Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Avez-vous de bonnes assurances?

18 mars 2016 par Banque Nationale
Avez-vous de bonnes assurances

83 % des Québécois détiennent une assurance-vie contre 71 % des Canadiens. Cela pourrait être une bonne nouvelle en soi, mais le problème est que leur couverture est nettement insuffisante, soit en moyenne 40 000 $ de moins en prestations que la moyenne canadienne.

Contenu

En matière d'assurances, les Québécois sont-il « mal » couverts? L’avis de Natalia Sandjian, planificatrice financière à la Banque Nationale*.

S’assurer, on dirait que c’est toujours trop cher...

C’est le jour où l’on subit un événement malheureux que l’on se rend compte de l’utilité, voire de la nécessité d’une assurance. Avant ça, on a l’impression de payer « pour rien », et on se dit que c’est trop cher. Et après coup, on devient souvent plus difficilement assurable ou la prime est beaucoup plus coûteuse. Pour cette même raison, beaucoup de gens magasinent leur assurance personnelle avec comme seul élément en tête de dénicher la prime la moins chère, sans regarder les détails de la couverture. Or, en matière d’assurance, le diable est souvent dans les détails.

Les gens sont-ils généralement mal assurés?

Ils n’hésitent pas à débourser pour une garantie sur leurs électroménagers et ne questionnent pas non plus le fait d’assurer leur voiture, mais lorsque l’assurance concerne leur vie ou leurs revenus, c’est une toute autre histoire!

Le fait de détenir une assurance n’est pas en soi suffisant non plus : il faut s’assurer que toutes les clauses d’une police soient comprises et adaptées à notre situation. En cas de décès prématuré, que recevront nos proches? C’est une réponse à laquelle peu de Québécois peut répondre, même s’ils sont 4 sur 5 à détenir une assurance-vie.

Je remarque aussi que l’assurance-invalidité est aussi souvent omise de leur couverture personnelle. Pourtant, les chances de décéder d’une façon prématurée sont moindres que celles de vivre avec une invalidité. Si on est malade et incapable de gagner un revenu, qu’arrivera-t-il?

« En matière d’assurance, le diable est souvent dans les détails.»

Souvent, les gens assurent leur maison ou leur auto, mais pas leur vie...

Ni leur vie active! Ce n’est pas quand on est malade ou vieillissant qu’on doit penser à son assurance-vie ou à son assurance-invalidité. Il est alors trop tard, peu d’assureurs étant prêts à prendre ce risque, du moins sans vous faire payer le gros prix. L’assurance de ses biens est évidemment importante, mais n’en est-il pas de même de la protection de sa qualité de vie et de celle de ses proches?

Entendons-nous, un planificateur financier ne peut pas vendre de polices d’assurance…

En effet, c’est le rôle d’un courtier en assurance. Le planificateur financier est plutôt là pour cerner les besoins de nos clients et les épauler dans leur réflexion en leur posant les bonnes questions.Voyez-vous, les gens pensent à tort que les dettes disparaissent au décès, que les factures cessent de s’accumuler quand on est malade.

En tant que planificateur financier, on leur présente la réalité lucidement : qu’arrivera-t-il s’ils développent un cancer et ne peuvent travailler pendant la durée de leurs traitements tout en devant en assumer les coûts en plus de ceux de la médication ? Par exemple, leur couverture de 50 % du revenu de leur assurance sera-t-elle suffisante? Probablement pas. Contrairement à la croyance populaire, il n’est pas rare de voir son coût de vie et ses dépenses augmenter durant une invalidité! Le client a ensuite la responsabilité de contacter un courtier en assurance, qui le guidera vers le bon produit pour ses besoins. On peut aussi proposer des références, s’il ne sait pas vers qui s’orienter.

Quel regard un planificateur financier peut-il poser sur ma couverture d’assurance?

En tant que planificateur financier, on a un portrait global de la situation financière de nos clients. On peut faire des calculs selon différents scénarios afin de s’assurer que la couverture est adéquate.

On comprend aussi bien toutes les questions successorales et leurs impacts fiscaux. D’ailleurs, l’assurance-vie est un beau legs à offrir à ses proches, exempt d’impôt qui plus est…

 

4 bonnes raisons d'avoir de bonnes assurances

  1. Prendre soin de soi
  2. S’il advenait que l’on tombe malade, on s’offre alors la possibilité de se reposer, de prendre du mieux, sans s’embêter avec des tracas financiers.

  3. Prendre soin des autres
  4. On exempte ainsi nos proches de toutes nos dettes contractées en cours de vie. Un grand soulagement pour eux qui ont déjà à vivre un deuil.

  5. Profiter des avantages fiscaux
  6. Le montant versé dans le cadre d’une assurance est en général exempt d’impôt, c’est-à-dire que l’argent est transféré en totalité et directement aux bénéficiaires. Cela est particulièrement avantageux pour le conjoint survivant et pour les enfants, qui ne profitent pas des avantages d’un roulement fiscal lors d’une succession.

  7. Mettre les chances de son côté
  8. Les probabilités que quelque chose tourne mal en cours de vie ne sont pas négligeables. Un épuisement professionnel, une commotion cérébrale incapacitante, un cancer…la vie peut nous réserver sa part de mauvaises surprises et avec l’espérance de vie qui augmente, mieux vaut être préparé.

     

    *Les planificateurs financiers de la Banque Nationale sont inscrits auprès de la Banque Nationale Investissement (BNI). BNI est filiale de BNC.

    **

    Gestion privée de patrimoine BNI, réalisez que vous pouvez faire croître la valeur de vos actifs et ceux de votre famille. Découvrez ce service haut de gamme.

    **

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    ©2016 Banque Nationale du Canada. Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

     

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Tags:

    Catégories

    Catégories