Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment faire un budget personnel

03 juillet 2020 par Banque Nationale
Faire un budget

Que vous soyez une famille, un couple ou un étudiant; faire un budget vous permet de mieux comprendre vos habitudes de dépenses et de rectifier le tir, s’il y a lieu. En plus de structurer vos finances, un bon budget vous aidera à vous préparer aux imprévus tout en épargnant pour concrétiser des projets qui vous tiennent à cœur. Voici comment vous y prendre pour créer un budget simple et équilibré en six étapes.

1. Préparez-vous adéquatement

« Pour moi, la première chose à faire est de trouver l’outil budgétaire qui vous convient », explique Steve Mc Cready, planificateur financier à la Banque Nationale. « Il existe des calculatrices en ligne, comme celle du gouvernement ou de la Banque Nationale. Cela facilite votre travail, car les postes de dépenses y sont presque tous déjà prévus et le calcul se fait automatiquement. Sinon, vous pouvez utiliser un classeur Excel en y créant une grille budgétaire annuelle. Certaines applications mobiles sont conçues pour assurer un suivi budgétaire très précis en se synchronisant automatiquement avec votre compte bancaire. Elles permettent notamment de créer un budget personnalisé en se basant sur l’historique de vos transactions. L’important est d’adopter l’outil avec lequel vous êtes le plus à l’aise. »

Bien entendu, votre conseiller est toujours là pour vous orienter dans ce processus. Il est à même de vulgariser les concepts que vous avez de la difficulté à saisir ou de vous proposer des documents et des ressources utiles.

2. Déterminez tous vos revenus

« Inscrivez votre revenu net mensuel, c’est-à-dire votre salaire après déductions fiscales, la somme réelle que vous recevez dans votre compte bancaire. Normalement, ce montant ne devrait pas varier. Pour le calculer avec exactitude, fiez-vous à votre talon de paie et à votre dernier relevé d’impôt. »

Il se peut que vous ayez d’autres sources de revenus, comme des pourboires ou des commissions, des revenus de placements, une pension alimentaire, une prestation pour enfants, des rentes, des primes, etc. Ces montants figurent dans la colonne « dépôts » de votre relevé de compte bancaire, à l’exception des pourboires en argent comptant. Si vous touchez de tels revenus, prévoyez une case additionnelle où les indiquer.

3. Entrez toutes vos dépenses

Un bon budget personnel comprend trois catégories de dépenses distinctes.

Les dépenses fixes sont celles qui reviennent tous les mois et varient peu. Elles comprennent :

  • Loyer ou hypothèque
  • Hydro-Québec
  • Services de télécommunications
  • Téléphone mobile
  • Transport (voiture, essence, titres mensuels de transport en commun)
  • Remboursement de dettes
  • Médicaments
  • Assurance vie et maladies graves
  • Assurance invalidité et frais généraux

Les dépenses variables sont celles qui peuvent varier d’un mois à l’autre, comme :

  • Épicerie
  • Sorties et restaurants
  • Loisirs et abonnements
  • Magasinage
  • Vacances
  • Soins de santé et de beauté (pharmacie, coiffeur, optométriste, dentiste et autres frais médicaux)

Les dépenses inhabituelles ou annuelles sont souvent sous-estimées. Elles devraient tout de même être prévues au budget. Afin d’en estimer le total, fiez-vous à vos factures de l’année précédente. Pensez par exemple à ce qui suit :

  • Frais d’immatriculation de la SAAQ
  • Titres annuels de transport en commun
  • Cotisation annuelle à un ordre professionnel
  • Frais de réparation automobile ou ménagers

Pour calculer vos dépenses, votre relevé de carte de crédit peut être une source d’information précieuse. Vous obtiendrez une meilleure idée de ce qu’il advient de votre argent. Pour un portrait encore plus détaillé, conservez aussi vos factures. Ainsi, vous pourrez départager les coûts des aliments, des fournitures scolaires ou des médicaments achetés dans un ou plusieurs magasins. N’oubliez pas les petits achats payés comptant. En apparence anodines, ces dépenses récurrentes ont un effet considérable sur votre budget au fil du temps. Ces 5 $ payés pour un grand café au lait représentent une centaine de dollars en moins dans vos poches à la fin du mois.

« Il n’y a pas de mal à évaluer vos dépenses à la hausse, cela crée un coussin. Soyez le plus réaliste possible avec les montants déboursés. Par contre, je ne vois pas d’inconvénient à arrondir les sommes, pas besoin d’y aller à un sou près », indique l’expert.

4. Pensez à l’épargne et au fonds d’urgence

Bien sûr, il y a l’épargne. Tout dépendant de votre situation financière et de vos objectifs, vous devriez allouer entre 10 % et 20 % de votre budget à l’épargne. « Pour faire un bon budget qui tient la route, il y a un conseil que j’aime donner à mes clients : payez-vous en premier. L’épargne, c’est tellement important », insiste Steve Mc Cready. « Plus qu’une dépense, je la considère comme un investissement. Avant de mettre de l’argent aux autres postes de dépenses, consacrez une somme adéquate à votre épargne. C’est une façon de prioriser votre avenir, de vous assurer une plus grande tranquillité d’esprit. »

Si un imprévu survient, comme la perte de votre emploi, vos revenus comme votre budget seront chamboulés. C’est pourquoi il est important de se bâtir un fonds d’urgence. Vous devriez mettre de côté une somme qui représente de trois à six mois de dépenses, et non pas de revenus. Pensez donc à affecter une section de votre budget à votre fonds d’urgence.

Ne cherchez pas plus loin

Découvrez le compte bancaire qui vous convient dès maintenant

5. Tirez des conclusions

Soustrayez le total de vos dépenses fixes et variables au total de vos revenus. Vous obtiendrez votre résultat financier mensuel. Pour tirer des conclusions pertinentes, l’exercice doit s’échelonner sur une période d’un an. « Si vous êtes en situation de déficit, c’est-à-dire si ça vous donne une somme négative, voyez dans quel poste de consommation il vous est possible de couper. Êtes-vous constant dans votre gestion financière? Vous arrive-t-il d’être en déficit à certaines périodes clés de l’année, comme les fêtes, par exemple? Cet exercice vous permettra de comprendre vos comportements par rapport à l’argent et, surtout, de rectifier le tir, au besoin. »

6. Faites un suivi rigoureux

« Développez le réflexe de mettre à jour votre budget le plus régulièrement possible, que ce soit en utilisant votre application mobile ou en sortant votre classeur Excel. Pensez à y inscrire ponctuellement vos dépenses, afin d’éviter de voir le tout comme une corvée de fin de mois. Je vous invite aussi à comparer votre budget initial avec vos dépenses réelles », explique Steve Mc Cready.

« Je vous suggère de rencontrer votre conseiller une fois par an pour revoir avec lui votre budget. Dans l’éventualité où un événement marquant viendrait changer vos finances, n’attendez pas et planifiez un rendez-vous le plus vite possible. » Cela peut être une perte d’emploi, mais aussi l’arrivée d’un enfant ou un projet personnel que vous souhaitez réaliser, comme une année sabbatique pour faire le tour le monde.

Gardez en tête que l’objectif d’un budget est d’apporter les correctifs qui feront en sorte que le total des entrées d’argent dépassera celui des sorties. Votre conseiller pourra ensuite vous guider afin de faire le meilleur usage des sommes dégagées, qu’il s’agisse de rembourser vos dettes ou d’épargner pour vos projets.

Qu’en est-il du budget familial ?

L’arrivée d’un enfant et l’achat d’une maison, d’une piscine ou d’une deuxième voiture font partie des projets de famille qui s’administrent mieux à l’aide d’un budget familial. Voici des astuces qui vous aideront à ne pas être pris au dépourvu dans certaines situations.

Rénovations

La création d’un budget réno pourrait vous faire économiser des milliers de dollars. Déterminez d’abord les rénovations qui pourraient vous apporter un meilleur rendement des investissements, comme la cuisine (qui représente de 10 à 15 % de la valeur de la maison). Cherchez ensuite à économiser sur tout ce que vous pouvez contrôler : la réalisation des travaux par vous-même ou le choix de matériaux moins coûteux.

Mariage

Un mariage peut vite devenir une dette qu’on éponge pendant des années. Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut s’y prendre de 9 à 12 mois avant le jour J et faire des choix réfléchis, notamment en ce qui concerne les éléments suivants : services de bar, musique, coiffure, robe, fleurs, repas, photographe. Parce qu’il y a toujours des imprévus, prévoyez un « coussin » représentant 5 à 10 % du budget total.

Arrivée d’un bébé

L’arrivée d’un enfant peut gruger jusqu’à 20 % du budget familial. Inutile de dire que cet événement se planifie. Outre les couches, il y a aussi les dépenses avant la naissance, comme l’ameublement, la déco, les vêtements de maternité. Un élément qu’on oublie souvent d’ajouter à son budget : le REEE, un outil d’épargne fort avantageux pour les futures études, d’un point de vue fiscal.

Vacances

Ça y est, vous avez les deux pieds dans le sable pour vos vacances. Même si vous aviez économisé pour vous accorder ce moment tant attendu, vous pourriez bien avoir omis d’inclure à votre budget les dépenses non essentielles une fois rendues à destination. Prenez soin d’ajouter des montants supplémentaires pour les repas au restaurant et l’achat de souvenirs.

Et comment planifier un budget quand on est étudiant ?

Si vous êtes aux études, vous avez probablement des ressources financières limitées. Le respect d’un budget devient alors un enjeu de taille pour couvrir toutes les dépenses liées à vos études. Si vos revenus sont insuffisants, vous pourriez envisager l’aide des programmes de prêts et bourses privés ou gouvernementaux, ou une marge de crédit pour étudiants auprès de votre institution financière.

Besoin d’aide pour planifier votre budget? Contactez un conseiller de la Banque Nationale.

 

Mentions légales : Les informations présentées dans cet article le sont à titre informatif seulement et elles ne sont pas exhaustives. Pour tout conseil concernant vos finances et pour valider le caractère avantageux des éléments décrits dans ce texte, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, etc.).

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags :

Catégories

Catégories