Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Mesdames, occupons-nous de nos affaires financières

05 mars 2020 par Angela D’Angelo
Prendre ses finances en main

Mesdames, aujourd’hui nous ne sommes plus qu’une simple « niche ». Pourtant, nous sommes encore trop nombreuses à continuer de confier nos décisions financières importantes à d’autres. Cela doit changer.

Trois raisons très convaincantes pour lesquelles les femmes devraient s’intéresser plus sérieusement à leur avenir financier.

1) Plus tôt on commence à gérer ses finances personnelles, plus facile est la planification financière

Bien des femmes à la retraite regrettent de n’avoir pas pris de décisions financières plus tôt. Lorsqu’on commence à gérer ses finances personnelles tôt, la planification devient une seconde nature. Lorsqu’on commence tardivement, c’est plus difficile.

Les femmes auxquelles je parle disent qu’elles auraient souhaité planifier leur retraite dès leur premier emploi, au début de leur vie d’adulte.

2) Susceptibles d’être seules à la retraite

Puisqu’en général, les femmes vivent au moins cinq ans de plus que leur conjoint, cela veut dire qu’elles se retrouveront un jour à prendre seules des décisions au sujet de leurs finances et de leur patrimoine. Nous sommes susceptibles de nous retrouver seules à la retraite. Pourtant, nous sommes encore trop nombreuses à ne pas nous y préparer. 

50 % des femmes millénariales1 croient qu’elles devraient en faire plus pour gérer leurs finances. Payer les factures courantes ne suffit plus; les femmes doivent se préparer à mener la barque financière pour atteindre leurs objectifs de vie. C’est trop important pour qu’elles ne s’impliquent pas.

3) Pour atteindre ses objectifs de vie

Même si, en principe, nous ne vivons plus dans la société patriarcale d’hier, la plupart des jeunes femmes continuent de confier les décisions financières à leur conjoint. Elles savent qu’elles devraient en faire plus, mais elles n’osent pas. Pourquoi?

C’est notamment en raison de leur charge mentale. Les femmes ont tendance à se préoccuper davantage du bien-être de l’ensemble de la famille et à en assumer la responsabilité. Inévitablement, certaines choses passent au second plan. Malheureusement, il arrive souvent que ce soit la gestion de leurs propres finances et de leurs investissements.

Changer le modèle des services financiers

Une statistique révèle que 73 % des femmes2 se disent insatisfaites de l’industrie des services financiers.

Les femmes affirment ne pas sentir de lien particulier avec leur conseiller, car ce dernier accorde principalement son attention à leur conjoint lorsqu’il s’agit d’expliquer différentes stratégies. Trop souvent encore les conseillers croient à tort que les femmes ne sont pas intéressées par les finances. Il n’est pas surprenant que quatre canadiennes sur cinq3 changent de conseiller financier dans l’année qui suit le décès de leur conjoint. Pourtant, ce n’est pas toujours la meilleure chose à faire.

La vérité, c’est que les femmes voient tout simplement le sujet d’un autre œil. Elles s’intéressent moins aux taux de rendement et davantage à la façon dont leurs placements amélioreront leur vie et celle des membres de leur famille.

Si nous sommes mécontentes, nous devons le manifester. Après tout, le bien-être de notre famille est en jeu. N’oublions pas que nous disposons d’un pouvoir financier important. Nous pouvons changer les choses en nous exprimant et en posant plus de questions.

Par où commencer?

Maintenant que nous avons un pouvoir économique important, nous devons être plus curieuses et prendre des décisions financières dès notre entrée sur le marché du travail. Si vous avez déjà passé cette étape, ne vous en faites pas. Vous pouvez commencer par poser des questions en vue de développer plus rapidement vos connaissances sur le sujet et en y investissant le temps nécessaire.

À cet effet, ma mission est d’aider les femmes à mieux connaître les finances et à gérer leur patrimoine. Car connaissance rime avec confiance — la conviction de faire les bons choix à long terme au nom des personnes que vous aimez.

C’est dans cette optique qu’à la Banque Nationale, nous organiserons une série de dîners-conférences un peu partout au Canada. Intitulées "Oser s’investir", ces conférences sont conçues spécialement pour informer les investisseuses. Notre objectif est de sensibiliser les femmes à l’importance de la gestion de leurs finances et de leur patrimoine, ainsi qu’à la nécessité de prendre elles-mêmes les décisions financières importantes. 

Je souhaite qu’elles « osent » penser d’abord à elles et qu’elles soient prêtes pour leur retraite. J’espère que ces événements inciteront les femmes de tous âges à prendre en main leur avenir financier dès aujourd’hui.

Angela D’Angelo , Vice-présidente chez Financière Banque Nationale

Notes légales 

 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

 

Catégories

Catégories