Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Déménager à la retraite : une bonne ou une mauvaise idée?

17 février 2020 par Banque Nationale
Déménager à la retraite: déménager dans plus petit ou non?

Les enfants sont partis, la retraite approche à grands pas et la maison est devenue trop grande? L’envie de déménager dans plus petit, chez les futurs retraités, est presque un passage obligé. Et il existe plusieurs options de logements. Mais attention: que vous ayez envie d’un petit condo sans pelouse à tondre ou d’une maison intergénérationnelle avec vos enfants (et surtout vos petits-enfants!), chacune des options mérite de bien peser le pour et le contre. Tour d’horizon. 

Déménager dans plus petit

Tendance très populaire, le désir de vendre sa maison au profit d’un condo est souvent motivé par le souhait d’avoir une propriété qui demande moins d’entretien et qui est moins coûteuse. Habitués au confort et à la qualité de l’immobilier, les nouveaux retraités arrêteront en général leur choix sur une résidence plus petite, certes, mais pas moins luxueuse.

Cette option comporte son lot d’avantages. Les condominiums nécessitent moins d’entretien que les maisons. La propriété des espaces communs est partagée entre les résidents de l’immeuble. Leurs frais de condos servent notamment à mandater des professionnels pour l’entretien de ces espaces communautaires.

Plusieurs constructions offrent une foule de commodités qui facilitent la vie en réduisant les déplacements : stationnement intérieur, chalet urbain sur le toit, piscine, service de surveillance et gym. Les nouvelles constructions sont bien insonorisées et elles procurent suffisamment d’intimité à tous les occupants.

Mais attention, passer d’une grande maison à un petit condo peut aussi être un défi. Le prix des propriétés et les frais de condo ont grimpé. Les condos sont de plus en plus petits. Le compromis inévitable sur la superficie habitable, largement inférieure à celle d’une maison, peut être plus difficile à accepter pour certains.

« Je pense qu’il faut se poser les bonnes questions avant de déménager dans plus petit », avance Mohamed Wakkak, planificateur financier à la Banque Nationale. « Vendez-vous votre maison pour dégager un profit qui sera investi? La vente de votre maison va-t-elle générer un revenu supplémentaire qui va vous aider à atteindre votre objectif de retraite? Avec les frais de condo et les autres dépenses, est-ce que cela va vous coûter plus cher par mois? Avez-vous les moyens d’acheter un condo au centre-ville par exemple? Il faut être aussi prêt à faire des compromis sur la superficie et l’emplacement du condo. »

« Si vos placements ont perdu de la valeur au cours des derniers mois et que c’est ce qui vous pousse à déménager dans plus petit, je vous suggère plutôt d’être patient », affirme Thierry Desmarais, directeur produit, Solution financement Particuliers à la Banque Nationale. « C’est parfois difficile, mais il faut se détacher de ses émotions. Si vous avez un portefeuille équilibré, il y a de fortes chances que vos placements regagneront la valeur perdue d’ici quelques années. Généralement, une propriété ne devrait pas être au cœur d’une stratégie d’investissement pour la retraite. »

« Cela dit, si vous souhaitez vraiment déménager pour acheter une propriété plus petite, allez de l’avant avec votre projet. Le marché immobilier se maintient pour l’instant et nous sommes toujours dans un marché de vendeurs. Personne ne peut dire à quoi va ressembler le marché dans quelques mois. Les analyses récentes prévoient une baisse dans les prix, mais nous ne sommes pas en mesure de prédire l’avenir. Discutez de votre projet avec votre conseiller pour revoir votre plan financier en prévision de votre retraite, surtout si vous dégagez un profit suite à la vente de votre propriété. » 

Déménager en région ou à la campagne

Certains retraités ont envie de quitter la ville pour s’installer en région. D’autres sont tentés d’aller vivre à temps plein dans leur résidence secondaire, qu’ils percevaient plutôt comme un chalet pendant leur vie active. Loin des grands centres urbains, la vie est souvent synonyme de tranquillité. Et les terrains sont plus spacieux que ce qui se trouve en ville. Le coût de la vie est généralement moins élevé également.

Il n’en demeure pas moins qu’il faut trouver le temps et garder la forme physique pour veiller aux tâches comme le déneigement et l’entretien paysager. Sinon, il faut prévoir suffisamment d’argent pour les sous-traiter à des professionnels. Les déplacements nécessitent souvent la voiture. Les enfants risquent d’habiter plus loin, donc le temps passé en famille peut être moins fréquent.

Selon Mohamed Wakkak, cette option demande plutôt une réflexion sur votre style de vie. « Allez-vous vous ennuyer à la campagne? Si vous vendez votre résidence à la ville pour déménager en région, est-ce que vous êtes conscient de toutes les dépenses que cela pourrait entraîner, comme l’achat d’une deuxième voiture pour votre conjoint? »

Déménager dans une maison intergénérationnelle

Une maison intergénérationnelle est une propriété unifamiliale conçue pour la cohabitation entre parents et enfants. Si vous préférez garder un peu plus d’indépendance, vous pourriez être tenté par le partage d’un duplex ou d’un triplex en famille.

Ah, la chance de passer plus de temps en famille! L’attrait principal des duplex et des maisons intergénérationnelles est la proximité avec les enfants et les petits-enfants. Les retraités peuvent faire du gardiennage, ce qui réduit le temps que les petits-enfants passent en CPE ou au service de garde. C’est une économie pour les parents… et de très bons moments pour les grands-parents. Ce type de demeure offre la possibilité d’avoir une cour arrière, contrairement à la plupart des petits condos neufs qui se construisent.

Les maisons intergénérationnelles comportent toutefois quelques désavantages. Les municipalités n’ont pas toutes la même réglementation en matière de maison intergénérationnelle. Certaines villes, par exemple, limitent la superficie du second espace d’habitation. D’autres exigent parfois que les logements partagent des espaces communs ou encore qu’ils soient séparés par un pare-feu mitoyen. Il faut donc prendre le temps de vous renseigner auprès de votre notaire et de votre courtier immobilier. La revente d’une maison intergénérationnelle est relativement moins rapide que celle d’un duplex. Ces deux types d’habitation peuvent coûter assez cher, en plus de nécessiter plus d’entretien et de travaux de rénovation.

« Il faut faire très attention à l’aspect juridique d’une telle propriété, prévient Mohamed Wakkak. Si les parents et les enfants sont tous copropriétaires de la maison, ils sont donc tous responsables et solidaires du paiement de l’hypothèque. Qu’est-ce qui arrivera si l’un de vos enfants ne paie pas sa part? Est-ce que cela va avoir un impact sur votre budget? Il est fortement recommandé de consulter votre notaire et votre conseiller bancaire avant l’achat d’une telle propriété. »

Déménager dans le Sud

Certains snowbirds désirent plier définitivement bagage pour s’envoler vers l’étranger et y passer leurs vieux jours. Les maisons ou les condos en bord de mer apportent tout de même un important lot de considérations. Encore plus aujourd’hui, vu la situation actuelle.

Même lorsque tout sera revenu à la normale, gardez en tête qu’aller vivre à l’étranger nécessite une recherche et une planification financière très rigoureuse. Vous aurez à jongler avec plusieurs lois en matière d’immigration et de fiscalité. Veuillez consulter un expert en la matière si vous choisissez cette option.

La durée totale annuelle de vos séjours à l’étranger est un facteur important à considérer si vous souhaitez conserver le statut de non-résident dans le pays d’accueil. Les règles fiscales diffèrent d’un pays à l’autre, d’où l’importance de consulter un expert en la matière. « Il est possible de profiter du soleil tout en gardant votre résidence canadienne, tempère Mohamed Wakkak. Par contre si vous décidez de quitter le pays pour vous installer définitivement à l’étranger, il faut évaluer l’impact fiscal au départ et à la suite de votre départ. Vous devez connaître les lois et les règles entourant départ et votre arrivée, l’achat d’une propriété et l’accès à une couverture médicale. Il est important de vous préparer et de rencontrer des experts qui sauront vous guider. »

Ce que l’avenir vous réserve

Même si vous êtes en santé aujourd’hui, personne ne peut prédire ce que l’avenir lui réserve. Que vous optiez pour un condo ou une maison de campagne, des ennuis de santé pourraient un jour ou l’autre vous amener à remettre en question votre type de résidence.

Gardez en tête qu’il se peut que votre conjoint et vous deviez déménager dans un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), suite à des problèmes de santé. Pour cette dernière option, voici quelques lignes directrices pour vous aider à en estimer la charge financière. Sachez aussi qu’il existe des programmes d’aide au logement pour les personnes retraitées qui leur permettent d’alléger les coûts d’un tel type de centre. Que vous souhaitiez demeurer à domicile ou déménager, renseignez-vous sur le programme Allocation-logement de Revenu Québec.

En terminant, peu importe le type de propriété que vous envisagez—condo, chalet, maison intergénérationnelle ou au soleil—l’important est d’aller rencontrer des experts afin de bien vous préparer. Vous mettrez tout en œuvre pour faire de cette nouvelle aventure un succès sur toute la ligne. Avoir la paix d’esprit dans son nouveau nid, ça n’a pas de prix.

Besoin de conseils?

Discutez de votre projet avec un de nos conseillers

Ce texte inclut des hyperliens vers des sites externes qui ne sont pas administrés par la Banque Nationale. La Banque Nationale n’est pas responsable du contenu de ces sites et ne l’approuve pas. Elle ne peut être tenue responsable des conséquences de votre navigation sur ceux-ci. 

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories