Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment faire un budget pour l’achat d’une première maison

15 mars 2019 par Banque Nationale
Comment faire un budget pour l’achat d’une première maison

Pour acheter une première propriété, il faut prévoir beaucoup plus qu’une mise de fonds. Chaque étape du processus d'achat requiert un budget bien particulier, tandis que gérer la transition entre ces différents budgets demande une vision d’ensemble du processus. De la première épargne jusqu’à ce que vous posiez le pied dans votre nouvelle demeure, voici quelques conseils qui vous permettront de planifier vos finances et d’éviter les surprises.

Étape 1 : l’épargne

Pour vous encourager à épargner, il est important de vous fixer un objectif réaliste en fonction de vos revenus actuels. Une rencontre avec un conseiller hypothécaire vous aidera à calculer le coût réel d’une propriété et à vous faire une tête sur les exigences du processus d’achat.

Par exemple, un conseiller hypothécaire vérifiera votre cote de crédit au début du processus, vous expliquera ce qui l’affecte et vous donnera des conseils pour l’améliorer. Le conseiller peut aussi vous aider à établir une stratégie d’épargne et vous informer à propos des frais à prendre en considération, comme la taxe de bienvenue et les frais de déménagement. Il est primordial d’être bien entouré dès le départ pour éviter les mauvaises surprises.

Étape 2 : la mise de fonds

Pour acheter une propriété, il est recommandé de disposer d’au minimum 6,5 % de sa valeur. Ceci inclut au moins 5 % pour la mise de fonds, tel qu’exigé par les instances réglementaires, et 1,5 % pour les frais de démarrage. Ces frais couvrent, entre autres, les frais de notaire et la prime pour obtenir une assurance prêt hypothécaire, si votre mise de fonds est inférieure à 20 % du prix de la propriété.

Pour bien budgéter votre mise de fonds, il est conseillé d’obtenir une préautorisation hypothécaire qui vous garantira le montant maximal d’emprunt auquel vous aurez accès. Avec cette information, vous serez en mesure de calculer le montant qu’il vous faudra avoir épargné pour la mise de fonds avant de vous lancer dans les visites libres.

Étape 3 : les visites

Maintenant que vous avez épargné suffisamment pour une mise de fonds et que vous avez une préautorisation hypothécaire en main, il est temps de commencer les visites. Une fois sur le terrain, assurez-vous de bien vous informer quant aux frais reliés à la propriété, comme les taxes municipales ou encore les frais de condos, si applicables.

Ces frais varient selon le type de propriété et ils peuvent parfois faire monter le coût mensuel de votre nouvelle demeure de façon significative. Par exemple, les frais de copropriété dans la région métropolitaine de Montréal s’élèvent à 198 $ par mois, en moyenne. Le montant des dépenses mensuelles liées à votre nouvelle habitation devrait idéalement vous permettre de continuer d’épargner pour d’autres projets tout en vous permettant d’avoir le même style de vie.

Étape 4 : l’achat

Ça y est : vous venez de faire une offre pour votre maison de rêve. Pensez à mettre une clause d’ inspection dans l’offre d’achat. Est-ce que tout est en règle? La maison cache-t-elle des vices? Une inspection vous aiguillera sur les travaux potentiels à réaliser en tant que propriétaire.

L’inspection préachat coûte en moyenne entre 450 $ et 550 $ selon le type de propriété et son année de construction. Il vous faudra tenir compte de ces frais dans votre budget.

Une fois l’inspection réalisée et toutes les clauses de l’offre d’achat réglées, ce sera le moment de passer chez le notaire. Pour cette étape, il est recommandé de budgéter environ 1 000 $. À noter que ces frais varient selon la complexité du dossier et le type de propriété en question. Si vous avez bien suivi les conseils lors de la deuxième phase du processus, les frais reliés à cette étape seront déjà prévus.

De plus, si le vendeur a payé ses taxes municipales ou scolaires pour l’année entière, vous devrez lui rembourser le montant qui couvre la période de l’année où vous serez propriétaire.

Étape 5 : bienvenue chez vous

Vous avez maintenant les clés de la maison et il est temps de vous lancer dans vos projets de déco. Il ne reste qu’à payer la fameuse « taxe de bienvenue », officiellement appelée « taxe de mutation ». Ce montant se paie une fois et il est calculé au prorata du montant le plus élevé entre l’évaluation municipale et le prix d’achat. À titre d’exemple, pour une propriété d’une valeur de 300 000 $, la taxe de mutation s’élève à environ 3 000 $ dans la région de Montréal.

À cela s’ajoute un compte de taxes municipales et scolaires à payer chaque année. Le taux de la taxe scolaire est déterminé annuellement par la commission scolaire qui dessert le territoire et elle est payée par tous les propriétaires, même ceux qui n’ont pas d’enfants en âge de fréquenter l’école. Pour une propriété montréalaise d’une valeur de 300 000 $, la taxe scolaire pour l’année 2018-2019 serait d’environ 490 $.

Pour ce qui est des taxes municipales, les taux varient selon l’arrondissement où vous achetez. Il faut toutefois prévoir entre 0.5 % et 1 % de la valeur marchande de votre propriété, telle que déterminée par l’évaluation municipale, pour payer le compte de taxes annuel.

Et pour la suite des choses, assurez-vous de toujours avoir un petit coussin financier pour pouvoir entretenir votre propriété sans sourciller.

L’achat d’une première maison constitue une étape importante dans une vie. Et ça vaut la peine de prendre le temps nécessaire pour planifier vos finances tout au long du processus. Si vous êtes capable de vous projeter dans chacune de ces étapes sans stress, c’est que vous êtes prêt à devenir propriétaire.

Dans le doute, n’hésitez pas à faire appel à des experts, car avec les bons outils et conseils, tout va mieux.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags:

Catégories

Catégories