Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Transfert d’une entreprise : guide en 7 étapes

23 novembre 2020 par Banque Nationale
Transfert d’entreprise

Le transfert d’une entreprise est une étape importante dans le parcours des entrepreneurs. Comme cette transaction peut avoir des impacts importants sur vos finances personnelles et votre retraite, mieux vaut la préparer avec soin. Que ce soit pour encourager la relève ou pour assurer la pérennité de l’entreprise, notre expert partage un plan de transfert en sept étapes.

Qu’est-ce que la définition du transfert d’entreprise? 

C’est, pour l’essentiel, la passation des pouvoirs d’un groupe de gestion à un autre. Le transfert peut prendre différentes formes, mais dans tous les cas, il affectera l’humain au centre de ce changement. Car selon Stéphane Bourgeois, directeur, Transfert d’entreprise à la Banque Nationale, le transfert d’entreprise n’est pas qu’une affaire de droit, de fiscalité et de chiffres. « Les entrepreneurs ont souvent consacré une grande partie de leur vie à bâtir leur entreprise. Penser à laisser les rênes à la relève peut les rendre extrêmement émotifs. Il faut également gérer les émotions », ajoute-t-il. 

Plusieurs entrepreneurs misent également sur la vente de leur entreprise pour profiter d’une retraite confortable. Une raison de plus pour bien planifier son transfert d’entreprise. « L’entrepreneur doit connaître la somme dont il a besoin pour la retraite, et s’assurer que la valeur de sa compagnie reflète le montant désiré. »

1. Planifiez votre transfert d’entreprise longtemps à l’avance

« Vendre ou transférer son entreprise peut prendre plusieurs années. D’où l’importance de bien préparer cette étape, non seulement pour votre compagnie, mais aussi pour vous », affirme Stéphane Bourgeois. 

Planifier le transfert de son entreprise longtemps à l’avance fait partie intégrante d’une gestion saine et comporte plusieurs avantages : 

  • Vous augmenterez vos chances de maximiser la valeur de votre entreprise auprès de ceux qui sont intéressés à l’acquérir, car vous enverrez le message que la pérennité de votre compagnie est importante à vos yeux.
  • S’il s’agit d’un transfert d’entreprise familiale, cela pourrait vous permettre de garder des rapports harmonieux avec les membres de votre famille. 
  • Vous aiderez à améliorer la capacité de votre successeur à exercer son rôle. En prévoyant une période de transition avec lui, vous l’aiderez à mieux s’imprégner de la culture et des façons de faire de votre entreprise et vous démontrerez votre soutien à la nouvelle direction.
  • Vous pourrez réduire les incidences fiscales sur votre patrimoine personnel.

2. Définissez les objectifs de votre transfert d’entreprise

Avec l’aide d’experts, comme un directeur de transfert et un directeur de compte, commencez par déterminer les objectifs de votre transfert. Vous établirez ainsi les bases sur lesquelles reposera votre plan de transition ou votre plan de relève, ce qui pourra faciliter la suite de votre démarche.

Comment déterminer vos objectifs? Posez-vous les questions suivantes, et soyez objectifs dans vos réponses : 

  • Souhaitez-vous vous retirer complètement de la gestion de l’entreprise?       
  • À combien devront s’élever vos revenus pendant les 10, 20 ou 30 prochaines années? Ou de quel montant avez-vous besoin pour assurer votre retraite? 
  • À qui désirez-vous confier votre entreprise?
  • La pérennité de votre entreprise est-elle importante à vos yeux?

3. Identifiez votre successeur pour votre plan de relève

Qui prendra la relève? Voilà sans aucun doute l’une des questions les plus délicates de toute démarche de transfert d’entreprise. Les possibilités sont nombreuses. Par exemple, vous pouvez envisager de vendre votre entreprise à des membres de votre famille, à des employés clés ou à un acheteur externe.

Encore une fois, vous devrez faire le meilleur choix pour vous, en tenant compte de vos valeurs et vos objectifs. « Avez-vous bâti votre entreprise pour vos enfants? Voulez-vous faire le plus d’argent possible? Voulez-vous assurer la pérennité de l’entreprise à tout prix, quitte à exclure des membres de la famille? Ce sont des questions difficiles évidemment. Encore là, des experts peuvent vous aider dans ces discussions et identifier certains angles morts. » 

Pour vous aider dans votre réflexion, voici quelques types de transfert qui s’offrent à vous : 

  • À un/une employé(e) : vous pouvez décider de transférer votre entreprise à un gestionnaire, à un membre de la direction, etc. 
  • À un/une membre de la famille : en optant pour le transfert familial d’entreprise, vos principaux défis seront du côté humain selon Stéphane Bourgeois. « Il faudra bien structurer le transfert de connaissance. Avoir un plan de relève. Ce ne sont pas tous vos proches qui sont les bonnes personnes. Des discussions difficiles sont peut-être à prévoir. Dans ce cas, un conseil de famille avec un spécialiste pour tempérer les discussions est souvent recommandé. » 
  • Un transfert mixte : il s’agit de transférer l’entreprise à des membres de la famille et à des employés. « C’est une tendance que l’on voit de plus en plus. Quand l’écart d’âge est grand entre l’entrepreneur et la relève familiale, l’entrepreneur peut nommer également un employé plus expérimenté, comme un vice-président finance, pour assurer la pérennité de l’entreprise.  
  • À une autre entreprise : les activités sont donc reprises par une autre compagnie. Un transfert d’une entreprise à une autre. Encore là, il faut bien se préparer.

Lorsque vous aurez identifié des successeurs potentiels, organisez des rencontres avec eux afin de procéder à leur évaluation selon les critères que vous jugez importants. 

4. Évaluez la valeur de votre entreprise

Il vous faudra ensuite fixer le prix de la transaction. Pour ce faire, vous devrez procéder, de façon objective, à l’évaluation de votre entreprise. « Les entrepreneurs peuvent se tromper sur la valeur de leur entreprise. Ils peuvent demander trop ou parfois même, pas assez », explique Stéphane Bourgeois. 

Le soutien d’un évaluateur d’entreprise professionnel est un atout précieux. « Autre point important, si vous évaluez aujourd’hui votre entreprise pour la vendre dans deux ans. Il serait opportun de procéder à une deuxième évaluation au moment du transfert pour en revalider la juste valeur, plusieurs conditions du marché ayant pu évoluer. » 

5. Activez votre plan de transfert d’entreprise

Le temps est venu d’établir votre plan de relève, aussi appelé plan de transition. Celui-ci doit être bâti avec rigueur, et surtout, être communiqué clairement à tous ceux qui sont concernés par le transfert, qu’ils évoluent au sein de votre entreprise ou non.

Un excellent plan de transition devrait répondre aux questions suivantes : 

  • Devez-vous créer un comité de transfert, et si oui, quel sera son rôle?
  • Quelles sont vos attentes et celles de votre successeur?
  • Souhaitez-vous continuer d’œuvrer dans l’entreprise à titre de consultant ou de membre du conseil d’administration?
  • Votre successeur a-t-il besoin d’une formation ou d’assistance professionnelle?
  • Quel sera l’échéancier menant à l’arrivée de votre successeur?

Votre plan de relève peut s’étaler sur plusieurs mois ou même sur quelques années et doit faire l’objet d’un suivi rigoureux. Il devra être mis à jour lorsque des changements surviennent au sein de l’entreprise ou sur les marchés où elle évolue.

6. Transférez votre propriété 

Dans le cadre de cette étape finale, votre successeur et vous choisirez la meilleure façon de financer le transfert, tout en tenant compte des incidences fiscales, financières et juridiques. Afin d’assurer le succès de cette étape cruciale, les solutions de financement offertes par votre banque peuvent être utiles. Votre directeur de transfert, en collaboration avec votre directeur de compte, peut proposer un ensemble de solutions, pour vous et le nouveau propriétaire. 

« On croit souvent à tort que la vente d’une entreprise se fait en un seul paiement. De plus en plus, la tendance est de faire une série de ventes partielles des actions de l’entreprise étalées sur 7 ou 8 ans. Par exemple, dans le cas d’un transfert familial, les enfants ont rarement l’argent au moment de la transaction. On commence donc souvent par une tranche de 30 % de la valeur de l’entreprise. Puis, deux ans plus tard, on y va avec une deuxième tranche, et ainsi de suite. » 

7. Entourez-vous d’experts qualifiés

Étant donné le degré de planification requis et les informations demandées aux différentes étapes, Stéphane Bourgeois insiste à nouveau sur l’importance d’avoir recours à des professionnels en droit du travail, en fiscalité et en finances pour élaborer le plan de transition. Par exemple, le centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) offre un éventail de services, comme des formations et des outils, pour les entrepreneurs qui désirent transférer leur entreprise et les repreneurs. 

« Votre directeur de compte peut également vous accompagner dans le transfert de votre entreprise. On peut même vous aider à construire l’équipe qui va vous entourer grâce à notre réseau de contacts, à notre expérience, mais aussi grâce à notre côté humain. Même si les six premières étapes sont très cartésiennes, un transfert d’entreprise apporte son lot d’émotions à gérer également. »

Envie d’en savoir plus? Découvrez comment la Banque Nationale peut vous accompagner dans votre transfert d’entreprise

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories