Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Tirer le maximum de votre indemnité de départ

03 juin 2019 par Banque Nationale
Indemnité de départ

Vous vous apprêtez à recevoir une indemnité de départ? Cette somme d’argent peut être payante si elle est bien investie. Pour y arriver, une planification judicieuse s’impose. Découvrez tout le potentiel de votre indemnité. 

Évaluer votre situation financière

L’indemnité de départ signifie que vous quittez votre emploi. Ainsi, que ce soit pour la retraite ou encore pour une période de chômage, vous devrez être en mesure de pallier les imprévus pour une période indéterminée. C’est pourquoi il est recommandé de commencer par renflouer votre fonds d’urgence, si nécessaire.

Une fois que vous avez mis de côté un montant suffisant pour les dépenses essentielles, dressez un portrait complet de votre situation financière. Déterminez vos actifs et vos dettes dans le but de mieux planifier. Profitez-en pour réfléchir à votre avenir. Pensez-vous être en mesure de trouver un nouvel emploi rapidement? Aimeriez-vous en profiter pour devancer votre retraite ou retourner aux études? Souhaiteriez-vous concrétiser des projets maintenant? Les réponses à ces questions vous guideront dans l’utilisation de votre indemnité de départ.

Quel type d’investissement privilégier?

Avant d’investir, déterminez votre profil d’investisseur. Cet exercice vous aidera à choisir où et comment utiliser votre indemnité de départ pour un rendement optimal.

À l’approche de la retraite, vous préférerez sans doute des placements plus prudents. À l’inverse, un travailleur en début de carrière dispose de plus de temps pour absorber des pertes en cas de rendements décevants. Toutefois, un jeune investisseur devra lui aussi limiter les risques s’il a des projets à court terme, comme l’achat d’une maison. Dans tous les cas, votre plan doit être personnalisé pour éviter les mauvais placements et maximiser les chances d’atteindre vos objectifs.

Les experts recommandent d’éviter de mettre tous vos œufs dans le même panier et rappellent qu’un portefeuille bien diversifié permet de réduire les risques. Un fonds commun de placement, par exemple, peut compter un certain pourcentage d’actions (plus volatiles) et des obligations (qui garantissent le capital). Ou encore des actions d’entreprises de différents pays ou secteurs d’activité. En cas de fluctuation du marché, l’impact sur votre portefeuille sera moins important.

L’idéal est encore de consulter un conseiller pour construire votre portefeuille. Il pourra vous aider à éviter quelques-unes des erreurs les plus fréquentes.

Comment réduire l’impôt à payer?

C’est inévitable, vous devrez payer de l’impôt sur votre indemnité de départ. Ne soyez pas surpris si la facture est salée, surtout si elle fait passer votre revenu à une tranche d’imposition supérieure. Heureusement, plusieurs stratégies peuvent vous aider à réduire ce montant. Voici trois exemples pour limiter l’effet de l’impôt sur votre indemnité (notez que les renseignements présentés plus bas sont propres au Québec, et qu’ils pourraient ne pas s’appliquer ailleurs au pays) :

1. Cotiser au régime enregistré d’épargne retraite (REER)

Les cotisations au REER sont déductibles du revenu. Cela permet donc de faire des économies d’impôts intéressantes.

Vous pouvez utiliser vos droits de cotisations inutilisés au REER pour y investir votre indemnité de départ. Toutefois, pour les employés de longue date, il existe une stratégie qui n’a aucun impact sur votre montant inutilisé. Ces travailleurs ont le droit de transférer 2 000 $ dans leur REER par année travaillée (complète ou partielle) avant 1996 ainsi que 1 500 $ supplémentaires par année travaillée avant 1989.

2. Cotiser au REER du conjoint

Investir dans le REER de son conjoint est aussi une bonne stratégie pour rester à l’abri de l’impôt. Pour bénéficier de la déduction, vous devez toutefois investir directement dans un compte spécifique. Si vous donnez l’argent à votre conjoint pour qu’il cotise à son REER, vous ne bénéficierez pas de la déduction d’impôt.

3. Cotiser au compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Les cotisations au CELI ne sont pas déductibles d’impôt. Par contre, les rendements ne sont pas imposables. C’est avantageux!

D’autres idées pour votre indemnité de départ

Voici quelques suggestions supplémentaires pour utiliser judicieusement votre indemnité de départ.

Dettes

Si vous avez des dettes, pensez à les rembourser. Commencez par celles dont le taux d’intérêt est le plus élevé, comme les cartes de crédit.

Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP)

Si vous envisagez de retourner aux études, vous pourriez investir votre indemnité de départ dans votre REER. Puis, le REEP vous permettra d’en retirer jusqu’à 20 000 $ sans payer d’impôt pour financer votre projet.

Dons

Vous avez les moyens de donner une partie de votre indemnité de départ à un organisme de charité? Le reçu vous fera économiser de l’impôt.

Régime enregistré d’épargne-études (REEE)

Vous pensez investir pour les études de vos enfants ou petits-enfants? Avec le REEE, ils pourront bénéficier des subventions gouvernementales.

Bien utilisée, votre indemnité de départ peut contribuer à maintenir votre situation financière et celle de vos proches, voire même l’améliorer, et ce, malgré la cessation d’emploi. Dans ce contexte, votre conseiller financier est en mesure de vous aider à atteindre vos objectifs en élaborant avec vous différentes stratégies payantes.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Besoin d'être guidé?

Rencontrez un conseiller qui vous aidera à réaliser vos objectifs d’épargne.
 

Prendre rendez-vous

Catégories

Catégories