Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Le compte conjoint: avantages et inconvénients

15 décembre 2014 par Banque Nationale
joint account

Le compte conjoint est un outil très utile qui facilite la gestion des finances d’un couple. Par contre, il comporte aussi des inconvénients. Voici quelques pistes pour évaluer facilement si ce produit vous convient.

Contenu

Qu’est-ce qu’un compte conjoint?

Un compte conjoint est tout à fait semblable à un compte ordinaire. La différence, c’est qu’il appartient à deux personnes ou plus. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, le compte conjoint n’est pas réservé qu’aux couples. Plusieurs amoureux en ont un, mais vous pourriez en ouvrir un avec les copropriétaires du chalet familial, par exemple.

Tous les détenteurs du compte ont les mêmes droits : ils peuvent tous faire des dépôts, des retraits ou d’autres opérations bancaires et, en général, n’ont pas à obtenir l’autorisation des autres pour effectuer ces transactions.

Pour un meilleur contrôle, il est cependant possible d’exiger deux signatures pour les chèques et les retraits. Si c’est le cas, il sera toutefois impossible d’avoir une carte de débit pour ce compte conjoint. C’est moins pratique, mais vous vous garantissez un droit de regard sur toutes les transactions.

Quels sont les avantages du compte conjoint?

Ouvrir un compte conjoint est particulièrement utile pour régler les factures communes d’un couple. Vous pouvez l’utiliser pour payer les dépenses ménagères, les activités familiales ou pour les fournitures scolaires de vos enfants. C’est plus simple et rapide que de conserver vos factures et d’essayer de départager le tout ensuite.

De plus, votre institution financière pourrait bien exiger que vous en ayez un si vous souhaitez devenir propriétaire en couple. Le paiement d’une l’hypothèque, notamment, peut se faire à partir d’un tel compte.

Si le compte conjoint permet de gérer les dépenses à deux, il est aussi très pratique pour épargner. Vous pouvez l’utiliser pour mettre de l’argent de côté en vue d’un projet de rénovation, d’un mariage ou d’un voyage, par exemple.

Quels sont les inconvénients du compte conjoint?

Comme la propriété du compte conjoint est partagée, vous avez moins de contrôle sur les dépenses effectuées. Une bonne communication et une saine relation de confiance entre vous et votre partenaire sont donc essentielles pour éviter les problèmes.

En cas de conflit ou de séparation, il est d’ailleurs recommandé de fermer rapidement le compte. Imaginez si l’un des détenteurs décidait de retirer le solde à l’insu de l’autre.

Au Québec, le compte conjoint est gelé temporairement en cas de décès ou d’inaptitude d’un codétenteur. Cela permet de faire respecter les volontés exprimées par le défunt dans son testament, par exemple. Mieux vaut donc avoir également un compte personnel pour éviter de se retrouver à court d’argent du jour au lendemain.

Dans les autres provinces et territoires, le compte conjoint comporte un droit de propriété avec gain de survie, ce qui signifie que le détenteur survivant devient l’unique propriétaire du compte et que la succession du défunt n’y a pas accès. L’argent qui était partagé n’appartient alors plus qu’à une seule personne.

Votre codétenteur a des problèmes financiers?

Si votre partenaire a des problèmes financiers, l’ouverture d’un compte conjoint peut poser certains enjeux. Tout d’abord, sa mauvaise cote de crédit peut influencer négativement la vôtre.

Ensuite, si le codétenteur gère le compte de manière irresponsable, vous devrez faire face aux conséquences tout comme lui. Ainsi, vous partagerez la responsabilité des frais liés à une insuffisance de fonds, par exemple, même si vous n’êtes pas l’auteur de la transaction problématique.

Si une marge de crédit est liée au compte, vous serez aussi tenu de rembourser la dette. Vous en êtes responsable même si les dépenses ont été effectuées par votre conjoint.

De plus, un créancier peut demander la saisie des sommes dans le compte pour être remboursé. Dans ce cas, le compte risque d’être bloqué et une partie de l’argent pourrait être remise au créancier.

Notez toutefois qu’en cas de faillite, le syndic autorisé en insolvabilité déterminera quelle part du compte conjoint appartient à chacun des détenteurs. Seule celle de la personne en faillite peut être saisie.

Comment éviter les disputes?

Les experts recommandent souvent aux couples de contribuer au compte conjoint au prorata de leurs revenus. Si l’un des deux gagne 60 % du revenu familial, il devrait y contribuer à 60 %. Le partage des dépenses communes est ainsi plus équitable et le partenaire au salaire le moins élevé risque moins de s’appauvrir.

En outre, les conjoints devraient avoir une bonne discussion au sujet de leurs valeurs et de leurs priorités. Ils devraient aussi s’entendre dès le départ sur l’utilisation du compte pour éviter toute forme de malentendu et tenir un budget pour garantir une gestion transparente des entrées et des sorties d’argent. En suivant ces conseils, il est possible de profiter des bienfaits financiers de la vie à deux en limitant les risques de conflit!

Avant d’ouvrir un compte conjoint

Voici quelques questions à se poser avant de mettre en commun les finances du couple.

  • Votre futur codétenteur est-il digne de confiance? A-t-il des problèmes personnels (problème de jeu ou de drogue, difficultés financières, etc.) qui pourraient mener à de mauvaises décisions concernant la gestion du compte conjoint?
  • Quel est l’état des finances et de la cote de crédit de l’autre personne?
  • Êtes-vous à l’aise avec le fonctionnement du compte conjoint et les responsabilités qu’il entraîne?
  • Serez-vous en mesure de vérifier régulièrement vos relevés pour y détecter d’éventuelles irrégularités?
  • Rappelez-vous qu’il existe différentes façons de gérer les finances d’un couple. L’important, c’est de trouver celle qui convient le mieux aux deux.

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Catégories

    Catégories