Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment faire fructifier son argent au Canada

18 septembre 2015 par Banque Nationale
Make your money grow in Canada

Que vous désiriez planifier votre retraite ou concrétiser des projets qui vous sont chers, il existe de nombreuses solutions de placement pour vous aider à faire fructifier vos économies au Canada.

Contenu

À partir de votre premier compte d’épargne, jusqu’au décaissement de vos revenus de retraite, choisissez les véhicules de placement qui répondent le mieux à vos besoins et à votre profil d’investisseur. Aussi, pour investir intelligemment, voici les différents choix qui s’offrent à vous.

Les placements à capital protégé

Ils visent d’abord et avant tout la protection de votre argent contre les aléas des marchés boursiers, mais peuvent, dans certains cas, vous donner accès à leur potentiel de croissance. Parmi les placements à capital protégé, on retrouve les certificats de placement garanti (CPG) à taux fixe et à rendement variable et les billets de dépôt.

Les fonds communs de placement

Si le rendement n’est pas garanti comme c’est le cas avec les placements à capital protégé, les fonds communs de placement sont intéressants si vous espérez faire fructifier davantage votre épargne à long terme, tout en acceptant une part de risque. Cela dit, il est tout de même moins risqué d’investir dans un tel fonds que d’acheter directement les actions d’une société en Bourse. Avec le fonds commun, un gestionnaire se charge d’identifier et de sélectionner les sociétés qui composent son fonds. Votre argent est donc investi dans des centaines de sociétés (faisant parfois partie d’un même secteur ou d’un même marché géographique). Il s’agit donc d’un bon moyen de diversifier son portefeuille et d’éviter de mettre tous ses œufs dans le même panier!

Les fonds négociés en bourse (FNB)

Les FNB aussi sont composés d’un grand nombre de titres de sociétés en Bourse. Ils visent habituellement à répliquer un indice particulier ou à suivre une devise ou un autre actif financier. Deux caractéristiques les distinguent toutefois des fonds communs de placement. D’abord, leurs frais de gestion peu élevés séduisent de nombreux investisseurs. Ensuite, ils se transigent de la même façon qu’une action. On les achète ou on les vend quand les marchés boursiers sont ouverts, tout simplement.

>Découvrez 6 stratégies pour tirer le maximum des FNB.

Épargner en vue de votre retraite avec le REER

Le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) a comme fonction principale de vous permettre d’accumuler de l’épargne en vue de votre retraite, en réduisant le montant à payer en impôt.

  • On peut cotiser un maximum de 18% de son revenu gagné sujet au plafond annuel de l’année.
  • On peut y cotiser jusqu’au 31 décembre de l’année où l’on atteint 71 ans. Par la suite, le REER doit être converti en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR).
  • Les cotisations sont déductibles du revenu aux fins de l’impôt.
  • Les revenus de placements gagnés dans le REER ne sont imposables que lorsqu’ils sont retirés, idéalement à la retraite, quand le taux d’imposition est généralement moindre.
  • On peut y retirer jusqu’à 25 000 $ sans payer d’impôt pour acheter ou construire sa première maison, grâce au Régime d’accession à la propriété (RAP).
  • Il est possible d’y effectuer un retrait pour financer un retour à l’école à l’âge adulte, grâce au Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP).
  • Savoir profiter du CELI

    Créé en 2009, le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) permet d’épargner, et de mettre ses revenus de placements à l’abri de l’impôt, sans égard à son revenu annuel. Chaque année, on peut y cotiser jusqu’à un plafond annuel (le droit de cotisation) établi par le gouvernement du Canada. Ce plafond est de 5 500 $ en 2018. Cela dit, ces droits s’additionnent à chaque année. Ainsi, en 2018, une personne qui n’aurait jamais cotisé à un CELI pourrait y investir un maximum de 57 500 $ (soit la somme des droits de cotisation depuis la création du CELI).

    Année
    Plafond annuel
    2009
    5 000 $
    2010
    5 000 $
    2011
    5 000 $
    2012
    5 000 $
    2013
    5 500 $
    2014
    5 500 $
    2015
    10 000 $
    2016
    5 500 $
    2017
    5 500 $
    2018
    5 500 $

    Source: Agence du revenu du Canada

    Pour être admissible au CELI, il faut être âgé de 18 ans et plus, résider au Canada et avoir un numéro d’assurance sociale valide. Les revenus de placement gagnés dans le CELI ne sont pas imposables, même à leur retrait. Toutefois, il ne permet aucune déduction aux fins d’impôt, contrairement au REER.

    Un CELI peut être placé sous différentes formes, comme les comptes de placements garantis ou les fonds communs de placement.

    La clé: le planificateur financier

    Pour mieux vous guider à travers les produits canadiens et les solutions d’investissement, tournez-vous vers un conseiller financier. Son mandat sera de vous offrir conseils et soutien ainsi que de vous aider dans la saine gestion de vos finances. Il devra pouvoir répondre à vos préoccupations et vos questions et vous donner accès aux meilleures solutions pour vous aider à réaliser vos projets.

    En plus d’analyser votre situation financière, votre conseiller sera en mesure de vous diriger vers les experts qui offrent divers services ou de vous offrir ces services en fonction de votre situation.

    Le choix d’un conseiller est une décision très importante, car octroyer la gestion de ses économies à autrui peut s’avérer risqué. Assurez-vous de choisir un conseiller compétent en prenant connaissance des conseils de l’Autorité des marchés financiers.

    Épargner, une prudence élémentaire

    Il existe de nombreuses raisons de mettre de l’argent de côté: pour financer un voyage, acheter une maison ou préparer sa retraite. Or, au-delà des circonstances, épargner conserve la vertu de la prudence. C’est en épargnant que l’on se met à l’abri des revers de la vie, que l’on devient apte à aider ses proches et que l’on peut léguer un héritage à la génération suivante…

    Découvrez-en encore plus sur le Canada en vous inscrivant à l’Infolettre Nouveaux Arrivants de la Banque Nationale.

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Catégories

    Catégories