Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Cotiser à son REER pour payer moins d'impôt : 4 cas concrets

14 février 2017 par Banque Nationale
RRSP to pay less tax

Le régime d’épargne-retraite (REER) a 60 ans… mais il n’est certainement pas près de prendre sa retraite! Depuis son introduction au Canada en 1957, il en a fait du chemin. Selon les plus récentes données de Statistique Canada, près de 6 millions de Canadiens ont cotisé à un REER en 2014, y déposant pas moins de 38 milliards de dollars (soit une moyenne d’environ 6 500 $ par cotisant ).

La raison de cette popularité est simple: peu importe son âge, cotiser à un REER est une des meilleures stratégies pour payer moins d’impôt... et garder plus d’argent pour soi!

En gros, les sommes investies dans un REER permettent de réduire son revenu imposable pour l’année où l’on fait la cotisation. On aura de l’impôt à payer sur ces sommes uniquement au moment du retrait.

Or, comme au Canada le taux d’imposition est progressif (des revenus plus élevés sont plus imposés), cotiser à un REER est un bon moyen de réduire son revenu imposable pendant sa vie active (taux d’imposition plus élevé, parce que revenus plus élevés) et payer de l’impôt seulement au moment de retirer ces sommes, bien plus tard, généralement à la retraite (taux d’imposition moins élevé, parce que revenus moins élevés).

En deux mots: avec le REER, payez moins d’impôt aujourd’hui… et payez-en moins plus tard!

Combien peut-on cotiser à son REER?

Chaque année, vous avez droit de cotiser jusqu’à 18 % de votre revenu au titre de REER, jusqu’à concurrence de 26 010 $ pour 2017.

Si vous n’avez pas utilisé tous vos droits de cotisation, ils s’accumulent. Vous pourriez donc pouvoir réduire votre revenu imposable de plus de 26 010 $ et profiter d’économies d’impôt encore plus substantielles. Avec de tels avantages fiscaux, il est même parfois souhaitable d’emprunter pour maximiser sa cotisation REER, grâce à un prêt REER.

Jusqu’à quand peut-on cotiser à son REER?

Vous pouvez cotiser à un REER toute l’année, ou dans les 60 premiers jours de l’année en cours afin que la cotisation soit admissible pour l’année fiscale précédente. Pour 2017, la date limite pour cotiser à son REER est le 1er mars 2018.

Payer moins d’impôt grâce au REER, mais à quel point? Voici quatre cas concrets!

Si, pour vous, la retraite semble bien loin, n’oubliez pas que le REER peut aussi vous permettre d’acheter le plus gros actif que vous posséderez dans votre vie: une maison. En effet, le régime d’accession à la propriété (RAP) vous permet de puiser jusqu’à 25 000$ de votre REER, et ce, sans pénalités fiscales. Vous préférez retourner aux études? Avec le régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP), vous pourriez retirer de votre REER jusqu’à un maximum de 20 000$ pour financer votre nouveau diplôme!

Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale

img-impot-reer-700x2347.gif

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories