Retrait du CRI au profit du REER : une bonne idée?

02 septembre 2021 par Banque Nationale
Image de conseillère et cliente qui parlent du CRI

Vous avez possiblement entendu parler de l’idée de retirer l’argent de votre compte de retraite immobilisé (CRI) pour gagner en flexibilité ou utiliser les fonds avant votre retraite. Même si cela peut être une bonne idée dans certaines situations, il y a également de bonnes raisons de ne pas le faire. On explore pourquoi, et comment tout ça fonctionne.

Pour quelles raisons vaut-il mieux garder mon CRI?

D’abord, il se peut que vous soyez témoin d’offres alléchantes ou même de stratagèmes qui vous permettraient de contourner l’impôt et qui vous donnerais un accès immédiat au solde de vos comptes immobilisés. Si c’est trop beau pour être vrai, vous devriez vous en méfier.  

Le CRI, un soutien tout au long de votre retraite 

Sans entrer dans les détails du fonctionnement du CRI, c’est important de savoir que pour en tirer un revenu à la retraite, il faut d’abord le transférer dans un fonds de revenu viager (FRV). 

Le FRV a un montant minimum et maximum de retrait à respecter annuellement. On pourrait donc penser qu’il est mieux de désimmobiliser son CRI pour éviter ces contraintes.

Pourtant, ces limites-là peuvent représenter un avantage. Pourquoi? Parce que le CRI est censé nous soutenir pendant toute la retraite. Le maximum des retraits annuels existe pour nous empêcher de tout sortir d’un coup et de manquer d’argent avant la fin de nos jours. Le but : aider à maintenir un certain niveau de vie le plus longtemps possible. Dans le fond, un CRI, c’est un peu comme un régime enregistré d’épargne-retraite (REER), en plus restrictif. 

Une bonne stratégie, pour certains, consiste à retirer moins que le maximum annuel de son CRI-FRV, juste ce dont on a vraiment besoin. Cela permet de limiter les impôts à payer et d’étirer les retraits dans le temps. Plus vous décidez d’en retirer chaque année, moins vos réserves tiendront longtemps.

En fonction de l’espérance de vie moyenne et des taux d’intérêts réels, le CRI pourrait ne pas vous assurer des revenus satisfaisants tout au long de votre vie, même si vous n’en retirez que le minimum exigé chaque année. Bref, choisir de désimmobiliser son CRI, c’est choisir d’accélérer les retraits et risquer de se retrouver plus rapidement avec des revenus moindres à la retraite. 

Bon à savoir : pour être reconnu comme un CRI, l’argent déposé dans le compte doit provenir d’un régime de retraite et l’employeur doit être sous juridiction provinciale. Si le régime de retraite est de juridiction fédérale (banques, télécommunications, aviation et autres), on ne parle pas d’un CRI, mais plutôt de REER immobilisé.  Les conditions qui s’appliquent pour désimmobiliser un CRI ou un REER immobilisé varient selon la juridiction. 

L’accès au CRI : possible suivant certaines raisons spécifiques 

Il y a des raisons qui vous donnent le droit de faire des retraits de votre CRI sans les contraintes habituelles. Comme dit précédemment, les conditions peuvent varier selon la situation et selon votre province ou territoire. Voici quelques exemples de scénarios où ça peut être possible :

  • Vous étiez âgé de 65 ans ou plus à la fin de l’année précédant votre demande et le montant de votre CRI est suffisamment bas (Exemple de Retraite Québec : 40 % ou moins du maximum des gains admissibles )
  • Vous ne résidez plus au Canada depuis plus de deux ans
  • Votre espérance de vie diminue à cause d’une invalidité physique ou mentale (preuve médicale à l’appui)
  • Vous décédez

Le CRI, une protection contre les créanciers

Ceux et celles qui ont déjà un régime enregistré d’épargne retraite (REER) ont peut-être déjà été sollicités pour se procurer des produits d’assurance qui le protégeraient des créanciers. Ces produits peuvent être intéressants dans certains cas, mais peuvent coûter cher. En gardant vos avoirs dans votre CRI, vous bénéficiez d’une protection semblable qui ne vous coûtera pas un sou puisque le CRI est automatiquement protégé contre les créanciers. 

Retrait du CRI : des frais évitables

Désimmobiliser son CRI peut ressembler à une aventure administrative. Ça nécessite de faire des transferts, d’ouvrir et de fermer des comptes et dans la plupart des cas, de faire appel à des professionnels pour vous assister. Vous pourriez aussi devoir payer des frais en cours de route.   

Toutes ces manipulations-là peuvent entraîner des erreurs. En plus, il peut aussi y avoir des implications fiscales insoupçonnées. Par exemple : une modification des montants de pension alimentaire puisqu’elle est basée sur vos revenus et qu’un retrait de votre CRI (devenu un FRV) en fait partie. 

Quelles sont les situations où ça peut être avantageux de désimmobiliser mon CRI?

Le legs de mon CRI au conjoint ne me convient pas

Saviez-vous que si vous avez un conjoint reconnu dans votre province, c’est cette personne qui héritera automatiquement de votre CRI à votre décès? Si vous tenez absolument à léguer les sommes qui sont dans votre CRI à quelqu’un d’autre, vos enfants par exemple, désimmobiliser votre CRI pourrait être une solution. Vous auriez alors l’option de placer votre argent pour qu’il puisse être légué selon les volontés de votre testament.  

En plus des démarches administratives normales qui peuvent être complexes, dans cette situation, vous devrez faire appel à un juriste. Il pourra vous accompagner avec les contraintes, comme la renonciation de votre conjoint. 

Bon à savoir : si votre CRI ne provient pas de votre propre régime de retraite, qu’il provient de celui de votre ex-conjoint par exemple, vous avez la liberté de le léguer à qui bon vous semble au décès.   

Les retraits de mon FRV qui proviennent du CRI m’empêchent d’avoir accès au plein SRG

Le Supplément de revenu garanti (SRG) provient du Gouvernement du Canada. Il est accessible aux gens qui ont des revenus en dessous d’un certain montant. Si vos revenus de retraite, y compris ceux provenant de votre CRI, ne vous donnent pas accès au SRG, vous pourriez vouloir désimmobiliser votre CRI. 

Il faudrait alors le sortir le plus rapidement possible pour réduire vos revenus des années suivantes et éventuellement avoir accès au plein SRG. 

Conseil d’expert : évitez de dépenser les sommes retirées de votre CRI-FRV et mettez-les de côté, dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) par exemple, pour vous soutenir à la retraite. 

Je n’ai pas de REER, de CELI ou de compte non enregistré accessible pour des dépenses inattendues

Des dépenses inattendues peuvent survenir et le retrait maximum du CRI pourrait ne pas être suffisant pour les couvrir. Dans le cas où vous n’avez pas d’autres actifs plus accessibles (REER, CELI, compte non enregistré ou autres), vous pourriez avoir à désimmobiliser une partie de votre CRI. On parle ici d’une urgence, le rôle principal de votre CRI devrait rester de vous fournir un revenu de retraite constant tout au long de votre vie.  

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières analyses et tendances des marchés.

S'abonner à l'infolettre

Quelles sont les étapes pour faire le transfert graduel de mon CRI à mon REER? 

Vous vous trouvez dans l’une des situations précédentes et vous voulez retirer l’argent de votre CRI? Vous devrez suivre ces étapes avec l’aide de votre conseiller.

  1. Ouvrir un fonds de revenu viager (FRV). 
  2. Transférer l’argent du CRI dans le FRV.
  3. Retirer du FRV la somme maximale autorisée par la loi. Attention, le montant maximum dépend de plusieurs critères, comme votre âge.
  4. Investir cette somme dans un régime enregistré d’épargne-retraite (REER).
  5. Transférer le solde du FRV dans un nouveau CRI avant la fin de l’année.
  6. Répéter ces mêmes étapes chaque année pour avoir accès à une partie supplémentaire de votre épargne-retraite.

Quels sont les détails à retenir? 

Pourquoi transférer l’argent du CRI dans un FRV? Tout simplement parce qu’il est impossible de retirer des sommes directement d’un CRI. Le FRV est un passage obligé dans un premier temps. Dans un deuxième temps, transférer les sommes depuis le FRV dans le REER vous permettra d’éviter de payer de l’impôt sur la somme retirée désimmobilisée, jusqu’au retrait.

Ensuite, transférer le solde du FRV dans un nouveau CRI vous permettra de maximiser vos retraits. En effet, vous pouvez transférer dans votre REER la différence entre le retrait minimum et maximum du FRV. Or, il n’y a aucun retrait minimum lors de la première année. Vous pouvez donc transférer le maximum. Ce sont les retraits minimaux obligatoires à partir de la deuxième année qui sont imposables. Vous évitez donc de payer de l’impôt en retirant la somme minimale les années subséquentes.

En parallèle, vous vous demandez sûrement combien vous pourrez retirer chaque année. Le montant maximum autorisé par la loi dépend de votre âge, de votre province et de la somme accumulée dans votre CRI puis transférée dans le FRV.

Le compte de retraite immobilisé (CRI), porte bien son nom. C’est un compte plutôt contraignant qui a aussi des avantages et qui vise à vous aider à vivre une belle retraite. Si vous décidez de le désimmobiliser, faites-le pour les bonnes raisons. Pour vous aider à prendre cette décision importante, consultez nos spécialistes de la retraite. Pour vos questions, on est là.

Nos conseillers peuvent vous aider à planifier votre retraite.

Prendre un rendez-vous

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories