Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Retirer de son REER, est-ce une bonne idée ?

13 juillet 2020 par Banque Nationale
Retrait REER

Votre situation financière a changé et vous songez à faire un retrait de vos REER pour payer vos dépenses ou vos dettes ? Avant de procéder, il est important de bien comprendre les conséquences de cette opération et de faire le tour des autres options qui s’offrent à vous. Tour d’horizon en 5 questions.

1. Puis-je retirer de mes REER pour payer mes dettes ou mes dépenses ?

« Oui, c’est possible, mais ça ne devrait jamais être votre première option, avoue d’emblée Vanessa Houghton, conseillère senior à la Banque Nationale. Sortir ses REER avant la retraite comporte plusieurs conséquences fiscales qu’il faut bien comprendre. » En voici cinq :

Un décaissement anticipé entraîne des retenues

Peu importe la somme accumulée dans votre REER pour votre retraite, vous ne pourrez pas en bénéficier en totalité pour payer vos dépenses ou vos dettes.

Au Québec, au moment du décaissement, votre institution financière effectuera des retenues d’impôts (fédéral et provincial) entre 21 et 31 %*.

  • Pour un retrait de moins de 5 000 $, les retenues sont autour de 21 %. En retirant 5 000 $, il ne vous resterait plus, après les retenues de 1 050 $, qu’un montant de 3 950 $ pour rembourser vos dettes.
  • Pour un retrait entre 5 001 $ et 15 000 $, les retenues sont autour de 26 %. Pour un retrait de 15 000 $, la somme retenue sera de 3 900 $. Ce sont donc 11 100 $ qui seront déposés dans votre compte.
  • Pour un retrait de plus de 15 000 $, les retenues sont autour de 31 %. Pour un retrait de 16 000 $, ce sont 4 960 $ qui seront soustraits, vous donnant droit à 11 040 $.

*Les taux peuvent varier et sont donnés à titre d’exemples.

À l’extérieur du Québec, les retenues sont les suivantes* :

  • 10 % pour les retraits de 5 000 $ et moins
  • 20 % pour les retraits entre 5 000 $ et 15 000 $
  • 30 % pour les retraits de plus de 15 000 $

*Les taux peuvent varier et sont donnés à titre d’exemples.

De plus, selon le type de placement, votre institution financière pourrait exiger des frais de sortie supplémentaire.

Les sommes retirées s’ajoutent à votre revenu imposable

« Si votre revenu total imposable se situe près de la limite supérieure d’une tranche d’imposition, les sommes retirées du REER pourraient vous faire passer à un taux d’imposition plus élevé », ajoute l’experte.

Par exemple, pour 2019, une personne au Québec qui gagnait 35 000 $ par an, et qui retirait 10 000 $ de ses REER, passait dans la seconde tranche de revenus imposables, qui allait de 43 790 $ à 87 575 $. Cette personne a donc été imposée à 20 % au lieu de 15 %.

Les tranches d’imposition diffèrent entre le Québec et le reste du Canada. Il est donc important de bien s’informer. Elles peuvent aussi changer d’année en année.

Vous perdez ces droits de cotisation

Lorsque vous décaissez de l’argent de vos REER, les droits de cotisation dont vous aviez bénéficié ne sont pas renouvelables. Une fois votre santé financière rétablie, vous ne pourrez donc pas remettre les sommes retirées dans votre REER. Un plafond et un pourcentage maximal de votre salaire sont fixés chaque année pour vos cotisations dans les REER.

Vous diminuez votre fonds de retraite

Les REER sont un placement en prévision de la retraite. Pour ceux qui cotisent à un régime de retraite, les REER seront une source de revenu d’appoint. Pour d’autres, comme les travailleurs autonomes, ils seront souvent les seuls revenus à la retraite, à l’exception des régimes gouvernementaux. Peu importe votre situation, en vous privant de ces économies, vous pourriez mettre en péril votre confort à la retraite, à un âge où des dépenses imprévues reliées à votre santé, par exemple, pourraient être nécessaires.

Vous perdez des occasions de rendement

En retirant vos REER avant la retraite, vous vous privez également de la possibilité de faire fructifier votre argent à long terme grâce aux intérêts composés. Par exemple, une somme de 7 000 $ placée dans un REER pendant trente ans, avec un taux de rendement annuel de 5 %, se traduira par des gains de 24 274 $, pour un total de 31 274 $.

2. Devrais-je plutôt retirer de l’argent de mon CELI ?

« Oui, il vaut mieux retirer de votre CELI que de votre REER. Les sommes retirées ne sont pas imposables et vous allez retrouver vos droits de cotisation dès l’année suivante. Mais encore là, retirer de son CELI devrait être une solution de dernier recours. Le CELI ne devrait pas être considéré comme un compte-épargne ou un fonds d’urgence. C’est un outil pour épargner de l’argent qui sera un complément de revenu à votre retraite. »

3. Quelles sont les autres options pour payer mes dépenses ou mes dettes ?

« Avant de retirer de vos REER ou de votre CELI, il faudrait rencontrer votre conseiller pour faire le tour des autres options possibles selon votre situation. Il pourra aussi vous proposer des outils et des conseils pour rembourser vos dettes, mieux gérer vos finances et retrouver une meilleure santé financière. »

Les autres pistes de solution peuvent être nombreuses, comme une consolidation de dettes, la vente d’actifs comme une voiture ou un refinancement d’hypothèque par exemple.

4. Quand est-ce une bonne idée de retirer dans mes REER ?

Il y a deux scénarios où il peut être intéressant de retirer ses REER avant l’âge de la retraite. « Le premier, c’est lorsque vous voulez acheter une première propriété. Vous pouvez utiliser le régime d’accession à la propriété (RAP) qui vous permet de retirer jusqu’à 35 000 $ qui deviendront votre mise de fonds. Vous aurez un maximum de 15 ans pour rembourser cette somme à partir de la deuxième année suivant le retrait. »

Si vous désirez effectuer un retour aux études, utiliser vos REER est aussi possible. « Avec le régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP), vous pouvez retirer vos REER pour payer vos frais de scolarité et tous autres frais reliés à votre retour aux études. » Ce programme permet un retrait maximum de 10 000 $ par année, pour un montant total qui ne peut dépasser 20 000 $. Vous aurez 10 ans pour rembourser les sommes retirées.

5. Comment je fais pour retirer de mes REER ?

En terminant, si vous êtes dans l’obligation de retirer de vos REER, vous n’avez qu’à faire la demande à votre conseiller qui s’occupera de remplir un formulaire et de vous le faire signer. Il s’assurera que vous êtes bien au fait de toutes les conséquences fiscales que votre retrait entraînera. La somme retirée, moins les retenues, sera déposée dans votre compte.

Pour faire le tour de la question, prenez rendez-vous avec un conseiller qui analysera votre situation tout en vous accompagnant vers une meilleure santé financière.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags :

Catégories

Catégories