Les femmes : essentielles pour la communauté financière

05 mai 2021 par Angela D’Angelo
Photo d’une femme montant un grand escalier moderne, un cartable à la main

Par Angela D’Angelo, vice-présidente, Développement et Expérience client, Financière Banque Nationale

Au cours de la dernière décennie, si les femmes ont pris de plus en plus de place dans plusieurs milieux professionnels – les affaires, la politique, le droit, la médecine, les sciences, les sports –, elles sont encore peu nombreuses dans le secteur financier.

Pourquoi devrions-nous nous en soucier? Parce que créer une industrie qui reflète notre société dans son ensemble n’est pas seulement « la bonne chose à faire », c’est aussi une occasion économique à saisir pour notre secteur d’activité qui se définit comme une industrie humaine, centrée sur les besoins des gens. Alors, que faut-il faire pour changer les choses?

Prendre de l’avance sur l’évolution sociale

Tout d’abord, nous devons reconnaître les énormes changements qui se produisent dans la société. Avant la COVID-19, on prévoyait que les femmes contrôleraient 93 milliards de dollars dans le monde d’ici 20231. Avec le niveau d’éducation des femmes qui continue d’augmenter, une chose est sûre : elles ont plus de pouvoir économique que jamais. Cela fait d’elles une clientèle importante à la recherche de conseils et des meilleures pratiques pour gérer leur patrimoine.

Le fait que nous voyons plus de femmes qui commencent à investir qui recherchent désormais de l’aide pour gérer leur argent2 signifie que la démographie de cette clientèle augmente. Cette tendance doit se refléter dans notre industrie : nous devons augmenter le nombre de conseillères financières dans nos rangs.

La bonne nouvelle est que les conseillères sont déjà bien adaptées pour répondre aux besoins de tous les clients. Premièrement, parce qu’en étant des femmes, elles ont tendance à comprendre intuitivement les problèmes auxquels les femmes sont confrontées. Offrir des services aux femmes investisseuses, qui recherchent généralement une relation plus personnelle avec leur conseiller, leur vient plus naturellement.

Les actions ont plus de poids que les mots

Tout le monde doit faire partie de la solution, mais il est particulièrement important pour les femmes qui occupent déjà des postes de direction de soutenir activement celles qui débutent dans l’industrie. Et cela signifie que les cadres doivent mener par l’exemple, adopter le changement, créer des occasions de carrière attrayantes pour les femmes et faire de ces dernières un élément important de leur propre succès.

À mon avis, les bonnes intentions ne suffisent plus pour provoquer un changement réel. Il faut des actions concrètes pour faire évoluer la perception des femmes en lien avec l’industrie si l’on veut attirer et retenir plus de conseillères. Sur une note plus positive, la création d’équipes plus inclusives a la cote en ce moment au sein des organisations. Cette tendance doit se poursuivre.

Le changement doit commencer chez les jeunes

Alors que les écoles et les parents jouent un rôle dans la formation des opinions des filles et des femmes sur les questions financières, notre industrie doit aussi jouer un rôle social et économique dans la société. Nous sommes particulièrement bien placés pour promouvoir les professions financières auprès des jeunes étudiantes à l’université, et même avant.

C’est à nous d’influencer la façon dont les femmes voient leur rôle dans le secteur de la finance. Nous devons également faire appel à un groupe plus large de jeunes femmes évoluant dans le domaine pour faire la promotion de l’importance de « l’intelligence émotionnelle » dans notre profession. Encore trop souvent, les jeunes femmes croient à tort que nous recherchons des candidates qui n’excellent qu’en mathématiques et en ventes.

Monter le volume

Rendre l’industrie financière plus attrayante pour les femmes ne doit pas s’arrêter à l’éducation. Nous devons également leur offrir des occasions viables :

  • créer des cheminements de carrière intéressants pour les attirer
  • développer des campagnes de recrutement qui reflètent la diversité de la société
  • favoriser une approche de recrutement en fonction des forces des candidats et des habiletés requises 
  • élargir les programmes de mentorat et d’apprentissage pour soutenir celles qui envisagent une carrière en conseil 
  • promouvoir les femmes à des postes de direction afin de créer une plus grande diversité
  • modifier les politiques en milieu de travail pour qu’elles soient accessibles à tous les employés qui désirent fonder une famille ou devenir un proche aidant, et ce, peu importe leur genre 

Il nous faudra tous redoubler d’efforts et prendre des mesures concrètes pour opérer un changement durable.

Bien faire les choses est notre responsabilité collective

Nous avons réalisé des progrès, et je suis fière du travail accompli, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous devons insuffler un peu plus de courage dans nos actions.

Heureusement, il y a énormément d’hommes et de femmes extraordinaires, dans notre secteur, qui travaillent déjà à changer la donne et qui comprennent que l’enjeu ne concerne pas uniquement les femmes. Il s’agit plutôt d’un défi de transformation organisationnelle.

L’ajout de conseillères, d’expertes et d’associées à nos services de première ligne n’est pas seulement bon pour nos clients; c’est aussi bon pour notre industrie qui doit être le reflet de la société dans laquelle nous vivons.

La diversification ne concerne plus uniquement les portefeuilles d’investissement. Elle doit être présente dans l’ensemble de l’industrie. Veillons à ce que les jeunes femmes soient les bienvenues. Bâtissons tous ensemble une communauté qui valorise et développe leurs compétences, à mesure qu’elles s’affirment et prennent davantage de place dans nos entreprises et pour notre clientèle.

Et vous? Comment pourriez-vous prendre part au mouvement et faire la différence? 

Notes légales 

©2021 - Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

 

Catégories

Catégories