Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

À quel âge faut-il demander sa rente du RRQ?

03 juillet 2012 par Banque Nationale
demande régie des rentes 60 ans

Bien que les Québécois vivent plus vieux, la tendance est de cesser de travailler de plus en plus tôt. Cette décision peut avoir une influence importante sur vos revenus. Qu’en est-il de la rente du Québec, communément appelée « la RRQ »? Voyez comment l’âge de la retraite a un effet sur les sommes auxquelles vous aurez droit.

Le Régime des rentes du Québec est un régime contributif. Les cotisations versées donnent droit à une allocation de retraite, dont la somme est déterminée par votre historique de cotisation. Les revenus de travail ou de vos autres régimes de retraite personnels n’influencent pas le montant de votre rente.

Recevoir la rente du Québec

L’âge auquel vous choisissez de demander la rente a un effet sur les revenus que vous toucherez de cette rente, et ce, votre vie durant. Au Québec, si vous êtes admissible, vous pouvez le faire dès l’âge de 60 ans, et ce, même si vous travaillez encore. « Tous les clients s’interrogent, est-ce mieux d’en profiter maintenant – plus d’argent dans les poches – ou en garder plus pour plus tard. » Un point important, « votre décision est irréversible », souligne Madame Chantal Lamothe, planificatrice financière au Centre d’expertise-conseils de la Banque Nationale.

L’âge de la retraite et le calcul de la rente

Selon Retraite Québec, en 2018, le maximum qu’une personne de 65 ans pourrait retirer du Régime est établi à 1 134,17 $ par mois ou à 10 000 $ par année. La rente est indexée le 1er janvier de chaque année.

Réclamer la rente à 60 ans

Vous pourriez décider de réclamer votre rente dès l’âge de 60 ans, soit 5 ans avant l’âge établi de la retraite. Le RRQ impose toutefois des pénalités aux personnes qui choisissent de réclamer leur rente de manière hâtive.

« Pour chaque année qui sépare votre retraite de l’âge normal de la retraite, vous perdez 7,2 % de votre rente. C’est 36 % de moins, note Mme Lamothe, et ce, pour le reste de votre vie. Si vous demandez votre rente à 61 ans, c’est 29 % de pénalité, au lieu de 36 %, et ce montant est indexé chaque année. C’est déjà mieux », explique-t-elle.

Cependant, elle souligne que le nombre d’années de plus à retirer cette rente pourrait représenter un avantage et compenser pour ces pénalités. Tout dépend de votre situation et de vos autres sources de revenus.

Repousser la retraite après 65 ans

Il y a un avantage à repousser sa retraite; le RRQ bonifie la rente après 65 ans. « Si vous prenez votre retraite après 65 ans, c’est 8,4 % de plus par année à votre rente, en plus de l’indexation », dit Mme Lamothe en soulignant que c’est plus avantageux à long terme. Ainsi, si vous décidiez de prendre votre retraite à 70 ans, votre rente s’établirait à 142 % de la rente maximale d’une retraite à 65 ans en 2018. Pour le calcul, cela représente 14 200 $ au lieu de 10 000 $. « Si vous vivez jusqu’à 85 ans, c’est beaucoup de versements », insiste-t-elle. En 2016, l’espérance de vie s’est établie à 84,5 ans pour les femmes et 80,8 ans pour les hommes de la province

Âge Montant de la rente Variation de 60 ans à 70  ans
60 ans 6 559 $ -
65 ans 10 000 $ + 3 441 $
70 ans 14 200 $ + 7 641 $

N’oubliez pas que si vous repoussez votre retraite et qu’il vous arrivait quelque chose de grave, vous ne pourriez profiter de cette bonification. « Si on connaissait l’année de notre décès, on se poserait moins de questions. Comme on ne le sait pas, il est difficile de définir l’âge optimal », indique Mme Lamothe. Ce n’est pas que mathématique. « Il y a le côté émotif de vouloir prendre sa retraite pour voir grandir ses petits-enfants, par exemple », dit-elle.

Mme Lamothe suggère de travailler avec un conseiller financier pour le côté mathématique. Voici quelques scénarios :

  • Si vous travaillez, même à heures réduites, et que vous jugez que votre revenu est suffisant, vous pourriez retarder le versement de la rente et ainsi profiter de la bonification.
  • Si vos revenus sont insuffisants, mais que vous souhaitez retarder le décaissement de vos régimes personnels, vous pourriez décider de demander votre rente.
  • Si vous avez des placements qui vous donnent beaucoup de rendement à l’abri de l’impôt, la rente du Québec pourrait s’avérer une option intéressante pour continuer à faire fructifier votre épargne.
  • À l’inverse, si vos rendements sont moins intéressants, vous pourriez décider de retirer vos placements personnels et réclamer au RRQ plus tard.

D’autres facteurs sont à prendre en considération. Une rupture, votre état de santé actuel, l’importance que vous accordez à votre qualité de vie et les revenus souhaités à la retraite peuvent vous guider vers un ou l’autre des scénarios.

D’ailleurs, dans le cas d’une rupture, si vous partagiez vos revenus de travail inscrits au RRQ, vous pourriez perdre au chapitre des gains admissibles, donc sur le montant de la rente. « Si vous travaillez encore, vous auriez peut-être intérêt à vous “renflouer” et repousser le moment de réclamer », propose Mme Lamothe pour augmenter le montant de votre rente.

Prendre une retraite progressive

Vous pouvez, en collaboration avec votre employeur, prendre des arrangements de retraite progressive. Cela vous permet de bénéficier d’un revenu supplémentaire ou similaire, en combinant travail et rente, et d’avoir plus de temps libre.

Dans ces situations, votre rente n’est pas réduite puisque vous continuez à cotiser au Régime. Vous pouvez communiquer avec Retraite Québec et demander d’effectuer une simulation si vous souhaitez explorer cette avenue. Les travailleurs autonomes ne peuvent malheureusement se prévaloir de cet avantage.

Sachez que des outils tels que SimulR, pour vous aider à calculer rapidement vos revenus à la retraite et SimulRetraite, pour effectuer le calcul à partir de vos données personnelles enregistrées au RRQ, sont également à votre disposition. Avant de faire la demande en ligne pour recevoir votre rente du Québec, assurez-vous de faire quelques simulations.

Quand la retraite prend un nouveau tournant

Rente et invalidité

Qu’adviendrait-il de votre rente de retraite s’il vous arrivait un pépin et que vous étiez atteint d’une invalidité grave? Si vous avez moins de 65 ans, vous pourriez avoir droit à un montant additionnel pour invalidité. À l’âge de 65 ans, ce montant cesse d’être versé, mais vous recevrez toujours votre rente de retraite au montant établi avant cette invalidité. Si vous êtes prestataire du Régime de pensions du Canada, vous n’avez pas droit au montant additionnel pour invalidité.

Rente et décès

Ce n’est jamais agréable d’envisager sa propre mort, mais qu’en est-il de votre rente de retraite du RRQ lorsque vous décédez? Elle cesse tout simplement d’être versée. Votre conjointe ou conjoint pourrait toutefois avoir droit à la rente du conjoint survivant.

Demander les autres pensions gouvernementales

La rente du Québec n’est pas le seul revenu disponible. La pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV), au Canada, s’offre également à vous si vous répondez aux critères d’admissibilité. Vous pouvez la retirer dès l’âge de 65 ans, même si vous travaillez encore. Contrairement à la rente du Québec, la PSV peut être réduite ou disparaître selon vos revenus. Vous pouvez aussi choisir de reporter le versement de cette rente, elle pourrait être bonifiée jusqu’à un maximum de 36 % à 70 ans. Dans certains cas, vous pourriez aussi recevoir un Supplément de revenu garanti.

La rente du Québec et la pension de la Sécurité de la vieillesse du Canada sont des revenus de base garantis. Vos régimes de retraite personnels – fonds de pension, CELI, REER – peuvent compléter ces entrées d’argent régulières pour vous aider à atteindre vos objectifs pour une retraite à votre image.

Comme le souligne La Presse Affaires, les changements annoncés par le gouvernement du Québec modifient les montants qui seront versés au moment de la retraite. La rente annuelle maximale est de 11 840 $, si on commence à la recevoir à 65 ans.

Les changements annoncés augmentent le montant que l’on peut recevoir si l’on retarde sa retraite. Cependant, les pénalités imposées si l’on devance sa retraite sont aussi augmentées.

À compter de l’an prochain, votre rente sera bonifiée de 8,4 % pour chaque année où vous retarder l’encaissement de votre rente. Par exemple, si vous prenez votre retraite à 70 ans, soit cinq ans plus tard que l’âge «normal» de 65 ans, vous aurez droit à une rente annuelle de 16 812 $ (en dollars d’aujourd’hui), soit 42 % de plus.

La préretraite coûtera plus cher

À l’opposé, si vous devancez votre retraite, vous devrez vous contenter d’une rente réduite.

À l’heure actuelle, la pénalité est de 6 % pour chaque année où vous devancez votre retraite, par rapport à 65 ans. Par exemple, si vous prenez votre retraite à 60 ans, la réduction sera de 30 %.

Le pourcentage de réduction sera augmenté progressivement, pour atteindre 7,2 % par année en 2016. À 60 ans, votre rente sera donc amputée de 36 %, au lieu de 30 % comme c’est le cas actuellement.

À quel âge faut-il commencer à encaisser sa rente?

La Presse Affaires pose très clairement la question : est-il plus payant d’encaisser une rente réduite sur une plus longue période ou d’encaisser une plus grosse rente moins longtemps?

Selon une experte consultée pour l’article, si vous êtes en bonne santé et que vous n’avez pas besoin de la rente pour subvenir à vos besoins essentiels, il est préférable d’attendre avant d’encaisser une rente.

L’ article explique que, à l’aide d’un scénario assez détaillé, que la rentabilité relative des choix offerts varie dans le temps. Ce scénario démontre aussi que, si tous les rentiers vivent jusqu’à 85 ans, la rente tardive est celle qui rapportera le plus.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags:

Catégories

Catégories