Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment calculer votre ratio dette-revenu?

16 avril 2021 par Banque Nationale
Femme qui coupe des légumes sur une planche à découper

Vous avez comme projet l’achat d’une propriété? Connaître votre ratio dette-revenu vous permettra de déterminer si vous êtes en bonne posture pour emprunter. C’est un calcul effectué par les institutions financières pour évaluer votre niveau d’endettement. En le calculant vous-même, vous serez en mesure de déterminer si vous vivez au-dessus de vos moyens et si vous devez changer vos habitudes pour obtenir le financement requis pour votre projet. Voici quelques conseils.

C’est quoi le ratio dette-revenu?

Le ratio dette-revenu, ou ratio d’endettement, est un pourcentage obtenu par un calcul qui compare le montant de vos dettes à celui de vos revenus bruts. Il permet de déterminer le montant que vous devez pour chaque dollar que vous gagnez.

Plus votre ratio dette-revenu est bas, plus votre niveau d’endettement est raisonnable, et donc plus votre capacité de remboursement est bonne. Cet indicateur permet d’estimer votre capacité à continuer de payer vos dettes et vos dépenses en plus de rembourser un futur prêt hypothécaire.

La banque prendra donc ce résultat en compte afin de s’assurer que votre nouveau financement respecte votre capacité de remboursement.

Comment calculer le ratio dette-revenu?

Le ratio dette-revenu peut être calculé selon deux formules :

Amortissement brut de la dette (ABD)

Cet indicateur correspond au pourcentage de votre revenu brut qui est consacré aux frais de logement pour la propriété convoitée. En règle générale, l’ABD devrait se situer entre 32 et 39 % pour qu’un prêt soit consenti, mais votre institution financière pourrait exiger un ratio plus bas.

Voici comment le calculer :

1. Additionnez les frais d’occupation mensuels : versement hypothécaire + taxes municipales + taxes scolaires + frais d’électricité et de chauffage + 50 % des frais de copropriété (s’il y a lieu).
2. Multipliez le montant obtenu par 100.
3. Divisez ce nouveau montant par votre revenu mensuel brut.

Amortissement total de la dette (ATD)

Il s’agit du pourcentage de votre revenu mensuel brut qui est consacré aux frais de logement de la propriété convoitée, en plus de vos autres dettes. L’ATD ne devrait pas dépasser 44 %, mais un prêteur pourrait aussi exiger un ratio plus bas. Généralement, un ATD inférieur à 40 % est considéré comme adéquat pour obtenir du financement.

Voici comment calculer l’ATD :

1. Additionnez les frais d’occupation mensuels : versement hypothécaire + taxes municipales + taxes scolaires + frais d’électricité et de chauffage + 50 % des frais de copropriété (s’il y a lieu).
2. Ajoutez à ce montant vos autres engagements financiers mensuels : prêts, généralement 3 % de la limite de chacune de vos cartes de crédit et de vos marges de crédit (que vous ayez un solde ou non), soutien aux enfants et pension alimentaire et tout autre paiement pour remboursement de dette.
3. Multipliez le montant obtenu par 100.
4. Divisez ce nouveau montant par votre revenu mensuel brut.

Les frais de nourriture et de services, comme la téléphonie mobile, l’Internet ou la câblodistribution, ne sont pas inclus dans ce calcul, puisque ces dépenses ne sont pas génératrices d’endettement. En règle générale, les experts s’entendent pour dire que ce calcul offre un portrait plus global de votre situation, puisqu’il prend en compte toutes vos dépenses courantes.

Pour faire le calcul, vous pouvez utiliser le calculateur de l’amortissement de la dette de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

Restez à l'affut

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières analyses et tendances des marchés.

Si mon ratio dette-revenu est élevé, un prêt me sera-t-il automatiquement refusé?

Ce ratio est un indicateur général servant à évaluer la capacité de remboursement. Si le vôtre est trop élevé, vous risquez de vous voir refuser un prêt. Par contre, selon votre situation financière, vous pourriez tout de même vous qualifier.

Votre institution financière examinera votre dossier afin d’évaluer votre situation et votre profil dans son ensemble, en prenant plusieurs éléments en considération, dont les suivants :

● Quel est votre type de revenu?
● Quel est votre domaine d’emploi?
● Depuis combien de temps travaillez-vous au même endroit?
● Quel est l’objectif de votre demande de financement?
● Quels sont vos actifs et vos liquidités?
● Comment se porte votre dossier de crédit?

Un prêteur pourrait aussi vous demander de trouver un co-emprunteur ou un endosseur afin de réduire les risques associés à votre prêt.

Les ratios maximums à ne pas dépasser pour obtenir un prêt sont des seuils critiques. Ce sont des indicateurs d’un endettement élevé. S’en rapprocher est dangereux, et les dépasser l’est encore plus. Vous vous trouveriez alors dans une situation précaire en cas d’imprévu, par exemple en cas de hausse de taux d’intérêt inattendue, de perte d’emploi ou de maladie.

Comment diminuer mon ratio dette-revenu?

Votre ratio dette-revenu dépasse 50 %? C’est peut-être un signe que vous vivez au-dessus de vos moyens.

Afin de faciliter l’obtention de votre prêt hypothécaire, envisagez des moyens de rembourser vos dettes. Voici quelques pistes :

Faire un budget : avoir une vue d’ensemble de vos entrées d’argent et de vos dépenses mensuelles vous permettra de déterminer les sommes que vous pourriez dégager pour rembourser vos dettes, même si ça suppose de le faire tranquillement. Pour mettre toutes les chances de votre côté, révisez votre budget régulièrement, modérez vos dépenses et analysez le réel besoin avant d’effectuer une grosse dépense qui augmentera votre endettement.
Prioriser vos dettes : dressez la liste de vos dettes avec leur taux d’intérêt respectif. Vous devriez rembourser en premier les dettes assorties de taux d’intérêt élevés, comme ce sont celles qui vous coûtent généralement le plus cher. Vous pourriez aussi prioriser le remboursement des « mauvaises » dettes, soit les emprunts faits pour vous procurer des achats qui perdent rapidement de la valeur, plutôt que celui des « bonnes » dettes, qui sont considérées comme un investissement, ou les dettes dont les intérêts sont déductibles d’impôts, comme le prêt étudiant.
Consolider vos dettes : pour faciliter vos paiements et potentiellement obtenir un taux d’intérêt plus bas, vous pourriez demander un prêt à la banque afin de consolider toutes vos dettes. Non seulement vous n’auriez qu’un seul versement mensuel à effectuer, mais votre budget et votre capacité d’emprunt pourraient s’en trouver améliorés. Discutez-en avec un conseiller.

Augmenter votre revenu est un autre moyen d’améliorer votre ratio dette-revenu en vue d’acheter une maison. Aller chercher une source de revenus supplémentaire vous permettrait également de rembourser vos dettes plus rapidement.
Le cycle de surendettement commence chez les gens qui s’approchent des limites de ces ratios. Si vous pensez que vous avez des problèmes financiers et que vous avez besoin d’aide, consultez ces conseils qui pourraient vous permettre de reprendre le contrôle de votre situation financière.

Connaître les limites d’endettement « acceptables » vous permettra de rester éloigné des seuils critiques et d’éviter de vous retrouver au bord du gouffre. Après avoir acheté la propriété convoitée, pourrez-vous toujours voyager, vous adonner à vos loisirs et continuer à épargner?

Avec un bon ratio dette-revenu, vous mettez toutes les chances de votre côté pour obtenir un prêt, mais aussi pour effectuer vos versements hypothécaires et acquitter vos autres obligations et les nouvelles dépenses liées à l’achat de votre maison. Pour vos questions, on est là.

 

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories