Travailler au Canada : démarches administratives et notions financières

15 juin 2021 par Banque Nationale
Travailler au Canada

Pays ouvert et inclusif, le Canada offre de nombreuses possibilités d’emploi aux immigrants. Une meilleure connaissance des aspects financiers liés au monde du travail vous aidera dans votre carrière. Vous souhaitez immigrer et vous expatrier au Canada ou vous êtes depuis peu en sol canadien? Voici des réponses à vos questions pour bien vous guider dans votre nouvelle aventure qu’est de travailler au Canada, des démarches administratives aux notions financières. 

Quelles sont les démarches administratives pour travailler au Canada? 

Assurez-vous d’avoir un permis de travail canadien

Vous devez être légalement autorisé à travailler au Canada, en tant que résident au statut temporaire ou permanent. Il faut vous assurer d’être en règle selon le visa qui vous sera délivré. Les critères de délivrance d’un permis de travail ou d’une résidence permanente sont détaillés sur le site officiel du ministère de l’Immigration. 

Demandez votre numéro d’assurance sociale (NAS) 

Ce numéro est personnel et confidentiel : il vous sera attribué dans un bureau de Service Canada

Ouvrez un compte bancaire canadien 

Pour avoir facilement accès à vos fonds et simplifier votre nouvelle vie au Canada, vous devriez, le plus tôt possible, ouvrir un compte bancaire canadien. Cela vous permettra notamment de procéder à des virements avant votre départ, d’accéder à votre argent dès votre arrivée et d’économiser de manière substantielle sur vos frais bancaires. De plus, votre nouvel employeur pourra déposer votre paie directement dans votre compte grâce au spécimen de chèque fourni par votre institution financière canadienne.

Arrivé au Canada depuis moins de 5 ans?

Découvrez notre offre privilège pour les nouveaux arrivants.

Faites reconnaître vos diplômes et titres professionnels au Canada

Des ententes d’équivalence de diplôme existent entre les gouvernements des pays étrangers et ceux du Canada pour certaines professions. Si vous travaillez dans une profession réglementée, contactez l’ordre professionnel et demandez un certificat de qualification dans la province où vous prévoyez pratiquer. Enfin, si vous immigrez comme travailleur qualifié, vous aurez besoin d’un rapport d’évaluation des diplômes d’études (EDE)

Amassez les fonds nécessaires

Si vous présentez une demande d’immigration à titre de travailleur qualifié (Entrée express), le gouvernement fédéral vous demandera de fournir une preuve de fonds suffisants au bureau canadien des visas. 

Commencez à bâtir votre dossier de crédit

Un employeur pourrait, avec votre consentement, vérifier votre dossier de crédit. Votre dossier de crédit pourrait être un critère d’embauche pour certaines organisations, d’où l’importance de le bâtir et de l’entretenir. Pour ce faire, la méthode la plus simple est d’obtenir une carte de crédit émise par votre institution financière canadienne.

Ne cherchez pas plus loin

Découvrez le compte bancaire qui vous convient dès maintenant

Est-ce que mon expérience de travail vaut plus que mes diplômes? 

Les employeurs canadiens ont tendance à accorder plus d’importance à l’expérience de travail qu’aux diplômes. La plupart d’entre eux cherchent des employés qui seront fonctionnels rapidement. Plusieurs ont souvent recours aux références d’employeurs précédents pour vérifier les compétences. 

Un diplôme peut quand même vous permettre d’obtenir un meilleur salaire. D’ailleurs, il peut être pris en considération dans les échelles salariales. Après plusieurs années sur le marché du travail, on ne vous le demandera plus. Il y a aussi des métiers précis ou spécialisés dont la pratique est régie et qui exigent un diplôme en particulier, comme l’ingénierie ou l’architecture, par exemple.

Comment ma paie sera-t-elle calculée et à quoi sert mon talon de paie?

Votre futur employeur devrait vous présenter un contrat qui détaille votre rémunération, que ce soit sur un taux horaire ou un salaire annuel fixe. En général, les Canadiens travaillent entre 35 et 40 heures par semaine. 

Le détail de vos heures travaillées, les montants gagnés et les différentes retenues se trouvent sur un talon de paie émis par votre employeur. Il est conseillé de le vérifier pour s’assurer qu’il n’y a pas d’erreur. 

Bon à savoir : Selon l’employeur, le secteur d’activités et l’évolution de votre carrière, faire plus d’heures peut soit montrer votre motivation ou être perçu comme une incapacité à boucler le travail à faire dans le temps prescrit. Une entente claire avec votre employeur vous assurera une meilleure qualité de vie.

Analysez tous les avantages qui viennent avec un emploi 

Au-delà du salaire, les avantages sociaux doivent être pris en compte lors de votre recherche d’emploi : plans de retraite, assurances collectives et médicaments, vacances, etc. Vous devrez prévoir vous-même des solutions individuelles si votre employeur n’offre pas de tels avantages, comme un REER personnel ou des assurances. Parfois, il est plus payant d’accepter un taux horaire plus bas si les avantages sociaux sont nombreux. 

Quel est le salaire minimum au Canada? 

Le salaire minimum varie d’une province à l’autre. Mais la loi reste partout la même : un employeur ne peut pas vous proposer, et vous ne devriez jamais accepter de faire, un travail qui vous paie moins que le salaire minimum établi dans votre province. 

Comment savoir si un emploi est bien payé?

Même si vous avez l’impression de gagner plus ou moins que dans votre emploi précédent, il se peut que votre train de vie reste le même.  

Il peut y avoir des différences de salaire non négligeables d’une province à l’autre, et même d’une région à l’autre. D’importants écarts subsistent, notamment en matière de logement, selon la ville où vous habiterez, ce qui relativise le pouvoir d’achat, à salaire égal. 

Pour juger un salaire, analysez le coût de la vie dans la région où vous vous installez. Le moteur de recherche du gouvernement fédéral vous permettra de connaître le salaire moyen par profession pour chaque province.

Est-ce que je devrais choisir un emploi, un travail autonome ou l’entrepreneuriat?

Être employé offre plus de sécurité et de stabilité financière, mais travailler à son compte offre un plus grand potentiel de croissance et plus de liberté sur l’évolution de votre carrière. 

Bien des emplois au Canada offrent des avantages qu’il vous faudra combler vous-même si vous devenez travailleur autonome, comme les assurances collectives, le régime de retraite, les congés payés, etc. 

Vous avez plutôt la fibre entrepreneuriale? Consultez ce guide pour découvrir comment immigrer à titre d’entrepreneur.

Restez à l'affut

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières analyses et tendances des marchés.

Quels sont les secteurs qui recrutent au Canada?

Les provinces publient une liste des débouchés dans différentes industries en demande. Un programme a été mis sur pied par les gouvernements pour faciliter l’immigration des travailleurs qualifiés dans les secteurs suivants :

  • Santé
  • Agriculture
  • Informatique
  • Transport
  • Numérique, référencement et analytique Web
  • Effets visuels et des jeux vidéo
  • Construction
  • Secteurs spécialisés : journaliers, soudeurs, conducteurs, électriciens et mécaniciens

Une excellente façon de vous démarquer sur le marché du travail au Canada est d’acquérir une spécialisation. Les employeurs sont souvent à la recherche de candidats aux expertises pointues.

En terminant, de nombreuses ressources existent pour faciliter votre arrivée au pays et votre intégration sur le marché du travail. N’hésitez pas à faire appel à des experts pour bien vous renseigner, vous outiller, et surtout, vous entourer. Pour vos questions, on est là.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags :

Catégories

Catégories