Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Pourquoi faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine?

02 mars 2018 par Banque Nationale
You and your wealth

La gestion de patrimoine est là pour vous aider à avoir une meilleure vision d’ensemble sur votre situation et vos besoins financiers. Que ce soient pour vos avoirs, votre passif, votre situation fiscale, votre protection, ou même vos services bancaires, un expert en gestion de patrimoine peut vous offrir de précieux conseils.

Contenu

Une vue 360°

« L’objectif de la gestion de patrimoine est, pour nous, d’avoir une vision d’ensemble de la situation financière d’un individu ou d’une famille », explique Jean-François Bousquet, conseiller en placement et gestionnaire de portefeuille à la Financière Banque Nationale.

Au-delà de la simple épargne mensuelle servant à pallier les imprévus ou à s’offrir un voyage, il est crucial de savoir exactement ce que vous possédez – et ne possédez pas.

En gestion de patrimoine, il faut s’assurer que toutes les données financières interagissent entre elles, que chaque aspect d’un bilan tient compte de ce qui se passe ailleurs dans la vie de celui qui investit. Et la procédure commence par un examen approfondi de la situation personnelle, familiale et professionnelle.

« Une fois qu’on a toutes les données en main, il est plus facile de faire un plan de retraite, par exemple. » – Jean-François Bousquet

Pour vous outiller, voici quatre aspects qui risquent fort d’être abordés lorsque vous consulterez un gestionnaire de patrimoine.

 

La fiscalité

Prenez l’exemple d’un investisseur qui ne se préoccupe que du rendement. « Plusieurs ne regardent que la croissance de leur portefeuille, sans se demander si, d’un point de vue fiscal, ils ont les bons titres », explique M. Bousquet.

Il faut savoir que, d’un point de vue fiscal, tous les titres n’ont pas le même traitement. Ainsi, après avoir étudié la situation propre à chacun, il n’est pas rare d’être capable de dégager des économies d’impôt uniquement en réaménageant le portefeuille. « Seule une analyse détaillée qui englobe l’ensemble des actifs et des objectifs d’un client permettra la mise sur pied d’une stratégie cohérente d’un point de vue fiscal », poursuit l’expert.

 

Les actifs

Vous avez des placements, mais comment interagissent-ils entre eux? Il est primordial que la corrélation entre vos titres soit analysée afin de vérifier que ceux-ci ne réagissent pas de la même façon aux mouvements boursiers, assurant ainsi un meilleur équilibre du portefeuille.

Cela dit, le risque de repli boursier n’est pas le seul risque existant.

Avez-vous pensé à la manière dont votre portefeuille réagira aux mouvements des devises impliquées si vous investissez dans des titres étrangers? La perte de change peut venir anéantir le rendement gagné sur un placement.

Est-ce que votre portefeuille de titres à revenu fixe est sujet à une forte correction en cas de hausse des taux d’intérêt? Cette question est d’autant plus pertinente que la Banque du Canada a relevé ses taux à plusieurs reprises dans les derniers mois.

Parmi vos actifs, avez-vous prévu conserver une portion dite liquide, soit des placements qui se vendent facilement, vous permettant d’accéder rapidement à vos fonds en cas d’urgence? Cette section du portefeuille peut vous éviter de devoir vendre des placements à un moment inopportun.

Avez-vous pris en compte la valeur de votre résidence dans la gestion de vos actifs? Souvent l’actif le plus important d’un ménage, elle dégage aussi un rendement : l’augmentation de sa valeur pourrait servir de levier, par l’entremise d’une marge de crédit hypothécaire, pour financer d’autres investissements.

« La diversification de vos investissements est un des piliers les plus importants dans la construction de votre portefeuille et seule une approche de gestion de patrimoine vous permettra de répondre à ce genre de questions », selon M. Bousquet.

 

Le passif

C’est l’autre aspect, trop souvent négligé, auquel on s’attaque en mode gestion de patrimoine. Encore ici, ne pas se préoccuper « des deux côtés du bilan » peut causer des surprises.

« Par exemple, si on ne s’occupe que du portefeuille, on ne verra pas qu’il y a une marge de crédit non remboursée, explique M. Bousquet. En revanche, une fois cette dette intégrée à la planification globale, on peut en faire la gestion. »

« C’est d’ailleurs une question souvent posée : est-ce qu’on peut rembourser une dette avant une autre? », soulève M. Bousquet. La réponse est oui : en règle générale, celle dont l’intérêt est le plus élevé doit être privilégiée.

Encore ici, la gestion du passif sera influencée par l’ensemble de la situation.

Par exemple, doit-on payer une dette X avant de commencer à investir dans un compte Y? Tout est question de taux : si le rendement escompté est supérieur au coût de la dette, on adoptera une stratégie différente à celle d’un cas où la dette coûte très cher par rapport au rendement.

 

L’assurance

Ce besoin de protection de votre patrimoine sera différent au cours des étapes de votre vie. Lorsqu’on a une jeune famille, il faut la protéger contre les mauvais coups du sort. Lorsqu’on commence à détenir des actifs importants, comme une résidence, il faut protéger sa capacité à la payer.

Pendant leurs années professionnelles prospères, certaines personnes se sentent rassurées en prenant une assurance salaire ou maladies graves afin de maintenir leurs revenus en cas de malchance. Ou encore, des gens qui n’ont pas accès à une caisse de retraite peuvent souscrire à une rente, ou plutôt, cotiser à un produit d’assurance en échange d’un revenu versé à la retraite.

« La seule façon de répondre à ces questions, c’est d’avoir un plan global », conclut Jean-François Bousquet. Plan global qui pourra être vu avec un conseiller en gestion de patrimoine.

 

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories