Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Faire un budget pour l’arrivée d’un bébé

08 janvier 2012 par Banque Nationale
Faire un budget pour l'arrivée d'un bébé

Cette joie indescriptible de tenir son nouveau-né dans ses bras pour la première fois! Le bonheur de devenir parent occulte parfois les coûts associés à l’arrivée d’un enfant, pourtant non négligeables, et ce, même avant sa naissance. Voici une idée de ce que les parents auront à dépenser pour s’occuper de leur petit paquet de bonheur.

Des revenus à la baisse

À l’arrivée d’un enfant, les revenus des parents diminuent habituellement, alors que les dépenses augmentent. Ce double effet met beaucoup de pression sur le budget familial, même si l’on bénéficie d’une large portion de son salaire pendant le congé parental.

Pour améliorer la situation financière des jeunes parents, le gouvernement du Québec offre des crédits d’impôt et des mesures d’aide financière. Par exemple, les parents d'enfants de moins de 16 ans ont accès au crédit d'impôt pour frais de garde d'enfants, à certaines conditions. De plus, les parents d'enfants de moins de 18 ans ont droit au paiement de soutien aux enfants, un crédit d'impôt remboursable.

Le gouvernement fédéral offre quant à lui l’Allocation canadienne pour enfants, une prestation annuelle qui peut atteindre 6 400 $ par enfant âgé de moins de 6 ans et de 5 400 $ pour un enfant âgé de 6 à 17 ans.

Les dépenses

Avant l’accouchement

Bien que la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) assume la majorité des coûts du suivi médical de la future maman, ceux-ci peuvent vite grimper si l’on choisit d’être suivie en clinique privée. Une échographie se détaille habituellement autour de 200 $, alors que les différents tests d’analyse coûtent plusieurs centaines de dollars chacun. En outre, vous pourriez avoir à débourser plus d’une centaine de dollars pour des cours prénataux privés. Cela dit, ceux-ci sont aussi offerts gratuitement en CLSC.

L’alimentation du bébé

L’allaitement naturel coûte moins cher que les formules pour bébé. Il faut cependant considérer le coût des soutiens-gorge adaptés, des compresses d’allaitement et des pompes. Utiliser les formules pour bébé peut coûter de 1 000 à 3 000 $ par an.

Le coût de la nourriture pour bébé dépend du moment où vous commencez à donner de la nourriture solide à votre enfant ou du type de nourriture que vous achetez. De même, ce coût sera moins élevé si vous préparez vous-même les repas de votre enfant.

La toilette

Couches jetables ou lavables? Le débat se poursuit. Cela dit, le site DiaperingDecisions.com évalue à 2 694,54 $ le coût des couches jetables pour trois ans. À l’opposé, le coût d’achat initial des couches en coton est d’environ 300 $, et en faire le lavage à la maison coûte environ deux dollars par semaine.

Pour laver votre poupon, un bain adapté se détaille environ 40 $. Comptez sur une centaine de dollars pour des produits sans allergènes ni colorants, comme le savon et le shampoing pour bébé.

La chambre

Un berceau peut coûter de 100 à 1 000 $. Vous pouvez trouver un ensemble berceau et table à langer à partir de 300 $.

Il est possible d’épargner sur le mobilier en demandant à vos amis et à votre famille s’ils ont des meubles dont ils ne se servent plus parce que leurs enfants ont grandi. Assurez-vous cependant que ces meubles répondent aux normes actuelles de sécurité.

Vêtements et équipement

De combien d’ensembles mignons votre enfant a-t-il besoin? Vous pouvez économiser en achetant des vêtements d’occasion, une stratégie judicieuse étant donné que le bébé grandit vite durant la première année de sa vie.

Pour assurer la sécurité de bébé, il faudra aussi se procurer un siège pour la voiture. Vérifiez bien les normes de sécurité par rapport au poids de l’enfant. Un siège de qualité se détaille environ 200 $.

À la maison, des barrières de protection sont essentielles pour éviter que bébé ne se déplace partout. Celles-ci coûtent une centaine de dollars, selon le modèle sélectionné. Le prix d’un moniteur de surveillance peut, quant à lui, varier grandement, entre 40 et 300 $.

Un conseil: les experts affirment que la première erreur financière que font les parents et de dépenser trop sur de l’équipement et des services qui ne sont pas si utiles. Parlez à quelques parents expérimentés pour découvrir ce qu’ils considèrent comme utile d’acheter.

Services de garde

Si vous n’avez pas accès à un service de garde subventionné, la facture pour une garderie à temps plein peut atteindre 10 000 $ par année, par enfant. Si des amis ou quelqu’un de votre famille sont disponibles pour vous aider, prenez le temps d’y réfléchir…

La santé

Vous aurez à souscrire la couverture familiale complète pour assurer la santé de votre enfant. Comme nouvelle mère, votre suivi médical et celui de votre poupon sont couverts par la RAMQ, mais les dépenses à la pharmacie seront nombreuses pour soigner la panoplie de petits maux que votre petit aura durant la première année de sa vie. Prévoyez quelques centaines de dollars à cet effet.

L’avenir de bébé

Bien que votre petit trésor en soit encore à ses balbutiements, il ne faut pas oublier de penser à son futur et à mettre de l’argent de côté pour son éducation, et ce, dès que possible. Investir dans un régime enregistré d’épargne-études (REEE) dès sa naissance permet de tirer profit d’un long horizon de placement. Encore mieux, les gouvernements fédéral et provincial offrent une subvention cumulée de 30 %!

Prêts pour la naissance

Au total, un enfant coûte de 3 000 à 4 500 $ par année, selon une étude réalisée en 2013 par l’Institut Fraser, et même 10 000 $ pour les familles plus fortunées. Bien que l’arrivée d’un enfant représente une importante dépense, les jeunes parents auront l’esprit tranquille s’ils la planifient bien.

Si vous avez à passer des nuits blanches pendant les premiers mois de la vie de bébé… mieux vaut que ce ne soit pas à cause de tracas financiers!

Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles, inscrivez-vous à l’ infolettre Banque Nationale .

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories