Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Investir dans l’or pour diversifier ses placements

08 mars 2012 par Banque Nationale
investing in gold

Les investisseurs ont accès à une très vaste gamme de produits financiers pour diversifier leur portefeuille. Selon vos objectifs à moyen et long terme, est-ce toujours pertinent d’investir dans l’or?

Contenu

En période de krach boursier, l’or est considéré comme une valeur refuge. Autrement dit, quand les marchés boursiers baissent, plusieurs personnes investissent dans l’or pour limiter les dégâts. Elles s’y « réfugient ». Pourquoi? En général, dans de telles circonstances, la valeur de l’or se maintient et augmente même.

Ce n’est toutefois pas le seul avantage. « L’or permet d’apporter de la stabilité à son portefeuille en période d’instabilité politique et financière », explique Sophie Paquet, gestionnaire de portefeuille à la Financière Banque Nationale Gestion de patrimoine. « Sa valeur augmente également lorsque celle du dollar américain descend. »

De plus, à long terme, la valeur de l’or suit le taux d’inflation. Vous conservez donc votre pouvoir d’achat avec le temps. Avec une pièce d’un dollar conservée dans une tirelire, c’est l’inverse : plus le temps passe, moins votre dollar vous permet d’acheter de biens.

Les désavantages

Le célèbre investisseur Warren Buffet a déjà indiqué qu’il considérait l’or comme un mauvais investissement. Il faisait notamment valoir que ce produit ne rapporte ni intérêts ni dividendes. Il n’est pas le seul à penser ainsi.

« Pour quelqu’un qui cherche à générer des revenus, ce n’est pas idéal, juge Mme Paquet. De plus, l’augmentation de la valeur de l’or est généralement moins importante que celle des marchés financiers à long terme. Historiquement, selon les périodes, les rendements de l’or sont habituellement loin derrière. »

Par exemple, l’or a obtenu de meilleurs résultats que les marchés si on regarde les 45 dernières années. « Toutefois, depuis 30 ans, le prix de l’or a augmenté de 335 %, indique Mme Paquet. Au cours de la même période, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a progressé de 1255 %. »

De plus, investir dans l’or est moins sécuritaire que peut le laisser croire son titre de « valeur refuge ». L’or demeure un produit très volatil, c’est-à-dire que sa valeur fluctue beaucoup. « En 2011, le prix d’une once d’or était d’environ 1900 $, indique Mme Paquet. Aujourd’hui, il s’établit à un peu plus de 1300 $. »

Devriez-vous investir dans l’or en 2018?

En théorie, le meilleur moment pour investir dans l’or serait à la veille d’un krach boursier. Cela permettrait de l’acheter à bas prix et de profiter de l’augmentation de sa valeur ensuite. Le problème, c’est qu’il est très hasardeux d’essayer de prévoir ce type d’événement.

« Même l’ancien président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, a dit qu’il ne se risquerait pas à prédire le cours de l’or à court terme. Il faut vraiment le voir comme une manière de diversifier son portefeuille à long terme », note Mme Paquet. L’objectif est d’éviter de mettre tous ses œufs dans le même panier pour réduire le risque.

S’il est difficile de faire des prédictions, investir dans l’or aujourd’hui peut être une bonne idée. « En 2018, nos analystes s’attendent à une faible hausse de la valeur de l’or, indique Mme Paquet. Par contre, en posséder un petit pourcentage dans son portefeuille est intéressant. Il y a une certaine insécurité géopolitique en ce moment. Les analystes s’attendent à un retour de l’inflation, ce qui favorise l’or également. »

L’or ne devrait toutefois représenter qu’une faible partie de votre portefeuille. Vous éviterez ainsi de trop nuire à vos rendements. « En général, nous recommandons d’y retrouver de 1 % à 5 % d’or, mais pas davantage », conseille Mme Paquet.

Vous devriez toutefois tenir compte de vos objectifs. Si vous épargnez à court terme, pour la mise de fonds d’une maison ou un voyage par exemple, l’or n’est pas recommandé. Mieux vaut investir dans un produit moins volatil.

Comment investir dans l’or?

Inutile de visiter votre bijoutier pour investir dans l’or. Mieux vaut consulter votre conseiller en placement ou utiliser une plateforme de courtage direct. Il existe trois grandes façons.

  • Acheter des lingots d’or. Vous pourriez le faire auprès de la Monnaie royale canadienne. « Ce n’est pas très pratique, signale Mme C’est plus difficile à entreposer et les frais pour le faire sont élevés. » Cet investissement est aussi beaucoup moins liquide. C’est-à-dire qu’il est plus complexe de le vendre si nécessaire.
  • Investir dans des actions de compagnies aurifères. « Ce peut être des producteurs d’or ou des sociétés d’exploration aurifères cotés en bourse, illustre Mme C’est important de s’assurer que ces entreprises ont des équipes diligentes. Elles doivent aussi avoir des antécédents solides et un bilan sain. » C’est le genre de vérifications qu’effectuent les analystes des institutions financières. Cet exercice peut être difficile pour un investisseur autonome et le risque d’erreur est grand.
  • Investir dans des fonds négociés en bourse ou des fonds communs de placement spécialisés. « Il s’agit d’acheter un fonds qui suit le cours des compagnies aurifères ou celui de l’or », explique Mme Comme chaque fonds comprend des titres de différentes entreprises, le risque est moins élevé. Si l’une d’entre elles a de moins bons résultats, les autres vont compenser.
  • Investir dans l’or comporte des avantages et des inconvénients. L’important est de bien vous informer pour vous assurer que cela vous convient. Comme pour tous vos placements, vous devez tenir compte de vos objectifs et de votre profil d’investisseur. Votre conseiller financier pourra établir avec vous quelques scénarios et vous éviter de commettre des erreurs en planifiant vous-mêmes vos investissements à la bourse.

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Catégories

    Catégories