Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Taux fixe ou variable : une question de mensualité d'hypothèque

09 novembre 2011 par Banque Nationale
Fixed or variable rate

Après la question du terme ouvert ou fermé, vient inévitablement celle du taux fixe ou variable. Lequel est le plus approprié pour votre situation?

Lorsque vient le temps de choisir votre type de terme hypothécaire, divers éléments sont à prendre en compte. Vos moyens financiers, votre tolérance au risque, le contexte économique sont autant de facteurs à considérer. Pour démêler le tout et prendre la meilleure décision possible, voici quelques informations qui vous permettront de faire un choix éclairé pour votre type de prêt hypothécaire.

Taux fixe versus taux variable : lequel est le plus bas?

Règle générale, les prêts hypothécaires à taux variable sont souvent plus bas que les taux fixes. Pour comprendre cette différence, il faut se pencher sur la manière dont est calculé le pourcentage de ce type de taux. En fait, le taux d’intérêt variable d’une institution financière correspond à son taux préférentiel. Ce dernier est établi à partir du taux du financement à un jour de la Banque du Canada. À ce taux s’ajoute un pourcentage d’intérêt supplémentaire qui permet d'obtenir le taux variable.

Si, comme pour le taux fixe, le montant des remboursements mensuels reste la plupart du temps le même, le ratio d’intérêts et de capital sera cependant sujet aux fluctuations du marché. Il existe aussi certains types de prêts hypothécaires à taux variable dont les mensualités peuvent varier selon l’évolution des taux d’intérêt du marché. Quant au taux fixe, vous serez toujours assuré d’avoir le même montant dédié au remboursement du capital, peu importe les aléas du marché.

Qu’est-ce qui crée les variations des taux hypothécaires?

Les taux d’intérêt sur prêt hypothécaire fluctuent selon le taux directeur émis par la Banque du Canada. Le taux directeur représente le taux cible du financement à un jour selon lequel la majorité des institutions financières se prêtent de l’argent entre elles, durant une journée. À huit reprises au cours de l’année, la Banque du Canada indique si elle compte hausser, diminuer ou maintenir son taux directeur.

À la suite d’une hausse, les taux hypothécaires des institutions financières augmentent généralement, bien que ce ne soit pas toujours le cas. Si cela n’a que peu d’incidence avant la fin du terme pour un prêt hypothécaire à taux fixe, les détenteurs de prêt hypothécaire à taux variable s’en ressentent assez rapidement. Toutefois, l’impact ne se limite pas qu’aux prêts hypothécaires; il touche aussi les comptes d’épargne, les marges de crédit et d’autres produits financiers.

Les hausses de taux et votre budget

Une augmentation du taux directeur et, de ce fait, des taux d’intérêt hypothécaire n’est pas nécessairement catastrophique. En revanche, cela dépend bien sûr de plusieurs facteurs. Par exemple, lors d’une hausse du taux directeur de 0,25 %, l’impact sur les prêts hypothécaires à taux variable est minime. Dans le cas d’une hypothèque de 300 000 $, l’augmentation se traduit par environ 36 $ de plus à débourser par mois. En gros, pas de quoi chambouler votre budget.

Toutefois, prenez garde. La situation pourrait être plus critique si vous détenez un prêt hypothécaire à taux variable et que votre emprunt initial ne respecte pas la capacité de votre budget.

Avec un taux d’emprunt relativement bas et la possibilité de voir celui-ci diminuer encore à court terme, certains acheteurs ont pu ou pourraient être tentés d’acquérir une propriété aux limites de leur pouvoir d’achat. Or, advenant une hausse des taux d’intérêt, ceux-ci se retrouveraient alors en mauvaise posture financière.

Pour éviter que l’augmentation ne vous affecte trop, effectuez vos paiements hypothécaires mensuels en vous basant sur le taux fixe. Ainsi, votre remboursement hypothécaire s’en trouverait accéléré et la marge entre le moment où le taux variable équivaudra au taux fixe vous laissera suffisamment de temps pour décider si vous voulez passer de variable à fixe. En résumé, comme pour tout ce qui concerne l’argent, la règle d’or revient à respecter vos moyens financiers quand vous achetez votre maison.

Qui dit hypothèque dit assurance prêt sur le prêt hypothécaire

Comme une hypothèque constitue généralement le plus gros poste budgétaire dans le budget mensuel des gens, nombreux sont ceux qui contractent une assurance (vie, invalidité, maladies graves) pour garantir le remboursement de leur prêt hypothécaire en cas de problème. Dépendamment de la compagnie d’assurance ou de l’institution financière que vous choisissez, celle-ci assurera le montant de votre emprunt selon différents critères pour établir la prime : âge, sexe, fumeur ou non-fumeur, etc. Ainsi, pour la durée du terme de son prêt – par exemple, un prêt de 5 ans à taux fixe – le détenteur payera le même montant de prime par mois. Lorsque son prêt hypothécaire sera renouvelé, un calcul sera fait pour déterminer la nouvelle prime d’assurance à payer.

Est-ce possible que le taux variable puisse égaler le taux fixe?

Quoique rarissime, il est possible que le taux variable arrive à égalité ou même dépasse le taux fixe. Toutefois, cela dépend majoritairement du contexte économique. Plusieurs observateurs et acteurs du domaine économique s’entendent pour dire que le taux variable est régulièrement nettement plus avantageux.

Dans plusieurs de ses études, le professeur de finance de l’Université York, Moshe A. Milevsky avait analysé le coût d’une hypothèque à taux fixe de cinq ans par rapport à une hypothèque à taux variable pour le même terme, pour la période de 1950 à 2000. Les résultats avaient démontré que l’emprunteur qui avait contracté un prêt hypothécaire à taux fixe sur cinq ans avait payé davantage d’intérêts. Par ailleurs, l’auteur mettait aussi en lumière comment les termes d’un an, autant à taux fixe que variable, avaient été financièrement plus bénéfiques pour les emprunteurs.

Mais, comme pour tout produit financier qui fluctue au rythme des marchés, il est important de prendre en compte votre seuil de tolérance au risque dans vos décisions.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories