Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment trouver son premier emploi en ingénierie ?

09 novembre 2020 par Banque Nationale
Premier emploi ingénieur

Décrocher son premier emploi est un moment marquant pour tous les jeunes diplômés. Pour ceux qui souhaitent faire carrière dans une industrie compétitive comme celle de l’ingénierie, cette expérience peut représenter un défi. Vous êtes prêt à démarrer votre carrière en tant qu’ingénieur? Découvrez nos sept conseils et astuces pour orienter (et faciliter!) votre recherche d’emploi.

« Pour exercer le métier d’ingénieur, il faut décrocher au préalable un permis d’exercice, indique Réjeanne Aimey, ingénieure titulaire et présidente de la Société des ingénieurs professionnels de l’Ontario. Un jeune diplômé en génie ne peut donc pas encore se dire ingénieur. Dans chaque province canadienne, l’obtention du permis d’exercice est encadrée par un organisme de réglementation professionnelle. Pour devenir ingénieur, le diplômé en génie doit accumuler quatre années d’expérience et certaines de ces années d’expérience doivent être passées au Canada et approuvées par un ingénieur titulaire. Il faut ensuite passer l’examen de l’organisme de réglementation professionnelle provincial. » Voici quelques conseils et astuces qui pourraient vous aider à obtenir votre permis d’exercice et à bien vous positionner dans votre recherche d’emploi.

1. Décidez d’emblée où vous souhaitez exercer

« Oui, vous pouvez décider. Mais en règle générale, les ingénieurs pratiquent dans la province où ils ont obtenu leur diplôme, car c’est souvent à cet endroit qu’ils ont fait la plupart de leurs stages et décroché leur premier emploi, explique Réjeanne Aimey. Il est important de se rappeler que le permis d’exercice n’est valide que dans la province où il a été décerné. Si vous souhaitez pratiquer dans une autre province, vous devrez vous adresser à l’organisme de réglementation en question et y déposer une demande d’équivalence. Contrairement à d’autres ordres professionnels, les démarches d’équivalence sont peu contraignantes et s’opèrent relativement rapidement. Par contre, un permis d’exercice reste nécessaire pour devenir ingénieur, ce que les jeunes diplômés n’ont pas. Rien ne vous empêche toutefois d’aller travailler ailleurs au Canada si vous trouvez de l’emploi auprès d’un ingénieur titulaire qui assume la responsabilité de votre travail. »

2. Soyez proactif

« La principale qualité à avoir comme nouveau diplômé, c’est d’être proactif. En tant qu’ingénieur en devenir, documentez minutieusement tous les mandats remplis et toutes les réalisations achevées, conseille la présidente. Plusieurs seront surpris d’apprendre que l’ingénieur titulaire qui vous supervise n’a pas la responsabilité de monter votre dossier. Il en va donc de votre propre intérêt. Assurez-vous d’obtenir les approbations dont vous avez besoin, car l’ingénieur titulaire qui vous supervise pourrait changer en cours de route. Si vous tardez, il pourrait être difficile de retrouver les personnes responsables et celles-ci pourraient avoir du mal à se rappeler les détails pertinents. Lorsque j’étais jeune diplômée, je me suis assurée de bien comprendre les exigences requises par l’organisme de réglementation et j’ai pris soin de noter tout le travail que j’avais fait dans un tableau Excel. À la fin de chaque année d’exercice, je m’asseyais avec mon ingénieur titulaire pour voir s’il approuvait les tâches indiquées. Ça m’a fait gagner beaucoup de temps, et dès la fin de mes quatre années d’apprentissage, j’ai pu obtenir mon permis d’exercice assez rapidement. » 

Il est aussi conseillé de garder son CV à jour et de rédiger une lettre de motivation que vous pourrez modifier ou bonifier rapidement lorsque l’on vous en fait la demande.  

3. Renseignez-vous sur l’avenir du marché

« Réfléchissez au domaine dans lequel vous aimeriez pratiquer. C’est une décision extrêmement importante à laquelle vous devriez réfléchir dès votre première session à l’université. Il y a beaucoup de branches différentes en ingénierie. Je sais à quel point ça peut être difficile, avoue l’experte, mais projetez-vous dans l’avenir. »

« Un des phénomènes que j’ai remarqués, c’est que le marché de l’emploi est cyclique. Lorsque j’ai obtenu mon diplôme, il y avait moins d’intérêt pour l’ingénierie civile. La plupart des étudiants se dirigeaient donc vers une carrière dans d’autres branches. Et maintenant, ça semble être le contraire.»

Choisissez votre secteur d’activité 

« En ce moment, les perspectives du marché tendent vers les technologies novatrices pour atténuer les changements climatiques et réduire les émissions de gaz à effet de serre, le développement d’infrastructures et le retour des manufactures. Bien sûr, les chantiers de construction se multiplient dans les grandes villes comme Toronto, mais les diplômés de la plupart des branches du génie devraient être capables de trouver du travail dans ces domaines. La demande continuera d’être très forte en ingénierie civile et d’infrastructure. Plus que jamais, le génie logiciel et le génie informatique sont très populaires. Prenez note qu’il y a plus de diplômés dans ces domaines que d’ingénieurs pouvant vous superviser dans l’obtention de votre permis d’exercice. Cela veut dire que vous devez choisir avec soin l’entreprise où vous travaillerez pour vous assurer de la présence d’un ingénieur titulaire. C’est une distinction importante parce que vous ne pourrez pas obtenir votre permis d’exercice en fonction des tâches et travaux réalisés sans l’approbation d’un professionnel autorisé. » 

Bâtissez votre réseau 

« Faites vos propres recherches. Quel domaine aura le plus de débouchés et d’avancées d’ici la fin de vos études? Pour en avoir le cœur net, allez à la rencontre d’autres professionnels du milieu et joignez-vous aux associations provinciales. La Société des ingénieurs professionnels de l’Ontario organise des carrefours d’échange pour permettre à la communauté de se rassembler, notamment pour discuter de sujets d’intérêt liés aux perspectives de carrière et au développement professionnel. Ces carrefours sont constitués tant d’étudiants en génie, que de diplômés et d’ingénieurs titulaires. Ils peuvent vous donner plus de perspective sur ce que l’avenir de la profession vous réserve. Certains de vos professeurs à l’université qui ont de l’expérience sur le marché du travail demeurent de bonnes sources de conseils et d’information, n’hésitez pas à faire appel à eux. »  

4. Ne changez pas de spécialisation

« Si vous commencez à vous spécialiser dans un secteur de génie, comme le génie électrique, assurez-vous qu’il s’agit du domaine dans lequel vous voulez évoluer à long terme. Après avoir obtenu votre diplôme, le changement de spécialisation ne se fait généralement pas facilement parce que les programmes de génie ne sont pas conçus par cumul. Le parcours universitaire est rigoureusement planifié en ce qui concerne les cours à suivre pour répondre aux exigences d’une spécialisation particulière. Peu de cours sont crédités d’un secteur à l’autre. Si vous changez d’idée en cours de route, cela risque donc de retarder l’obtention de votre diplôme, et vous coûter cher en frais de scolarité. Prenez une décision solide quant au secteur dans lequel vous aimeriez graviter, et gardez le cap », recommande Réjeanne Aimey.

5. Développez votre réseau

« Si vous n’avez pas d’ingénieur dans votre cercle de contacts personnels, contactez des firmes d’ingénierie et demandez-leur s’ils recrutent. Rassurez-vous, les employeurs sont habitués à se faire approcher par les étudiants et les diplômés. Faites vos recherches sur leur domaine d’expertise et préparez bien votre entretien d’embauche. Puisqu’il s’agit d’un milieu qui est assez compétitif, il ne faut pas manquer d’initiative. Ne sous-estimez pas l’importance d’un bon réseau. Il s’agit là de mon meilleur conseil pour postuler un emploi, tous secteurs de génie confondus », admet l’experte.

6. Privilégiez l’expérience avant tout

« Plus vous avez d’expérience sur votre CV, plus vous aurez de la facilité à vous trouver de l’emploi comme ingénieur. Rien de surprenant ici. N’attendez pas la fin de votre session d’hiver avant d’entamer les démarches pour trouver un emploi d’été dans une firme de génie. Les processus ont un peu changé depuis la fin de mes études. Les écoles semblent jouer un rôle plus actif en aidant les étudiants à trouver des stages et à y postuler dans les délais. J’ai remarqué que les étudiants qui avaient réussi à se dénicher des stages avaient davantage de succès sur le marché du travail une fois leur diplôme en poche. L’expérience compense largement les notes scolaires. Selon moi, les employeurs sont plus soucieux de votre efficacité et de votre débrouillardise que de votre dossier académique. Si, au contraire, votre moyenne est excellente, mais que vous n’avez jamais eu de stage, vous risquez d’avoir peut-être un peu plus de difficulté à vous trouver de l’emploi. L’exception demeure auprès des entreprises hautement technologiques qui font de la recherche de pointe. Puisqu’aucune expérience ne peut vraiment vous y préparer, votre dossier scolaire sera considéré », confie Réjeanne Aimey.

7. Sachez à quoi vous attendre pour votre premier emploi

« Ne vous inquiétez pas, votre premier emploi en génie commencera généralement en douceur. Scénario probable : les premiers jours, vous rencontrerez votre superviseur direct et vos collègues. Vous serez probablement jumelé avec une personne ayant de l’ancienneté qui vous montrera les ficelles du métier. Au courant des premiers mois, vous n’aurez pas nécessairement de grandes responsabilités d’ingénierie et vaquerez à des tâches simples. Une fois que vous développerez de bons réflexes et que vous serez accoutumé au travail à accomplir, votre employeur vous confiera des mandats plus complexes. Accordez une importance toute particulière au lien de confiance qui s’établit entre votre superviseur et vous. Et n’oubliez pas de documenter le travail effectué pour le faire approuver à la fin de votre première année! » 

« Si vous êtes diplômé depuis quelques mois et que le contexte économique fait en sorte que vous avez du mal à trouver du travail, ne vous découragez pas. Pensez à bâtir votre présence sur les réseaux sociaux. Soyez créatif et suivez l’actualité pour voir dans quelles firmes se créeront des opportunités d’emploi. Adressez-vous directement aux décideurs, et non pas aux ressources humaines, pour leur proposer votre candidature spontanée. Enfin, assistez à des salons de l’emploi et inscrivez-vous à votre association provinciale et à l’organisme de réglementation de votre province, car ceux-ci affichent aussi des offres d’emploi. Le métier d’ingénieur est exigeant, mais gratifiant, et je suis sûre que vous finirez par trouver l’emploi dans lequel vous vous épanouirez. »

La Banque Nationale offre des privilèges aux ingénieurs et aux diplômés en génie.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories