Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

10 conseils pour rénover votre cuisine à moindre coût

16 septembre 2013 par Banque Nationale
DefaultArticleImageAltText

Une rénovation mineure de sa cuisine peut facilement coûter près de 20 000 $. Augmentez l’ampleur des travaux et la facture peut grimper à 50 000 ou même 100 000 $.

Heureusement, il est possible d’obtenir une belle cuisine à moindre coût, en suivant un ou plusieurs des 10 conseils suivants.

1. Fixez-vous des objectifs et un budget

La première étape est de vous fixer des paramètres. D’abord, quel résultat attendez-vous de votre projet de rénovation ? La disposition de votre cuisine actuelle présente-t-elle des inconvénients auxquels vous voulez remédier ? Ou est-ce seulement une question de look ? Dans le dernier cas, une rénovation complète ne sera peut-être pas nécessaire. Un coup de pinceau ou de nouvelles portes d’armoires combleront peut-être une bonne partie de vos attentes.

Ensuite, fixez-vous une limite budgétaire – un véritable plafond que vous ne voulez pas dépasser. Écrivez ce montant ainsi que les buts de votre projet. Identifiez, d’une part, vos objectifs prioritaires puis, d’autre part, vos souhaits. Une fois ces paramètres déterminés, vous pourrez vous y référer avant de vous laisser emporter par des coups de cœur qui forceraient des dépassements de coûts.

2. Résistez à la tentation d’agrandir

Si vous n’avez pas véritablement besoin d’une cuisine plus grande, contentez-vous de la surface qu’elle occupe déjà. Parfois, optimiser l’espace existant et augmenter la capacité de rangement peut donner une impression de grandeur. Gardez en tête qu’agrandir une cuisine coûte cher. À titre d’exemple, ajouter 5 pieds carrés à une pièce de 10 pieds par 10 peut facilement faire grimper la facture de 4 000 $ s’il faut déplacer des murs, refaire le plancher, revoir la disposition des cabinets d’armoires, ajouter des prises électriques, etc.

3. Faites appel à un designer ou à un cuisiniste

Si vous envisagez de refaire votre cuisine en entier, l’aide d’un spécialiste vous sera précieuse. Ses recommandations établies en fonction de votre budget et des plans détaillés vous éviteront de commettre des erreurs fâcheuses. Il est préférable d’investir un peu d’argent au moment de la conception plutôt que de se retrouver, après coup, avec une cuisine qui ne vous convient pas. N’essayez pas de tout faire seul.

Cela dit, si vous avez déjà fait un choix de fournisseur pour votre mobilier de cuisine, le cuisiniste pourra dresser lui-même les plans, sans frais pour vous, tant que vous vous engagez à acheter tous vos meubles chez lui.

4. Occupez-vous de la démolition

Même sans expérience, vous êtes sans doute en mesure d’effectuer vous-même les travaux de démolition requis. Vous pourrez ainsi récupérer certains éléments, comme l’évier ou les comptoirs, que vous pourrez ensuite mettre en vente sur des sites comme Kijiji, LesPac, etc. Toutefois, demandez l’avis d’un professionnel avant d’entreprendre ce type de travaux pour prévenir des dommages à la structure, au circuit électrique et à la plomberie.

5. Surveillez les soldes d’électroménagers

Les électroménagers représentent une partie importante de votre budget. Des applications comme Reebee vous permettent de recevoir les circulaires de plusieurs détaillants directement sur votre téléphone intelligent et de comparer les prix de ceux-ci pour acheter au bon moment, au bon endroit. Gardez l’œil ouvert, vous pourriez économiser considérablement !

6. Contentez-vous de matériaux standard

La mélamine a bien changé depuis les années 80. Elle est désormais offerte dans une grande variété d’apparences. Vous en trouverez, par exemple, qui imite le grain du bois à la perfection, tout en offrant un entretien facile. Le stratifié, proche cousin de la mélamine, offre également de nombreuses options pour un comptoir. Au sol, le vinyle et le linoléum restent des valeurs sûres.

Ces matériaux sont moins chers que le granit, le quartz, le bois, la céramique ou le liège. Ils sont aussi, pour la plupart, moins fragiles.

7. Profitez des subventions

Plusieurs programmes gouvernementaux et des fournisseurs d’énergie offrent une aide financière à la réalisation de certains travaux. Votre projet pourrait-il bénéficier d’un de ces programmes ? Informez-vous sur les principales subventions disponibles pour des rénovations.

8. Personnalisez à moindre coût

Le sur-mesure, c’est beau, mais dispendieux. En modifiant des caissons ou des portes d’armoire achetés dans des magasins à grande surface, vous pourrez donner l’impression que ceux-ci ont été fabriqués spécialement pour votre cuisine. Un menuisier ou un ébéniste peut les personnaliser à votre convenance.

9. Choisissez soigneusement l’entrepreneur

Le coût de la main-d’œuvre constituera une partie significative de vos dépenses. N’hésitez pas à solliciter plusieurs entrepreneurs pour comparer leurs propositions. Vous pourriez le faire par le biais d’un service de recommandations comme Réno-Assistance. Assurez-vous de demander des références et de jeter un coup d’œil aux projets antérieurs réalisés par l’entrepreneur.

Une fois votre choix arrêté, n’ayez pas peur de négocier avec celui que vous souhaitez engager avant de lui confirmer votre choix. Si vous êtes flexible quant à l’échéancier des travaux, trouvez un moment moins occupé pour l’entrepreneur, pour obtenir un meilleur prix.

10. Ne changez pas d’idée une fois le chantier lancé

Interrompre des travaux parce que vous souhaitez réévaluer certaines de vos décisions peut faire grimper la facture. Voilà pourquoi il essentiel de bien réfléchir à tous les aspects du projet avant de vous lancer !

Quel budget prévoir pour un projet de cuisine?

Des dizaines de paramètres entrent en jeu lorsque vient le temps d’évaluer le coût d’un projet de rénovation : les matériaux, la préparation de l’espace, les dimensions de la nouvelle cuisine, les électroménagers, les armoires, etc. Un vrai casse-tête.

Cela dit, si vous rénovez votre cuisine en partie pour accroître la valeur de revente de votre propriété, il vous faut au moins récupérer votre investissement. Les propriétaires plongent parfois tête première dans des rénovations trop ambitieuses, espérant faire exploser la valeur de leur maison. C’est une erreur. Retenez ceci au moment de faire votre budget de rénovation : le facteur le plus déterminant lorsque vient le temps d’évaluer la valeur d’une propriété est son emplacement.

Avant d’être attirés par une maison en particulier, les futurs acheteurs recherchent un quartier, des services de proximité, une certaine qualité de vie. Ils s’attendent aussi à payer leur propriété à un prix comparable à la valeur des maisons du voisinage. Sachant cela, un propriétaire qui investit 50 000 $ pour ajouter une cuisine de luxe à un bungalow évalué à 200 000 $ ne doit pas s’attendre à récupérer cette somme le jour où il souhaitera vendre sa demeure.

Si vous cherchez à maximiser le rendement de votre investissement dans la nouvelle cuisine, évitez d’en faire trop. Ne vous lancez pas dans des rénovations qui pourraient sembler disproportionnées par rapport à la maison et au quartier. Généralement, un montant qui représente entre 6 et 10 % de la valeur de la maison peut être alloué au projet. Ainsi, le propriétaire d’une maison évaluée à 300 000 $ devrait prévoir un budget n’excédant pas 30 000 $ pour ses travaux. Selon différents experts, on peut espérer récupérer entre 75 et 100 % des dépenses investies dans une cuisine au moment de la revente.

Pour vous aider à financer votre projet, la Banque Nationale vous propose une marge de crédit rénovationqui vous permet de retarder jusqu’à un an le déboursé du montant de vos travaux. Planifiez adéquatement votre projet en prenant soin de bien vous entourer. Bientôt, vous pourrez faire de succulents plats dans votre nouvelle cuisine… sans l’arrière-goût d’une facture trop salée!

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories