« Il y a plusieurs produits moins connus du grand public, affirme l’expert. En fait, je dirais que le prêt hypothécaire peut pratiquement être modulé pour chaque client, selon ses besoins. »

Vous pourriez donc avoir un taux fixe pour la moitié de votre prêt et un taux variable pour l’autre moitié afin de profiter des avantages des deux types de produits.

« Vous pouvez même aller jusqu’à séparer votre hypothèque en trois portions – une variable, une fixe sur cinq ans et une fixe sur un an – parce que vous avez fait un refinancement par le passé pour acheter un bateau que vous terminerez de payer dans un an, par exemple », explique Louis-Philippe Ménard.

6 Envisagez la marge de crédit hypothécaire

Le renouvellement de votre hypothèque est aussi un bon moment pour vous demander si vous avez besoin d’une marge de crédit hypothécaire.

« Vous pourriez utiliser le montant payé en capital sur votre propriété pour prendre une marge et financer un projet, comme des rénovations ou l’achat d’une résidence secondaire, affirme Louis-Philippe Ménard. Cela devrait faire partie de vos discussions avec le conseiller. »

Normalement, une marge de crédit hypothécaire fonctionne selon le principe de l’utilisateur-payeur : votre banque met à votre disposition un montant avec un taux d’intérêt comparable à celui de votre hypothèque. Lorsque vous en avez besoin, vous l’utilisez et c’est à ce moment-là que des intérêts commencent à être facturés.

« Vous pouvez aussi voir la marge comme une sécurité, comme un accès à des liquidités en cas de besoin », ajoute Louis-Philippe Ménard.

En somme, le renouvellement de l’hypothèque représente un moment crucial et vous avez tout intérêt à en profiter pour réfléchir à vos besoins et discuter avec un conseiller afin d’évaluer les différentes options qui s’offrent à vous. Ainsi, vous pourrez vraiment faire le choix le plus avantageux et favoriser la réalisation de vos projets.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories