Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Obtenir un diplôme par reconnaissance des acquis

09 mars 2016 par Banque Nationale
recognition of acquired competencies

Les années passées sur le marché du travail permettent d’acquérir des connaissances précieuses au fil des années, mais il est parfois difficile de les faire reconnaître sans diplôme pour en attester. C’est pour aider ces travailleurs à faire augmenter leur valeur professionnelle que le RAC existe. Voici comment tirer avantage du programme.

Qu’est-ce que la RAC?

La RAC permet aux individus ayant développé des compétences professionnelles à l’extérieur du cadre scolaire de faire valoir ces apprentissages informels pour obtenir un diplôme décerné par un cégep ou une école professionnelle. Ce diplôme a la même valeur que celui qu’on obtiendrait au terme du programme d’études équivalent.

Les expériences prises en compte proviennent au premier chef des emplois occupés, mais elles peuvent aussi avoir été réalisées dans le cadre de formations non créditées, de bénévolat et même de loisirs. Et ce, au Québec ou ailleurs.

À qui s’adresse le programme?

« Il n’y a pas de profil type, indique France St-Amour, coordonnatrice au bureau de la RAC du cégep Marie-Victorin. C’est un programme intéressant pour les immigrants, mais aussi pour les travailleurs nés ici. Il s’adresse à toute personne qui a une expérience significative liée à un domaine d’études. »

Pour quoi faire?

L’obtention d’un diplôme par RAC est particulièrement utile quand vient le temps de chercher un nouvel emploi. Elle aide alors à faire valoir ses compétences auprès des employeurs potentiels.

« Pour les immigrants, la RAC facilite l’intégration au milieu de l’emploi, puisqu’elle leur donne un diplôme d’ici », précise Andrée Langevin, coordonnatrice du Centre d’expertise en reconnaissance des acquis et des compétences pour le réseau collégial québécois.

Selon France St-Amour, peu importe son parcours, la RAC a aussi pour vertu de développer la confiance en soi : « Plusieurs diplômés nous parlent de leur sentiment de fierté quand ils reçoivent leur diplôme. »

Par ailleurs, que vous envisagiez de vous installer, de travailler ou d’étudier au Canada, ou que vous soyez déjà au pays, la Banque Nationale a d’ailleurs mis en place un programme exclusif pour vous aider à débuter dans votre nouvelle vie.

Par où commencer?

Des dizaines de programmes d’études sont offerts en RAC. Ils vont de l’administration à la santé, en passant notamment par les métiers d’art, la mécanique, les services sociaux et la programmation web.

Comme l’offre de programmes varie d’une institution à l’autre – et d’une région à l’autre –, l’idéal est de consulter d’abord le portail Reconnaissance des acquis. Par la suite, la meilleure porte d’entrée sur la RAC sera un organisme régional, qui vous dirigera vers les établissements offrant le programme correspondant à votre profil. Dans la région métropolitaine, par exemple, l’organisme Qualification Montréal joue un tel rôle.

Comment ça marche?

Après avoir participé à une rencontre de présentation de la RAC, les candidats constituent leur dossier et procèdent à une autoévaluation. « Les programmes sont présentés sous forme de listes de compétences, plutôt que par cours, explique Mme Langevin. De cette façon, les candidats peuvent voir s’il est pertinent pour eux de s’engager dans le processus.

Le dossier est ensuite examiné par un conseiller, qui analyse le degré de maîtrise des compétences indiquées par le candidat. Cette étape inclut une entrevue.

Si certains objectifs du programme ne sont pas atteints, une formation complémentaire est proposée. Celle-ci peut prendre la forme d’un stage, de lectures guidées ou de cours en formation continue.

L’ensemble de la démarche prend généralement de 7 à 12 mois en ce qui concerne les DEC et AEC.

Quant au DEP, l’étude du dossier prend environ deux mois, indique Gaston Amiot, conseiller en gestion de personnel et responsable de la RAC au Centre d’études professionnelles Saint-Jérôme. Le spécialiste précise toutefois que lorsqu’une formation supplémentaire est requise, le processus peut prendre jusqu’à deux ou trois ans, en fonction de la disponibilité du candidat.

« C’est un parcours très individualisé. Le candidat choisit les délais et progresse à son rythme. Il ne faut pas oublier que la majorité des candidats font de la conciliation travail-famille-études », rappelle Andrée Langevin.

Combien ça coûte?

Au secondaire, l’étude du dossier est gratuite. Au collégial, on peut s’attendre à débourser environ 90 $ pour l’ouverture du dossier, puis de 40 à 50 $ par compétence à faire reconnaître. Les frais varient légèrement d’une institution à l’autre.

Au cégep Marie-Victorin, plus de 800 candidats étaient en démarche de RAC l’automne dernier. Et selon Andrée Langevin, 80 % à 90 % d’entre eux obtiendront le diplôme convoité.

« Les gens ne soupçonnent pas à quel point ils sont compétents! » souligne-t-elle.

Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale.

Ressources:

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags:

Catégories

Catégories