Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Maximiser le profit de ses placements grâce au CELI

23 avril 2015 par Banque Nationale
Les 4 cycles de vie du CELI

À l'âge adulte, nous vivons tous dans un processus continu de croissance et de changements au cours duquel nos besoins et nos ressources varient. Plus flexible que le REER, le CELI peut, lorsque bien adapté à l’évolution de ses besoins, permettre à l'investisseur de tirer un maximum de profit de ses placements.

Contenu

 

De 18 à 34 ans: la flexibilité forme la jeunesse

Il est crucial pour le jeune adulte de se bâtir un portefeuille de placements en prévision des dépenses importantes qu'il souhaite effectuer au cours de sa vie, comme l’achat d’une maison ou d’un chalet, des rénovations coûteuses ou le lancement d’une entreprise.

En plaçant son argent dans un CELI, on mise principalement sur sa flexibilité. Cette caractéristique est intéressante pour avoir recours à ses économies facilement, puisque les retraits ne sont pas imposés – une marge de manœuvre que le REER ne donne pas. De plus, le CELI permet aux personnes qui retirent de l’argent de le réinvestir plus tard, sans perdre leurs droits de cotisation. Toutefois, s’ils le font la même année du retrait et qu’ils excèdent le plafond annuel prévu, ils pourraient être assujettis à un taux d’imposition mensuel de 1%.

Cette période de la vie est souvent celle où les revenus seront les moins élevés, la rémunération d’un individu ayant tendance à augmenter au fil des années. Le CELI est particulièrement recommandé pour ceux qui ont un revenu faible ou modeste, puisqu’il permet de retirer toutes les prestations offertes, une fois la retraite arrivée. D’ailleurs, la majorité des personnes qui détiennent un CELI ont un revenu annuel moyen inférieur à 30 000$.

 

De 35 à 49 ans: avoir accès à ses avoirs

Pendant cette période de la vie, les imprévus ont souvent une forte incidence sur les revenus et le mode de vie. Le CELI permet aux individus qui sont confrontés à des obligations financières imprévisibles d’avoir accès à leurs actifs, sans pénalité.

Par exemple, Simon et Maryse vivent ensemble depuis trois ans. Tous deux âgés de 38 ans, ils décident de s’acheter une maison. Maryse ayant déjà été propriétaire d’un condo avec son ex-conjoint, dont elle est séparée depuis moins de cinq ans, ni elle ni Simon ne peuvent se prévaloir du Régime d’accession à la propriété (RAP) associé au REER. Mais tous deux ont un CELI depuis plusieurs années. Plus accessible que le REER, le CELI leur permettra d’aller piger dans leurs économies pour obtenir la mise de fonds nécessaire à l’achat ou assumer les frais liés à leur déménagement, tout cela exempt d’impôt.

 

De 50 à 64 ans: atteindre l’efficience fiscale

Ce cycle de vie est déterminant dans la composition de son portefeuille. C’est le moment où l’on doit prendre en compte une multitude de facteurs pour s’assurer de faire fructifier ses avoirs le plus possible durant ses années de vie active.

En effet, il convient de déterminer à quel moment son taux d’imposition sera le moins élevé au cours du reste de sa vie pour choisir le véhicule de placement le plus efficace.

Par exemple, si l’on prévoit que son taux d’imposition sera moins élevé à la retraite qu’il l’est actuellement, il vaut mieux investir dans un REER.

Le moment venu de retirer l’argent, on en redonnera moins en impôt. À l’inverse, le CELI est une meilleure option si l’on prévoit un taux plus élevé à la retraite.

 

65 ans et plus: des solutions d’amélioration de sa situation

Le CELI est une solution fiscale en or pour les retraités. Non seulement les retraits ne sont pas imposés, ce type de véhicule n’a également aucune incidence sur le montant alloué en prestations gouvernementales. Ce n’est pas le cas pour le REER, dont les retraits sont calculés dans le montant total du revenu.

Le CELI procure également aux retraités un meilleur contrôle sur la gestion de leurs finances au-delà de l’âge de 71 ans. Contrairement au REER, il n’est pas nécessaire de convertir le CELI en revenus de retraite. De plus, le CELI n’exige aucun retrait annuel minimum.

 

Le CELI ne remplace pas le REER

Comme dans tout bon portefeuille financier, la diversification est de mise avec les véhicules de placements enregistrés. Si le REER vise exclusivement à financer la retraite, le CELI peut être utilisé pour plusieurs autres raisons. Il convient donc de trouver le bon équilibre, selon sa situation.

Le REER en bref

Les cotisations au REER permettent des déductions d’impôt, mais les retraits sont comptabilisés dans les revenus et sont imposés au taux en vigueur.

Le CELI en bref

Le CELI ne permet pas de déduction d’impôt. Toutefois, ses cotisations ne sont pas imposées au retrait.

 

Coup d’œil sur le CELI

  • Le CELI n’est pas un produit. C’est un véhicule de placement.
  • Comme pour votre REER, il est essentiel que le rendement obtenu autant dans votre CELI que dans votre REER puisse compenser la perte de votre pouvoir d’achat que représente l’inflation.
  • Il est toujours plus profitable de placer ses économies dans un CELI que dans un compte courant.
  • De 2009 à 2012, le plafond du CELI était de 5 000$ annuellement. Il était de 5 500$ pour les années 2013 et 2014. Le plafond est passé à 10 000$ pour l’année d’imposition 2015. En 2016, il a été ramené à 5 500$.
  • Il faut avoir 18 ans ou plus pour cotiser à un CELI.
  • En somme, le CELI est un véhicule de placement qui offre des avantages non négligeables, et ce, à toutes les étapes de votre vie financière. À vous d’en tirer pleinement parti!

    Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale.

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Catégories

    Catégories