Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
Cartes de crédit
Financement
Placements
International
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

7 conseils pour aider à se protéger de la fraude bancaire en ligne

09 novembre 2020 par Banque Nationale
Nos conseils pour se protéger contre la fraude bancaire

Vous pensiez être à l’abri de la fraude? D’après les données du Centre antifraude du Canada, près de 40 000 signalements de fraude ont été reçus au pays depuis le début de 2020. Voici sept exemples de fraudes fréquentes et nos conseils pour vous aider à mieux vous protéger.

Vos renseignements personnels sont une mine d’or pour les fraudeurs

Vous ne pensez pas détenir d’information de haute importance. Alors, pourquoi les cybercriminels pourraient-ils s’intéresser à vous? En fait, c’est justement une identité comme la vôtre que cherchent à voler les fraudeurs, afin de ne pas attirer les soupçons sur leurs crimes. 

À l’aide de l’information qui permet de vous identifier (nom, prénom, adresse, numéro d’assurance sociale, informations bancaires), un fraudeur pourrait utiliser votre identité pour effectuer des demandes de prêt hypothécaire ou de carte de crédit en votre nom. Votre identité pourrait aussi être utilisée pour obtenir un faux passeport ou un permis de conduire falsifié.

Comment protéger vos informations personnelles?

Pour que vos renseignements restent à l’abri, limitez-en la diffusion. Partagez-les seulement lorsque nécessaire. Ça peut paraître banal de fournir son nom, son prénom et son adresse en se créant un compte sur le web, mais s’il y a des brèches dans la sécurité du site, l’information pourrait tomber entre les mains de fraudeurs.

Restez également vigilants lors de vos échanges sur les réseaux sociaux. Par des messages frauduleux qui semblent provenir de sources fiables, un individu malveillant pourrait tenter d’obtenir vos informations personnelles. On parle ici d’hameçonnage, ou phishing en anglais, l’un des plus gros enjeux de la fraude en ligne, qui est souvent perpétrée par courriel, par texto ou encore par téléphone. 

Pour commettre une attaque ciblée, les cybercriminels utilisent également les médias sociaux. L’information personnelle qui s’y trouve (votre identité, mais également votre travail, votre date d’anniversaire et vos préférences) pourrait permettre à un fraudeur d’augmenter la crédibilité d’une attaque par hameçonnage vous étant destinée. C’est ce qu’on appelle l’ingénierie sociale. Pour éviter ce type d’intrusion, vérifiez vos paramètres de confidentialité (par défaut, votre profil pourrait être public) et méfiez-vous des faux profils ou des profils inconnus. 

Comment protéger vos identifiants de connexion?

À l’aide de vos noms d’utilisateur et mots de passe, un cybercriminel pourrait accéder à vos comptes et y commettre des fraudes en ligne. Vos identifiants risquent également d’être revendus à d’autres cybercriminels sur le web clandestin (dark web), une partie non réglementée de l’internet souvent associée aux pratiques illégales.

Pour vous prémunir complètement du vol de vos identifiants de connexion, créez un mot de passe robuste et unique par utilisation et activez l’authentification à double facteur dès qu’on vous le propose. Protégez votre ordinateur à la maison en faisant vos mises à jour logicielles et antivirus. 

Ne cherchez pas plus loin

Découvrez le compte bancaire qui vous convient dès maintenant

7 exemples fictifs de fraudes bancaires

1. Ne croyez pas toujours ce que vous recevez par courriel et texto

Zoé, attachée de presse, en a fait l’expérience l’automne dernier. « Une personne mal intentionnée s’est fait passer pour mon fournisseur Internet en me disant qu’elle allait me rembourser un trop payé sur mon compte. Il suffisait de cliquer sur un lien envoyé par texto pour obtenir cette somme. Le lendemain en consultant mon compte, j’ai constaté qu’il me manquait plusieurs centaines de dollars, et c’est là que j’ai compris que je m’étais fait pirater mes informations bancaires. »

Dans ce type de situation, vous ne devriez pas répondre à ce type de messages. Ne cliquez jamais sur les hyperliens y étant contenus et ne fournissez jamais vos coordonnées personnelles ni vos informations bancaires par courriel ou par texto. En cas de doute, contactez par téléphone l’organisation qui souhaite obtenir ces informations.

2. Ne baissez pas vos gardes face à l’imprévu

La pandémie de COVID-19 a été une belle opportunité pour les fraudeurs. Jonathan, jeune entrepreneur de 25 ans, l’a appris à ses dépens. « Avec la crise, j’étais inquiet pour l’avenir de mon entreprise. Je surveillais la situation de près. Je suis tombé sur une application qui me permettait de suivre l’évolution de la pandémie dans le monde à partir d’une carte et de statistiques. Un jour ma banque m’a avisé d’une connexion sur un nouvel appareil. C’est en essayant de comprendre comment c’est arrivé que j’ai appris que cette application contenait un logiciel caché qui avait volé mes identifiants. »

Les fraudeurs peuvent profiter d’un climat de peur lié à l’actualité pour perpétrer leurs crimes. 

3. Ne donnez pas vos coordonnées bancaires sur les médias sociaux

Stéphanie, étudiante en science politique, a voulu aider une de ses amies en vacances en Australie qui avait besoin d’argent à la suite de la perte de son portefeuille. Malheureusement, il s’agissait d’une personne malveillante qui avait piraté son compte sur un réseau social très connu. « Elle avait repris la même manière de parler que mon amie. Je me suis retrouvé avec presque 3 000 $ en moins sur ma carte de crédit. C’est la dernière fois que je donnais mes coordonnées bancaires dans une conversation sur les médias sociaux. Si c’est une urgence, je m’arrangerai pour régler la situation de vive voix par téléphone. »

Si ce genre de situation vous arrive, il est important que vous ne divulguiez pas vos informations bancaires, à moins que cela soit un canal de communication sécurisé.

4. Ne communiquez pas d’informations personnelles sur votre identité

Le mois dernier, Daniel s’est fait usurper son identité. « Je suis travailleur autonome depuis plusieurs années et j’envoie des factures avec mon numéro d’assurance sociale très souvent. Un jour, je souhaitais retirer de l’argent avec ma carte de crédit, mais mon institution bancaire m’a refusé l’opération alors que j’avais toujours fait mes paiements dans les temps. J’ai appelé ma banque et mon conseiller m’a expliqué que ma cote de crédit ne permettait plus de faire des avances d’argent. J’ai consulté mon dossier de crédit pour la première fois et je me suis rendu compte que j’avais plusieurs prêts contractés alors que je n’en avais jamais demandé de ma vie. »

Dans ce type de situation, vous devriez proposer une autre pièce d’identité que votre numéro d’assurance sociale. Avant de donner des renseignements personnels, informez-vous aussi sur la façon dont ils seront utilisés et s’ils seront communiqués à des tiers. Pour plus de sécurité, vous pouvez obtenir une copie de votre dossier de crédit auprès de compagnies de registres de crédit.

5. Ne soyez pas pressé quand vous magasinez en ligne

La vente en ligne gagne en popularité chaque année. Une hausse qui rime avec une croissance de la fraude. Julie, qui travaille dans la restauration, peut en témoigner. « C’était pendant le Vendredi fou, je voulais absolument acheter des chaussures qui étaient en rabais. À ce moment-là, j’ai vu une pub pour une plus grosse promotion, j’étais tellement contente que je n’ai pas pris le temps de vérifier la validité du site. Au bout du compte, je me suis fait voler 1 500 $ et je n’ai jamais reçu les chaussures en question. Maintenant, achat impulsif ou non, je prendrai le temps de faire mes vérifications sur la réputation du site sur lequel je magasine, quitte à avoir un rabais moindre. »

Il est également important de faire preuve de bon sens. Si une annonce est trop belle pour être vraie, c’est qu’elle est possiblement frauduleuse ou qu’il y a un piège.

6. Ne vous laissez pas aveugler par l’amour

Après quelques échanges avec plusieurs utilisatrices sur un site de rencontre, Éric, professeur à l’université, croyait être tombé sur la bonne. « On a discuté en ligne tous les jours pendant un mois, on était vraiment sur la même longueur d’onde, mais étrangement on n’arrivait jamais à se voir. Un jour, elle m’a écrit totalement paniquée en me disant que sa mère avait de gros problèmes de santé et qu’elle avait besoin de 7 000 $ pour payer les frais d’hôpitaux. Elle n’avait pas cet argent et m’a supplié pour que je lui prête. Séduit par ses mots doux, j’ai craqué et je lui ai fait un virement. Une fois l’argent reçu, je n’ai plus eu de ses nouvelles. »

7. Soyez prudent lorsque vous vendez ou achetez des objets sur Internet

La fraude prend de l’ampleur sur les sites de vente de particulier à particulier. Arthur en a fait l’expérience il y a quelques mois. « Je voulais acheter un téléphone cellulaire sur un site de petites annonces à un bon prix. Le vendeur m’a demandé de lui faire un paiement par la poste prétextant qu’il s’agissait du moyen le plus sûr et le plus rapide. Je lui ai fait confiance, mais je n’aurai pas dû : je n’ai pas reçu mon téléphone alors que mon compte, lui, a bien été débité. »

Restez très vigilants dans le choix de la plateforme que vous utilisez si vous envoyez des fonds en ligne. Les fraudeurs se servent habituellement de ces services et peuvent même aller jusqu’à falsifier des documents. La meilleure chose à faire reste de vous en tenir à des transactions locales et en personne, ou d’utiliser des systèmes sécuritaires comme le virement Interac. 

Vos recours en cas de fraude

Si vos informations ont fuité et que vous croyez être à risque, vous pourriez contacter votre banque. Elle est là pour vous conseiller et vous transmettre les marches à suivre. Surveillez de près vos comptes bancaires. Dès que vous remarquez un mouvement frauduleux, déclarez la fraude bancaire en contactant rapidement votre établissement financier au numéro apparaissant au verso de votre carte de crédit ou de débit. Votre banque bloquera cette carte afin d’éviter d’autres transactions frauduleuses et vous remboursera le plus rapidement possible, après avoir effectué les vérifications nécessaires. Elle effectuera également une enquête liée à cette fraude. Vous pourriez aussi porter plainte pour fraude bancaire en communiquant avec la police ou en vous présentant dans un poste de quartier.

Pour vous protéger, les banques et certaines compagnies d’assurances offrent également une assistance en cas de fraude. Vous serez alors accompagné dans les étapes à entreprendre à la suite d’une fraude.

Personne n’est à l’abri des pièges, mais ces conseils devraient vous aider à être plus en sécurité et à éviter bien des soucis et des pertes monétaires importantes. 

En tout temps, vous pouvez vous référer à notre ABC de la sécurité.

Notes légales 

 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Ce texte inclut des hyperliens vers des sites externes qui ne sont pas administrés par la Banque Nationale. La Banque Nationale n’est pas responsable du contenu de ces sites et ne l’approuve pas. Elle ne peut être tenue responsable des conséquences de votre navigation sur ceux-ci.

 

Catégories

Catégories