Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Cybersécurité : votre boîte courriel est-elle à l’abri des fraudeurs?

11 octobre 2019 par Banque Nationale
Boîte courriel

Saviez-vous que votre boîte courriel représente une mine d’or pour les fraudeurs? Mal sécurisée, elle pourrait, entre autres, leur permettre d’accéder à vos comptes sur différents sites transactionnels. Rassurez-vous, il n’est pas compliqué de bien se protéger. Voici quelques astuces à mettre en œuvre pour renforcer la sécurité de votre boîte courriel.

Pourquoi protéger sa boîte courriel?

Vous utilisez probablement un courriel pour avoir accès à vos comptes. Lorsque vous voulez récupérer un mot de passe oublié, on vous envoie généralement un courriel pour procéder. Or, si les fraudeurs ont accès à votre boîte courriel, il leur sera possible de modifier les mots de passe de vos comptes et d’y usurper votre identité, par exemple.

« En accédant à la boîte courriel d’un tiers, on pourrait avoir accès à toute sa vie : nom, adresse, NAS, déclarations d'impôts, etc. » affirme Tony Fachaux, expert en sensibilisation à la cybersécurité à la Banque Nationale.

Les malfaiteurs peuvent aussi collecter vos informations personnelles et les vendre sur le Web invisible (dark web), la partie clandestine de l’Internet sur laquelle le trafic de produits illégaux est organisé. Les acheteurs de ces informations pourront ensuite vous frauder à leur tour, ce qui pourrait occasionner un vol d’identité.

« Les fraudeurs peuvent aussi manipuler votre entourage : ils s'imprègnent de votre style d'écriture et ils communiquent avec vos contacts dans le but de leur extorquer de l’argent ou des informations personnelles par exemple, ajoute Tony Fachaux. Ils passeront à l’acte pendant que vous êtes partis en vacances et que vous n’avez pas accès à vos courriels. »

Comment se protéger?

Rassurez-vous, il existe plusieurs façons de renforcer la sécurité de votre boîte courriel et ainsi de mieux vous protéger contre les fraudeurs. Voici quatre astuces qui peuvent être mises en pratique aisément.

1.      Utilisez l’authentification à double facteur 

Vous pouvez activer le double facteur pour vous connecter à votre boîte courriel. Cette méthode – également appelée la double authentification ou la vérification en deux étapes – est aussi simple qu’efficace pour renforcer la sécurité de vos comptes.

Avec l’authentification à double facteur, vous serez invité à taper un code de validation unique une fois après avoir indiqué votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

Ce code peut vous être envoyé par courriel, par messagerie vocale, par SMS ou par une application tierce.

Il vous est possible de préciser, dans les paramètres de votre navigateur ou de votre boîte courriel, la fréquence à laquelle la double authentification sera requise. Par défaut, le code de validation vous sera demandé à chaque connexion, si vous changez de mot de passe ou si vous vous connectez à partir d’un nouvel appareil ou d’un nouveau navigateur Web.

Muni de deux facteurs d’authentification distincts, vous bénéficierez ainsi d’une protection accrue. Votre boîte courriel et toutes les informations personnelles que vous gardez y seront encore plus en sécurité.

La Banque Nationale est d’ailleurs la première institution financière du Canada à s’être dotée d’un système d’authentification à double facteur sur sa plateforme bancaire en ligne. « Nous sommes très innovants dans ce domaine », ajoute M. Fachaux. Maintenant, l’authentification à double facteur est disponible sur de nombreuses plateformes en ligne.

2.      Privilégiez un second facteur fiable

Lorsque le deuxième facteur d’authentification se fait par courriel, il est primordial de ne pas avoir le même mot de passe sur la plateforme que vous souhaitez protéger que celui de la boîte courriel utilisée comme second facteur. En effet, si un fraudeur réussit à trouver votre premier mot de passe, il pourra donc facilement déverrouiller la seconde plateforme.

Utiliser les courriels, les messageries vocales ou les messageries textes comme double facteur est une solution fiable pour améliorer la sécurité de vos accès; toutefois, si vous souhaitez vous doter du deuxième facteur le plus fiable à ce jour, il s’agit d’applications, conçues pour téléphones intelligents ou tablettes, qui offrent la possibilité d’avoir un mot de passe unique composé de quelques chiffres, généré de façon aléatoire et valide uniquement pour une courte période de temps.

3.      Gérez vos mots de passe judicieusement

Gardez en tête que personne ne devrait être capable de deviner votre mot de passe. Il devrait être le plus long possible (visez 21 caractères) et ne pas contenir de renseignements personnels faciles à trouver comme le prénom de vos enfants ou votre date de naissance.

Aussi, choisissez différents mots de passe pour chacune des plateformes que vous utilisez. Il n’est pas recommandé d’avoir le même mot de passe pour Facebook et pour LinkedIn par exemple.

Faites preuve de créativité lors de la conception de votre mot de passe. Vous pourriez choisir quatre mots aléatoires qui n’ont de sens que pour vous ou encore utiliser une phrase sans espaces, majuscules, ni ponctuation. Avec un mot de passe suffisamment long, les caractères spéciaux ne sont pas nécessaires, mais ils demeurent pertinents.

Pour créer des formules assez complexes et distinctes, vous pouvez utiliser un gestionnaire de mot de passe multiplateforme. Certains téléphones intelligents ont aussi leur propre gestionnaire intégré. Leur fonctionnement est simple : vous n’avez qu’à mémoriser un seul mot de passe robuste et le gestionnaire entre automatiquement les mots de passe de chacun de vos comptes. Pratique!

4.      Développez les bons réflexes

Enfin, si vous voyez plusieurs courriels dont vous n’êtes pas l’émetteur dans vos éléments envoyés, il se pourrait que la sécurité de votre compte ait été compromise.

Mettez en pratique les conseils ci-dessus et vérifiez rapidement vos comptes bancaires, à la recherche de transactions suspectes. Dans tous les cas, ces bonnes pratiques devraient être un réflexe. Rappelez-vous que votre boîte courriel est un trésor convoité qu’il vous faut bien protéger. 

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories