Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment choisir un courtier immobilier

15 novembre 2011 par Banque Nationale
choosing real estate broker

Vous voulez vendre votre maison ou vous prévoyez d’en acheter une? Voici comment choisir le bon courtier immobilier pour vous accompagner dans cette importante démarche.

Contenu

Pourquoi avoir recours à un courtier immobilier?

C’est un fait : les futurs vendeurs n’ont jamais été aussi bien outillés pour présenter directement leur maison aux acheteurs potentiels. Les futurs acheteurs, quant à eux, peuvent naviguer aisément à travers les offres selon leurs critères de recherche. En revanche, les nouvelles plateformes ne leur fournissent pas deux éléments critiques: le temps et le réseau.

Monter une offre de vente, coordonner les différentes visites, négocier… Consulter les nouvelles inscriptions, vérifier leur intérêt, se planifier un itinéraire de visite... Toutes ces démarches prennent du temps, en plus d’exiger un temps de réaction quasi immédiat dans les marchés chauds. Est-il réaliste de se consacrer à la vente ou à l’achat d’une maison, alors que les demandes de sa vie professionnelle et personnelle ne ralentissent pas?

Transiger avec un courtier immobilier, c’est aussi profiter de la puissance de son réseau professionnel (en plus de sa connaissance du marché, de son expertise en négociation…). Les réseaux sociaux ont beau avoir multiplié les canaux de distribution et avoir fait exploser leur volume, le message doit avant tout circuler auprès des bonnes personnes pour être entendu. Votre courtier connaît un collègue qui vient d’inscrire un duplex à vendre correspondant à vos critères, situé dans un quartier que vous aviez ciblé?

Comment trouver le bon courtier?

Marc Lacasse, vice-président aux communications chez RE/MAX Québec, préconise d’abord d’utiliser des références, par exemple celle de la famille, des collègues ou des amis. Rien n’équivaut des recommandations crédibles! Internet est aussi une source d’information fiable. « Les gens y recherchent des comparables, et ils regardent qui sont les courtiers actifs dans le quartier », précise M. Lacasse. Les bons vieux journaux locaux et les pancartes affichées dans le secteur convoité sont aussi des stratégies qui ont fait leurs preuves.

Quel est le profil d’un bon courtier?

Ce courtier aura une solide expérience, sur laquelle s’appuient de bonnes connaissances du marché immobilier et du quartier visé. Il appartient à une bannière nationale, ce qui suppose qu’il profite d’un encadrement structuré et d’un réseau élargi de courtiers compétents. Il est aussi possible de vérifier sa performance passée, par exemple le volume des transactions réalisées au cours de la dernière année ou les prix et mentions qu’il a pu remporter. Surtout, il doit travailler à temps plein en tant que courtier immobilier. Comme le temps est un facteur critique dans ce domaine, il se doit d’être disponible sans délai et de répondre promptement à chacune de vos demandes.

Selon Marc Lacasse, s’ajoute un dernier élément encore plus important pour établir une relation professionnelle viable avec un courtier: « C’est la chimie! La vente ou l’achat d’une maison est un travail d’équipe, dit-il. Il faut trouver un courtier avec qui on est à l’aise, qui sera plus émotif ou plus cartésien, selon notre personnalité. Une bonne chimie aide aussi à maintenir la motivation, l’enthousiasme. Quand on vend sa maison, c’est pour atteindre un rêve. Le choix du courtier est donc important. »

À quoi doit-on s’attendre de son courtier?

Le courtier doit d’abord conseiller les vendeurs avant l’inscription de leur propriété, par exemple en les guidant sur la meilleure façon de présenter leur propriété, ou d’en établir le prix de vente. S’ensuit l’étape de la mise en marché. « Le courtier doit être un expert en la matière: il doit pouvoir apporter à votre propriété la plus grande visibilité possible auprès du plus grand nombre d’acheteurs potentiels, et ce, le plus rapidement possible », résume M. Lacasse.

« Il doit aussi être un expert de la négociation, avec de bons arguments pour défendre le prix demandé, afin d’obtenir en votre faveur le meilleur prix possible, continue M. Lacasse. Finalement, il faut qu’il soit un bon accompagnateur, tout au long de la transaction. »

On est en droit d’ailleurs d’être satisfait de son courtier, en tout temps. Marc Lacasse recommande de lui communiquer tout mécontentement ou frustration en cours de route: « Il pourra alors vous expliquer le pourquoi de ses décisions et de ses démarches. »

L’achat ou la vente d’une maison est une étape importante vers l’atteinte d’un rêve. On peut se permettre d’être exigeant, et cela se passe par le choix du bon partenaire en immobilier.

Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos affaires, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories