Comment acheter une entreprise?

10 août 2021 par Banque Nationale
Image de deux entrepreneurs qui préparent l’acquisition d’une entreprise

Vous êtes intéressé par l’entrepreneuriat? Plutôt que de bâtir votre projet d’affaires de A à Z, vous pourriez acheter une entreprise existante. Bonne nouvelle : ce qu’on appelle le repreneuriat peut vous simplifier la vie puisqu’il vous évite les étapes complexes du lancement d’une nouvelle entreprise. Voici un tour d’horizon des étapes pour faire l’acquisition d’une entreprise. 

1. Analysez les entreprises potentielles à acheter

Comment trouver la bonne entreprise à acheter?

La première étape consiste à déterminer dans quel domaine vous pouvez ajouter de la valeur et quelle entreprise existante vous intéresse. Que ce soit votre première entreprise ou une acquisition qui s’ajoutera à une autre que vous possédez déjà, le fait de connaître le secteur d’activité compte beaucoup lorsqu’on veut augmenter le potentiel de croissance de l’entreprise. 

Cherchez également une entreprise qui a des valeurs, une culture, une mission, une vision et un style de gestion en accord avec vos propres valeurs, croyances et savoir-faire. 

Lorsque vous aurez trouvé, il vous faudra probablement fournir une lettre d’intention et signer une entente de confidentialité pour avoir accès aux chiffres de l’entreprise ciblée.  Cela vous permettra de prendre une décision plus éclairée. 

Qu’en est-il d’une entreprise en difficulté ou d’une entreprise en liquidation qui cherche un repreneur? Est-ce une bonne occasion d’affaires? 

Cela dépend! Une entreprise en détresse peut s’avérer intéressante, notamment lorsque son prix d’acquisition est déprécié. Il faut cependant rester à l’affût des surprises indésirables.

Demandez-vous si vous êtes en mesure de rendre l’entreprise de nouveau rentable. Quelles ressources additionnelles seront requises? Les avez-vous déjà à disposition? Pouvez-vous gérer l’entreprise autrement? Si vous avez les compétences, il peut s’agir d’une belle occasion à saisir.

Comment évaluer la valeur d’une entreprise?

Comme c’est le cas pour tout investissement, vous voulez payer un prix qui vous permettra d’obtenir un rendement favorable. Il faut donc que les perspectives de l’entreprise soient positives et que le prix de la transaction convienne aux deux parties.

Comme acheteur, il se peut que vous tombiez sur un vendeur qui a déjà fait certaines démarches en amont, comme l’évaluation de son entreprise par un expert en évaluation d’entreprise ou la mise en place d’un plan de transfert, ce qui vous évitera bien des malentendus.

Sinon, ce sera à vous de trouver des experts et des spécialistes qui vous accompagneront tout au long du processus d’acquisition. La première personne dont vous aurez besoin est un expert en évaluation d’entreprise qui saura déterminer la valeur de l’entreprise convoitée.

Il n’y a pas de règle générale qui s’applique à toutes les situations quant au ratio entre le prix de vente et les revenus actuels, mais gardez en tête que toutes les transactions devraient au moins se baser sur des résultats concrets. Vous pourriez par exemple analyser :

● La valeur des biens tangibles : équipements, stocks, immeubles, etc.

● Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA), une moyenne de trois ans donne une bonne idée du flux de trésorerie

● La méthode de flux de trésorerie actualisé

● Le taux de rendement estimé

● Le potentiel de croissance

● La compétitivité du secteur d’activité 

● La récurrence des revenus

● La marge bénéficiaire et les améliorations potentielles à y apporter

Le contexte et le marché vont aussi exercer une grande influence sur le prix d’une entreprise en activité. Vous devez donc analyser des transactions similaires (des comparables) qui ont eu lieu précédemment et les mettre en contexte. À la suite de cette analyse rigoureuse, votre expert en évaluation devrait être en mesure de vous indiquer un prix. S’il est juste, vous, le vendeur, et votre institution financière devriez être en accord sur le prix proposé.

Si un appel d’offres a été lancé par un vendeur et que plusieurs offres sont sur la table avec la vôtre, fixez le montant maximum que vous êtes prêt à payer et ne le dépassez pas. Payer trop cher pour une entreprise diminuera probablement vos rendements et le retour sur votre investissement.

Comment faire une revue diligente et s’assurer que tout est en règle?

Gardez en tête que la comptabilité ne raconte pas toute l’histoire d’une entreprise. Assurez-vous d’avoir une bonne compréhension de son fonctionnement afin de vous aider à déterminer la valeur. Voici des points à analyser :

● La motivation des employés à rester après une acquisition

● La propriété intellectuelle des produits et de la marque

● Les mesures de cybersécurité mises en place par l’entreprise

● L’existence de litiges en cours non déclarés dans les états financiers

● La rentabilité des contrats récemment signés

● La politique de retour des marchandises, le cas échéant

● La structure des polices d’assurance

● La validité des licences et permis professionnels

● La robustesse du système de paie

Le mot d’ordre? Faites-vous une liste de vérification exhaustive et ne lésinez pas sur les vérifications.

Comment choisir ce qui devrait être acheté?

Toutes les portions d’une entreprise n’ont pas à être achetées en même temps. Vous pourriez par exemple acheter les opérations, mais louer les espaces dans l’immeuble qui resterait la propriété du vendeur. L’important est de vous assurer que votre acquisition cadre avec votre plan d’affaires et que seules les parties que vous jugez intéressantes sont comprises dans la transaction.

L’achat des actifs ou des actions comporte des avantages et des limites pour les deux parties. Plusieurs facteurs viennent influencer ce choix qui fait partie intégrante de la négociation entre les deux parties. N’hésitez pas à consulter des experts en transfert ou reprise d’entreprise pour vous accompagner dans vos réflexions et dans vos négociations. 

2. Préparez l’acquisition de l’entreprise

Qui devra vous accompagner?

Vous devez bien vous entourer pour améliorer les chances de succès de votre acquisition. Comme le processus peut être long et complexe, surtout dans le cas de transactions plus importantes, vous devriez avoir dans votre camp :

● Les dirigeants actuels et futurs de l’entreprise

● Vos spécialistes en comptabilité

● Vos avocats

● Votre institution financière

Comment faire une transaction équilibrée?

Chaque nouvelle aventure en affaires comporte un risque. L’important est que ce risque soit bien réparti entre les différentes parties qui croient au projet. Cela permet de mettre les créanciers en confiance et de protéger tous les intervenants, dont vous.

D’abord, vous devez vous engager personnellement avec une mise de fonds pour l’achat de l’entreprise. Vous devrez aussi démontrer votre capacité à injecter des fonds supplémentaires pour compenser des résultats qui pourraient être en dessous des attentes. Des actionnaires ou des partenaires pourraient vous aider à solidifier votre capacité à injecter des fonds. Notez qu’il est très difficile d’acheter une entreprise sans apport ou mise de fonds.

Vous pouvez aussi faire en sorte que le vendeur reste impliqué dans l’entreprise. Il pourrait par exemple accepter d’assumer une partie du risque en accordant un crédit sous forme de paiements reportés. Son engagement financier prolongé dans l’entreprise le motivera généralement à assurer le succès pour la suite des choses.

Restez à l'affut

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières analyses et tendances des marchés.

3. Trouvez le financement pour l’acquisition de l’entreprise

Les institutions financières consentent généralement des prêts à terme de 4 à 10 ans pour l’achat d’une entreprise. 

Elles acceptent plus facilement de financer une entreprise existante avec un passé, des actifs et une équipe déjà en place, plutôt qu’une nouvelle entreprise en démarrage.

Vous devrez présenter un plan financier solide qui comprend notamment :

● Le ratio de la dette portant intérêt par rapport au BAIIA

● Le ratio de couverture des charges fixes

● Votre propre bilan financier avec vos actifs et passifs personnels

● Votre plan d’affaires détaillé avec vos prévisions financières pour les cinq prochaines années

● Les états financiers des trois dernières années de l’entreprise

● Votre offre d’achat

● Une évaluation agréée par un expert reconnu

● Une étude environnementale, si applicable

Il existe plusieurs options de financement pour l’acquisition d’une entreprise. Discutez-en avec un conseiller financier, expert en entreprise.

4. Réussissez la transition après l’achat de l’entreprise

C’est quoi un bon plan de transition?

La période de transition est importante et mérite d’être bien préparée. Votre plan d’action devrait comporter : 

- Un calendrier de toutes les étapes (y compris l’arrivée et les départs des actionnaires)

- La répartition des pouvoirs et responsabilités

- La liste des dossiers à transférer

Pensez également à élaborer un plan de développement qui contient au moins les points suivants :

- Les compétences et habiletés que vous devrez acquérir rapidement 

- Les informations en lien avec la concurrence

- Le développement des produits et le maintien de la qualité

- La gestion du personnel (embauche et formation)

- Le contrôle des coûts

- La gestion du changement et l’innovation

Faut-il que le vendeur s’implique dans la transition?

Songez à peut-être garder le vendeur dans l’entreprise en tant qu’employé pendant un certain temps. Cela pourrait assurer une meilleure transition et diminuer vos risques. Dites-vous qu’une période de 12 à 36 mois avec un leader expérimenté qui peut faire avancer les dossiers pourrait être un avantage pour vous.

Vous avez également avantage à planifier la sortie complète du vendeur après une période déterminée. Vous éviterez ainsi des malentendus qui pourraient être perçus négativement par les clients et les partenaires.

Comment affirmer son leadership positivement?

Pour affirmer votre leadership, vous devrez démontrer comment vous ajouterez de la valeur au sein de l’organisation, et ce, à tous les niveaux. Par exemple :

● Montrer aux clients une offre de service bonifiée 

● Présenter des projections de croissance de vos besoins à vos fournisseurs 

● Expliquer votre vision des ressources humaines aux employés. 

● Communiquer rapidement pour éviter une période de flottement ou d’incertitude. 

Que ce soit pour faire le saut vers l’entrepreneuriat ou encore pour ajouter aux opérations d’une entreprise existante, le rachat d’une entreprise est une opération qui peut être très payante si vous êtes bien accompagné et, surtout, bien préparé. Discutez de votre projet avec un de nos experts. Pour vos questions, on est là.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories