Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Pouvez-vous déduire des frais financiers et autres intérêts?

31 juillet 2019 par Banque Nationale
Déduire frais financiers

Tous les épargnants aimeraient bien pouvoir déduire de leur revenu les frais financiers et les frais d’intérêts qu’ils ont payés en cours d’année. Certains d’entre eux peuvent le faire, mais ils sont peu nombreux. Pour avoir droit à de telles déductions, il faut respecter certaines conditions. Rapide tour d’horizon!

Premier constat, et non le moindre : seuls les frais financiers et les frais d’intérêts liés à des comptes non enregistrés sont admissibles.

Autrement dit, les comptes enregistrés tels qu’un régime d’épargne-retraite (REER), un régime enregistré d’épargne-études (REEE), un régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI) ou un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) ne sont pas admissibles à ces déductions.

Puisqu’une grande majorité des épargnants placent leurs économies dans des comptes enregistrés, cela explique pourquoi peu d’entre eux ont la possibilité de se prévaloir des déductions fiscales offertes au moment de remplir leur déclaration de revenus. Mais il existe des exceptions et certaines stratégies pour payer moins d’impôt.

Comment savoir ce qui est admissible?

« Si les déductions pour les frais financiers s’appliquent aux titulaires de comptes non enregistrés, la déduction des frais d’intérêts s’adresse aux gens qui ont une certaine tolérance au risque, car on vise à générer un rendement supérieur au coût d’emprunt », explique Marc-Olivier Godbout, conseiller senior Investissement et Planification financière à la Banque Nationale.

Un prêt personnel servant à l’achat d’un bien de consommation (automobile, meubles, etc.), par exemple, ne sera évidemment pas admissible, car ce type de bien ne génère aucun revenu et, bien souvent, perd de sa valeur après avoir été acheté.

Toutefois, lorsqu’une personne emprunte de l’argent pour l’investir dans un produit financier, des frais peuvent être déductibles. Il en va de même lors de l’achat d’un bien immobilier destiné à la location.

Les montants empruntés par un entrepreneur dans le cadre d’un investissement, pour des immobilisations, voire dans la création d’une entreprise, seront également pris en considération au moment de demander des déductions.

Quels frais financiers sont déductibles?

« Il y a deux choses qui sont admissibles en matière de déductions de frais financiers : les frais de garde et d’administration, de même que les frais de conseil », précise Marc-Olivier Godbout.

« Les frais de garde, poursuit-il, sont ni plus ni moins que des frais encourus par le fiduciaire, alors que les frais de conseil représentent la rémunération du conseiller ou du courtier. Cette rémunération est souvent calculée selon un pourcentage de l’actif sous gestion. »

Au niveau fédéral, les frais financiers peuvent être déduits contre tout type de revenu, peu importe sa nature (salaire, placement, rente, etc.) Au Québec, les frais sont déductibles uniquement à l’encontre d’un revenu de placement.

Quels frais d’intérêts sont déductibles?

Il est possible de déduire les frais d’intérêts payés sur un prêt uniquement si celui-ci vise à générer des rendements. Un montant emprunté pour acheter des actions en bourse ou tout autre produit d’investissement (des fonds communs ou des fonds négociés en bourse, par exemple) sera admissible.

Il est donc possible de déduire sur sa déclaration de revenus une partie des frais financiers et des frais d’intérêts payés dans une année. Toutefois, ce privilège ne s’adresse qu’à une minorité de gens, soit ceux qui ont une certaine tolérance au risque. Afin de déterminer si vous pouvez profiter d’un tel avantage fiscal, il est fortement recommandé de discuter de vos placements et de votre stratégie d’investissement avec un comptable professionnel et un spécialiste de votre institution financière.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories