Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

La règle de 72 et la magie de l’intérêt composé

28 août 2013 par Banque Nationale
règle des 72

Une méthode simple permet de calculer rapidement le rendement à long terme d’un taux d’intérêt et de comprendre tout l’avantage de l’intérêt composé.

Certains investisseurs consacrent beaucoup de temps à leurs placements et font des calculs de prévision financière très élaborés. D’autres, même s’ils prennent leurs investissements au sérieux, se contentent d’appliquer de grands principes et font des calculs approximatifs pour orienter leurs décisions.

Pour un calcul mental rapide, la règle du 72 est particulièrement précieuse. Elle permet d’estimer le temps qu’il faut à un investissement pour doubler de valeur selon le taux d’intérêt qu’on lui applique.

On obtient le nombre d’années nécessaire au doublement en divisant simplement 72 par le taux d’intérêt.

Ainsi, si un montant de 100$ est placé à un taux d’intérêt de 1%, il lui faudra presque 72 ans (72 divisé par 1) pour valoir 200$.

S’il est placé à un taux d’intérêt de 2%, le placement doublera de valeur en 36 ans environ (72 divisé par 2).

En revanche, avec un taux d’intérêt de 7%, une dizaine d’années suffiront (72 divisé par 7).

La règle peut aussi être utilisée à l’envers, pour calculer le taux d’intérêt qui serait nécessaire pour doubler un montant selon un nombre d’années fixé. Dans ce cas, on divise 72 par le nombre d’années pour obtenir le taux d’intérêt.

Par exemple, pour qu’un placement double sa valeur en 12 ans, il lui faut un taux d’intérêt de 6% (72 divisé par 12 = 6).

Cette règle très pratique ne donne toutefois qu’une approximation. Elle devient inexacte si le taux d’intérêt est très élevé ou si la période de doublement est très courte. Ainsi, il ne suffit pas d’une seule année pour doubler un montant avec un taux d’intérêt de 72%. Il faudrait plutôt un taux d’intérêt de 100%!

Mais comme les taux d’intérêt réalistes sont rarement aussi élevés, la règle donne généralement une approximation très utile. Surtout, elle permet de saisir rapidement la différence importante que peut représenter, à terme, un petit point de pourcentage entre deux taux d’intérêt.

La magie de l’intérêt composé

Si une petite différence dans le taux d’intérêt peut faire une énorme différence dans le résultat d’un investissement, c’est en raison de la force de l’intérêt composé - «la force la plus puissante de l’univers» selon Albert Einstein!

«Les intérêts composés sont la huitième merveille du monde, a même écrit le grand scientifique. Celui qui les comprend les gagne. Et celui qui ne les comprend pas les paie.»

L’intérêt composé calcule l’intérêt non seulement sur le montant initial de l’investissement, mais aussi sur le montant de l’intérêt gagné depuis l’investissement initial. Par exemple:

    • un montant de 1000$ placé à 3% d’intérêt rapporte 30$ la première année;

    • la deuxième année, l’intérêt de 3% s’applique à la fois sur le 1000$ initial et sur le 30$ d’intérêt gagné, rapportant ainsi 30,90$;

    • la troisième année, l’intérêt s’applique maintenant sur 1000$ + 30$ + 30,90$ = 1060,90$ et rapporte 31,83$, et ainsi de suite. L’augmentation progressive du montant d’intérêt gagné chaque année est la recette magique de l’intérêt composé.

    L’exemple illustre l’avantage de commencer à épargner le plus tôt possible, même de petites sommes, afin d‘assurer un rendement régulier.

    Certains produits financiers intègrent déjà la magie de l’intérêt composé. C’est le cas des comptes d’épargne, des dépôts à terme, des certificats de placements garantis (CPG) et de certaines obligations gouvernementales. Pour d’autres produits, comme les obligations corporatives et certaines obligations gouvernementales, il faut réinvestir chaque année le montant reçu en intérêt pour bénéficier de cette magie.

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Catégories

    Catégories