Comprendre le REER et ses avantages pour en tirer profit

19 octobre 2021 par Banque Nationale
Une famille porte un toast lors d’un repas.

Si vous avez envie de profiter de la vie une fois à la retraite, il est essentiel de planifier vos revenus pour le moment où vous ne travaillerez plus. Un produit incontournable pour y arriver est le régime enregistré d’épargne-retraite, le fameux REER, qui offre en plus des avantages fiscaux. De quoi s’agit-il, et comment fonctionne-t-il?

Le REER, c’est quoi? Définition!

Le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER), c’est un programme qui a été conçu par le gouvernement fédéral afin de vous inciter à épargner pour votre retraite en vous accordant des avantages. Pour faire une image, dites-vous que c’est un peu comme une boîte : vous y déposez de l’argent, et vous n’y touchez pas jusqu’à ce que vous cessiez de travailler.

Avec cet argent, vous pouvez acheter presque n’importe quel type de produit financier et le mettre dans « la boîte » : des actions, des obligations ou encore des fonds communs de placement, par exemple. Avec le temps, ces placements vont fructifier grâce aux intérêts composés et vous assurer une partie de vos revenus de retraite. On vous explique les intérêts composés en vidéo sur notre chaîne.

Le REER peut-il me permettre de payer moins d’impôt?

Oui! C’est là son principal avantage fiscal. Le REER a été conçu pour vous faire payer moins d’impôt maintenant, et possiblement moins d’impôt plus tard.

La raison en est simple : les montants que vous cotisez dans un REER sont déduits de votre revenu imposable. Par exemple, si vous avez un revenu de 50 000 $ et que vous placez 2000 $ dans un REER, vous ne paierez de l’impôt que sur 48 000 $. Les revenus générés par vos placements à l’intérieur d’un REER sont également à l’abri de l’impôt, tant qu’ils restent à l’intérieur du REER.

Ce n’est qu’au moment de décaisser les sommes accumulées, normalement à la retraite à l’aide du fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), que vous paierez de l’impôt. Comme vos revenus pourraient être moins élevés à ce moment de votre vie, votre taux d’imposition marginal sera probablement plus faible. Vous auriez donc moins d’impôt à payer.

Le REER a-t-il des limites?

Est-ce que vous pouvez mettre tous vos revenus dans votre REER et ne pas payer d’impôt du tout? Non. Voici quelques règles.

Le montant maximum de cotisation au REER que vous pouvez déduire

Le gouvernement a établi une limite annuelle de cotisation au REER, soit le plus petit des montants suivants :

Bon à savoir :

  • Si vous n’utilisez pas tous vos droits de cotisation une année, ils s’accumulent pour les années suivantes.
  • Pour pouvoir déduire le montant d’une cotisation de votre revenu imposable d’une année donnée, vous devez investir dans votre REER au plus tard dans les 60 premiers jours de l’année suivante.
  • Vous pouvez trouver le montant de vos droits de cotisations dans votre dossier de l’Agence du revenu du Canada ainsi que sur l’avis de cotisation qui vous est envoyé lorsque votre déclaration de revenus est traitée.

Vous avez les moyens de cotiser au maximum? Tant mieux! Qu’arrive-t-il si, par mégarde, vous dépassez le maximum déductible? Le gouvernement a généralement une certaine tolérance et ne pénalise pas les cotisations excédentaires de moins de 2000 $. Toutefois, vous ne pourrez pas bénéficier de la déduction d’impôt pour toute somme au-delà de ce qui est autorisé.

Si vous versez plus de 2000 $ que votre maximum déductible, un impôt de 1 % par mois pourrait être appliqué sur le montant excédentaire, jusqu’à ce qu’il soit retiré du REER. Cet impôt doit être payé dans les 90 jours suivant la fin de l’année, sans quoi vous pourriez devoir payer une pénalité et des intérêts.

Des sommes qu’il est préférable de ne pas décaisser

Bien sûr, l’argent que vous avez versé dans votre REER vous appartient, et vous pouvez en tout temps l’utiliser pour faire ce que bon vous semble. Cependant, en décaissant des sommes de votre REER, vous perdrez les avantages qui y étaient associés.

En effet, ces sommes seront ajoutées à votre revenu imposable, et vous devrez donc payer l’impôt qui s’applique. De plus, vous ne pourrez pas récupérer les droits de cotisation déjà utilisés.

Quels sont les principaux types de REER? Lequel devrais-je choisir?

Vous souhaitez placer de l’argent dans un REER? Voici différentes possibilités.

REER collectif

Ce type de REER est offert par un employeur à ses employés afin de les encourager à épargner pour leur retraite. Généralement, les cotisations sont prélevées directement sur la paie. Dans la plupart des cas, l’employeur contribue aussi au régime, ce qui est une autre façon de rémunérer son personnel.

REER de conjoint

Les époux et les conjoints de fait admissibles peuvent cotiser au REER de leur partenaire. Cette méthode permet de réduire les impôts du couple, surtout lorsque l’un des conjoints gagne plus que l’autre. Pour mieux comprendre cet avantage, parlez à votre spécialiste.

REER immobilisé

Si vous avez quitté un employeur sous réglementation fédérale et que vous y aviez accumulé un fonds de pension, vous pourriez avoir l’option de retirer ces sommes du régime de l’employeur pour les gérer vous-même. Vous devrez cependant investir dans un REER immobilisé. À la différence d’un REER régulier, il n’est pas permis, sauf en de rares exceptions, de retirer quelque somme que ce soit d’un REER immobilisé avant d’avoir atteint l’âge de la retraite.

Parlez à nos spécialistes en planification de la retraite

Qui peut cotiser à un REER?

Le REER est un programme accessible, mais il est important de connaître ses conditions d’utilisation, qui sont bien détaillées sur le site Web du gouvernement du Canada.

Quels sont l’âge minimum et l’âge maximum pour utiliser un REER?

Il n’y a pas d’âge minimum pour commencer à cotiser à un REER. Si vous avez déjà produit une déclaration de revenus et si vous avez eu des revenus d’emploi ou d’entreprise, vous pouvez commencer à cotiser.

Seuls les revenus d’emplois, les revenus d’entreprises et les déductions REER inutilisées donnent droit au REER. Les revenus qui proviennent de placements ou de gains en capital ne sont pas pris en compte dans le calcul de vos droits de cotisation.

En ce qui concerne l’âge limite pour cotiser à un REER, il est fixé à 71 ans. Plus précisément, vous devez cesser de verser des sommes dans votre REER au plus tard le 31 décembre de l’année où vous avez 71 ans. Vous pourriez toutefois continuer de cotiser au REER de votre conjoint s’il n’a pas atteint cet âge.

Est-ce que j’ai trop ou pas assez de revenus pour cotiser à un REER?

Le REER est ouvert à tous, peu importe le revenu. Il n’y a pas de seuil minimum ou maximum de revenus pour avoir le droit d’y cotiser.

Cependant, n’oubliez pas que le principal avantage du REER est de vous permettre de reporter le paiement d’une partie de vos impôts. Si votre taux d’imposition est faible, soit parce que votre revenu est peu élevé ou parce que vous avez de nombreuses autres déductions, le REER pourrait ne pas être la meilleure solution de placement pour vous.

Comment puis-je ouvrir un REER?

Comme son nom l’indique, le REER est un produit « enregistré », puisqu’il vous permet de bénéficier d’avantages fiscaux. Le gouvernement doit donc être mis au courant des sommes que vous y investissez.

Vous pouvez ouvrir un REER par vous-même en passant par le site Web de votre institution bancaire, ou vous pouvez obtenir l’aide d’un conseiller. Vous pouvez ouvrir plus d’un compte REER, cependant le cumul des sommes que vous déposez ne doit pas excéder vos droits de cotisation.

Investissez aujourd’hui pour vos projets de
demain

Quand puis-je décaisser mon REER, et comment?

Si vous avez besoin de liquidités, vous pouvez décaisser une partie de votre REER à tout moment, mais cela pourrait ne pas être avantageux, puisque le REER est un outil d’épargne conçu pour la retraite.

Il est recommandé d’établir une stratégie de décaissement. Votre spécialiste en planification de la retraite vous aidera à prendre des décisions pour maximiser vos revenus tout au long de cette période de votre vie. Vos autres sources de revenus, comme la Pension de la sécurité de la vieillesse, mais aussi vos obligations, comme l’impôt à payer, seront prises en considération.

Qu’est-ce que le transfert du REER vers le FERR?

Puisque l’âge maximum pour cotiser à un REER est 71 ans, vous devez agir au plus tard le 31 décembre de l’année où vous atteindrez cet âge et transférer les sommes accumulées dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR).

Si le REER vous permet d’accumuler des fonds et de les faire fructifier à l’abri de l’impôt en vue de votre retraite, le FERR, quant à lui, vous permet de décaisser vos économies tout au long de votre retraite, avec l’obligation d’un retrait minimum par année.

Attention : si vous omettez de transférer votre REER dans un FERR, il pourrait y avoir des conséquences fiscales importantes. Soyez vigilant.

Puis-je utiliser mon REER sans payer d’impôt?

Le gouvernement a prévu deux situations où vous pourriez retirer des sommes de votre REER sans devoir payer de l’impôt :

●        Pour acheter une propriété, au moyen du régime d’accession à la propriété (RAP)

●        Pour effectuer un retour aux études, au moyen du régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP)

Ces deux programmes sont sujets à de nombreuses conditions. Informez-vous auprès d’un spécialiste pour prendre les bonnes décisions.

En somme, quand le gouvernement propose des régimes qui visent à encourager l’épargne, comme c’est le cas du REER pour la retraite, il est souvent avantageux d’en profiter. Que ce soit pour avoir plus d’information à ce sujet ou pour passer à l’action dès maintenant, venez nous parler. Pour vos questions, on est là.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories