Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Je rêve du jour où nous ne ferons plus de campagnes REER!

24 février 2020 par Banque Nationale
Je rêve du jour où nous ne ferons plus de campagnes REER!

Oui, vous avez bien lu. Chaque début de nouvelle année, c’est la même chose : le REER réapparaît dans l’actualité et les publicités des grandes banques. « C’est le temps de cotiser! » « N’attendez pas le 1er mars! » Chaque année, je me dis qu’on pourrait tous (les banques comme les particuliers) faire mieux. Je m’explique…

Je n’ai rien contre les REER. Au contraire! C’est un formidable véhicule d’épargne. Cependant, si tout le monde prenait ses finances en main, nous n’aurions pas besoin de faire des campagnes de la sorte en janvier et en février. Pourquoi? Parce que l’épargne devrait se faire par une bonne planification financière et surtout, tout au long de l’année.

Pourquoi les gens déposent-ils 1 000 $ ou 10 000 $, le 1er mars? Pourquoi ne pas verser ce montant en 26 ou 12 dépôts égaux, tout au long de l’année et faire une dernière contribution d’ajustement, s’il y a lieu, en fin d’année?

Avec des cotisations automatiques et périodiques, l’épargne croît chaque jour en suivant les fluctuations du marché… Le problème est là : pour avoir un minimum de planification financière, de projet ou de retraite, il faut rencontrer un conseiller financier. Et sur ce dernier point, il y a encore des mythes à déboulonner auprès de la population.

« Je n’ai pas assez d’argent pour rencontrer un conseiller »

« Je suis trop petit. » « J’ai peur qu’on me juge. » « Je n’ai pas assez d’épargne. » Ce sont des phrases que l’on entend lorsque l’on suggère aux gens de venir rencontrer un conseiller. Le mythe qu’il faut beaucoup d’argent pour avoir accès aux conseils d’experts perdure encore, malheureusement.

Je ne le répéterai jamais assez : tout le monde peut avoir accès à des conseils, en personne, par téléphone ou sur les sites Web des institutions financières… De l’entrepreneur millionnaire au jeune qui vient de finir ses études et qui doit commencer à rembourser ses prêts étudiants. Il suffit de vouloir prendre ses finances en main.

Comment bien préparer sa retraite?

Mettre de l’argent de côté pour un voyage est pas mal plus amusant que d’épargner pour sa retraite, j’en conviens. Quand tu as 35 ans et que tu économises pour une retraite que tu vas prendre à 67 ans, cela procure très peu d’excitation et c’est normal. Le défi de l’épargne, de l’investissement et de la planification financière, c’est de casser le besoin de satisfaction immédiate tout en acceptant que les bénéfices soient à long terme.

On peut arriver à bien préparer sa retraite si on ose aller chercher de l’aide et qu’on accepte le fait qu’on n’aimera peut-être pas les réponses que le conseiller nous donnera. Quand il est question de retraite, plusieurs personnes se sont déjà forgé une idée de ce que sera la leur, sans pour autant avoir pris le temps de bien la planifier.

« Je vais demander ma Régie des rentes du Québec à 60 ans, j’ai cotisé toute ma vie! » D’accord, mais est-ce vraiment la meilleure stratégie pour vous, si vous avez d’autres actifs et qu’on décaisse votre épargne autrement? Aller rencontrer un conseiller est un grand pas dans la bonne direction. Faire preuve d’ouverture face aux réponses et autres options possibles peut vous amener à avoir une retraite encore plus confortable.

Comment améliorer votre situation financière? 

Il n’y a pas que les conseils qui peuvent améliorer votre situation financière. Parlez de finances et d’argent avec votre conjoint ou votre conjointe peut également vous éviter bien des ennuis. Malheureusement, c’est un sujet encore tabou. Une majorité de couples n’en parle pas, même quand ça va bien. Alors, imaginez ce que cela peut créer si le couple décide de se séparer. Surtout lorsque l’on est conjoints de fait, sans contrat de vie commune et parfois même sans testament.

Les impacts juridiques de cette situation de vie commune sont encore trop méconnus. Un décès sans testament et hop, la part de la maison de votre conjoint va à ses parents ou à vos enfants. Pas à vous. Et pourquoi plusieurs personnes se retrouvent-elles dans cette situation chaque année? Pour économiser quelques centaines ou milliers de dollars en frais de notaire… Là encore, il faut sensibiliser les gens à l’importance d’une bonne planification.

J’envie l’industrie automobile…

Que font les gens lorsqu’ils veulent s’acheter une nouvelle voiture? Ils magasinent en ligne. Puis ils consacrent trois ou quatre soirées à aller essayer les modèles qu’ils trouvent les plus intéressants. Ils reviennent à la maison avec la carte d’affaires du vendeur, les prix, les conditions d’achat et la liste des extras désirés. Ensuite, le couple discute, prend une décision et achète finalement une voiture. 

Pourquoi les couples ne s’occupent-ils pas de leurs finances comme ils le font pour l’achat d’une voiture? Surtout qu’un seul rendez-vous pourrait être suffisant. Avoir un plan pour son épargne, c’est plus que nécessaire. Il n’y aura peut-être pas de satisfaction immédiate, mais n’oubliez pas que de prendre quelques heures de son temps pour vous procurer la paix d’esprit, ça n’a pas de prix.

Et vous? Avez-vous déjà rencontré un conseiller? Si la réponse est non, qu’attendez-vous?
 

Nancy Paquet, Première vice-présidente stratégie épargne et investissement

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories