Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Le travail à la retraite et les coûts qui s’y rattachent

03 avril 2019 par Banque Nationale
Travailler à la retraite

Selon l’institut de la statistique du Québec, le taux d’emploi des 65 ans et plus a augmenté de 66 % en 10 ans. Cela représente plus de 10 % des personnes de cette tranche d’âge qui touchent divers revenus d’emploi. Cette entrée d’argent supplémentaire peut avoir un impact sur vos finances. Voici tout ce que vous devez savoir avant de travailler à la retraite

Plusieurs raisons peuvent vous pousser à trouver un emploi une fois à la retraite : avoir plus d’argent, se maintenir en bonne forme physique et mentale, relever de nouveaux défis ou encore maintenir une vie sociale active. Toutefois, il est important de calculer les coûts qui peuvent découler d’une telle décision.  

Avant de postuler pour un emploi

Au moment d’élaborer une stratégie visant à augmenter vos revenus à la retraite, dressez un portrait réaliste et complet de votre situation. Voici 5 éléments à considérer :   

1. Stratégies d’optimisation de votre épargne

Si l’idée de travailler à la retraite vous vient uniquement d’un besoin d’avoir plus d’argent, vous auriez intérêt à maximiser vos revenus de retraite actuels avant de chercher un emploi, par exemple en reportant les pensions gouvernementales ou en envisageant le partage des revenus entre conjoints. Vous minimiserez ainsi l’impact fiscal, tirerez profit de diverses stratégies d’optimisation de votre épargne et profiterez d’une retraite plus confortable.

Pour tirer le maximum de profit des ressources financières dont vous disposez et en bénéficier le plus longtemps possible, vous pourriez également revoir le rythme de décaissement de votre épargne.

2. Votre palier d’imposition

Un revenu supplémentaire lors de la retraite peut vous faire changer de palier d’imposition, ce qui aura un impact sur votre revenu global. Assurez-vous d’évaluer l’effet de cette entrée d’argent sur votre revenu total après impôt. 

Votre comptable peut établir quelques scénarios pour vous aider à en mesurer les conséquences et prendre une décision éclairée. 

3. Vos cotisations au Régime des rentes du Québec

Si vous touchez déjà la rente du Régime des rentes du Québec, vous aurez droit à une exemption pour les premiers 3500$ de revenus de travail supplémentaire. Si toutefois ceux-ci dépassent cette exemption, vous devrez recommencer à cotiser au Régime. Sachez que ces cotisations supplémentaires auront l’avantage d’augmenter le montant de votre rente. Ce supplément sera alors automatiquement ajouté à même votre rente pour le reste de votre vie.

Si vous décidez de travailler à la retraite, il se peut que vous n’ayez plus besoin de vos revenus du Régime des rentes. Pourquoi ne pas utiliser ces revenus pour cotiser à votre REER? Cependant, sachez qu’après 71 ans, vous ne pouvez plus cotiser au REER. Dans ce cas, vous pourriez envisager de déposer l’argent dans un CELI, un compte d’investissement non enregistré ou encore un compte épargne. 

Vous pouvez également demander à Retraite Québec de stopper le versement de votre rente. Lorsque vous ferez une nouvelle demande de rente, vos prestations seront alors plus élevées. Le délai maximal pour faire cette demande est de six mois après le premier versement de votre rente.

4. L’âge de la retraite

Si vous n’avez pas encore commencé à recevoir votre rente, vous pourriez décider de repousser l’âge de votre retraite pour recevoir une rente bonifiée. C’est peut-être plus avantageux que de quitter votre emploi pour ensuite devoir en trouver un autre et avoir à déclarer une entrée d’argent supplémentaire.

Le gouvernement a mis en place cette mesure dans le but de pallier le manque de main-d’œuvre et d’encourager les gens à repousser l’âge de leur retraite. Si vous repoussez le vôtre jusqu’à 70 ans, votre rente pourrait même aller jusqu’à doubler. 

5. Autres sources de revenus possibles

Vous avez peut-être accès à d’autres sources de revenus qui sont plus payantes qu’un retour au travail. Possédez-vous un bien imposable comme un chalet ou un immeuble locatif que vous pourriez vendre? Vous pourriez avoir recours à une stratégie de décaissement progressif et ainsi transformer cette vente en revenu récurrent.

S’y retrouver parmi votre REER, votre FERR et votre CELI

Vous avez le droit de cotiser à votre REER jusqu’à 71 ans. Puis, au 31 décembre de l’année de votre 71e anniversaire, vous devrez convertir vos REER en FERR pour commencer à recevoir un revenu de retraite. 

Pour sa part, le CELI est avantageux, car il ne comporte pas d’âge limite de cotisation. Si vous n’avez plus de droits de cotisation à votre REER, le CELI sera probablement un outil de placement idéal. D’ailleurs, si vous avez accumulé un important montant dans votre FERR, vous pourriez opter pour une stratégie de transfert de votre FERR vers un CELI et ainsi profiter des avantages fiscaux qui s’y rattachent.  

Un emploi adapté à votre horaire

Si vous décidez de retourner au travail, priorisez un emploi adapté à votre horaire et style de vie. La pénurie actuelle de travailleurs dans plusieurs secteurs d’activité pourrait convaincre de nombreux employeurs de vous accueillir au sein de leur entreprise.

Si votre motivation à retourner travailler est de rester actif plutôt que d’en tirer un revenu supplémentaire, vous pourriez également considérer faire du bénévolat auprès de divers organismes de votre communauté. 

Une retraite agréable et… payante

Comme tout ce qui touche aux finances personnelles, la meilleure approche est toujours de bien planifier et de bien définir vos projets. Les impacts d’un retour au travail sont nombreux et il est primordial d’en discuter avec votre conseiller. Il vous aidera à prendre les bonnes décisions pour bien profiter de la vie tout en minimisant les répercussions sur vos finances.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags:

Catégories

Catégories