Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Quel est le coût de la vie au Canada?

25 septembre 2018 par Banque Nationale
Coût de la vie au Canada

Toute personne qui souhaite s’établir au Canada gagnera à rapidement répondre à cette question. Si le Canada est reconnu pour sa qualité de vie exceptionnelle et les nombreuses opportunités offertes à celles et ceux qui souhaitent s’y installer, plusieurs éléments essentiels sont à connaître.

Contenu

Quelles sont les dépenses mensuelles à considérer?

Plusieurs villes canadiennes font bonne figure au rang de celles où il fait bon vivre dans le monde. Or, le coût de la vie peut fluctuer de manière significative, en fonction de la province, de la région, de la ville et même du quartier où vous habiterez.

C’est pourquoi il est important d’effectuer des recherches pour comparer les dépenses à prévoir pour chaque ville considérée, selon votre réalité, vos aspirations et votre capacité de paiement.

Au Canada, les dépenses d’un ménage peuvent atteindre la moitié du salaire net. Au Québec, en 2016, par exemple, les dépenses moyennes d’un ménage équivalaient à près de 70 853 $ par année, dont environ 13 971 $ consacrés au logement, 12 467 $ en impôts, 9 652 $ en transport, 8 474 $ en alimentation et 988 $ en éducation.

En plus des dépenses incontournables liées au logement, à la nourriture et aux vêtements, y compris celles occasionnées par l’hiver, vous aurez notamment à budgéter le transport, certains frais de santé et d’assurance, les soins personnels ou encore le mobilier.

En ce qui concerne les tarifs d’électricité, ils varient d’une province à l’autre. Le Québec propose des taux avantageux en comparaison de plusieurs provinces, y compris en matière de chauffage. En 2017, selon Hydro-Québec, les factures résidentielles pour Montréal (7 ¢/kWh) étaient deux fois moins chères qu’à Toronto et quatre fois moins chères qu’à New York. C’est aussi deux fois moins cher qu’en France.

En revanche, les frais de télécommunication au Canada (cellulaire, Internet, télé câblée ou satellite) sont généralement plus dispendieux par rapport à plusieurs autres pays.

Exemples de coûts moyens pour le Québec:

  • Internet, télévision et téléphonie résidentielle : 120 $ par mois

  • Téléphone mobile de base : 65 $ par mois

  • Assurance combinée auto et habitation : de 100 $ à 200 $ par mois

  • Carte mensuelle de transports en commun : 85 $ par mois

  • Essence : environ 1,40 $ le litre

  • Électricité : de 30 $ à 125 $ par mois

  • Chauffage : 30 $ à 125 $ par mois

Quelles sont les villes les plus dispendieuses pour se loger?

Le coût du loyer est important, puisqu’il constitue souvent entre 30 et 50 % du budget familial. La moyenne canadienne pour un appartement de deux chambres est d’environ 990 $ par mois.

Vancouver et Toronto s’affichent depuis quelques années en tête des villes les plus chères du pays. La spéculation et la forte activité économique expliquent en partie cette situation. Selon les données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), démontre qu’en 2017, le coût moyen d’un loyer de deux chambres était de 594 $ par mois à Trois-Rivières, au Québec, et de 1552 $ à Vancouver, en Colombie-Britannique.

Ottawa, en Ontario, ainsi que plusieurs villes du Québec demeurent des options parmi les plus abordables. Montréal, la deuxième ville la plus peuplée au Canada, affiche un coût moyen de 782 $, alors qu’il peut en coûter le double pour les habitants de Toronto pour un même loyer.

Enfin, comme le dévoile cette étude, toutes les villes canadiennes, y compris les plus chères, se comparent très avantageusement à plusieurs villes dans le monde, et ce, avec cette composante cruciale qui s’ajoute au coût de la vie : la qualité de vie.

Comment fonctionnent les impôts et les taxes au Canada?

Le gouvernement canadien (fédéral) harmonise ses politiques et ses programmes à l’ensemble du pays, mais chaque province possède ses propres réglementations en matière de taxes et d'impôts.

Les impôts

Pour les employés, les impôts sont généralement retenus sur leur salaire, souvent versé toutes les deux semaines. Les travailleurs indépendants ou les entrepreneurs doivent de leur côté réserver des sommes ou procéder à des versements anticipés. Dans tous les cas, les impôts s’établissent en fonction du revenu de chacun.

Pour le Canada et le Québec, le taux d'imposition fédéral et provincial varie selon le revenu imposable. Il se calculait comme suit en 2018 :

Si vous touchez un salaire de 25 000 $, vous serez imposé à un taux de 12,5 % au fédéral et de 15 % au provincial (total de 27,5 %). Pour un salaire de 50 000 $, les taux seront respectivement de 17 % au fédéral et de 20 % au provincial (total de 37,5 %). Si votre salaire est de 100 000 $, ce sera plutôt un taux d'imposition de 22 % au fédéral et de 24 % au provincial (total de 46 %).

Pour la majorité des salariés, l’impôt est retenu à la source sur chaque paie. De plus, les personnes à plus faible revenu ont droit à plusieurs types de déductions ou de remboursements au moment de produire leur déclaration fiscale.

Ces impôts, qu’il faut additionner (fédéral et provincial), servent, entre autres, à couvrir plusieurs services qui seraient autrement beaucoup plus coûteux pour les citoyens, comme l'accès à l’école publique, y compris l’université, les soins de santé et les frais de garderie pour les enfants.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, vous trouverez ici plusieurs conseils touchant le régime fiscal canadien. Aussi, celles et ceux qui profitent d’un programme en PVT sont soumis à des règles différentes, qu’il est conseillé de connaître.

Et les taxes?

En général, deux taxes s’appliquent sur l'achat de biens et de services : l’une fédérale (la TPS) et l’autre provinciale (au Québec, la TVQ). Elles sont calculées en fonction du prix des produits achetés, qu’il s’agisse d’un litre de jus ou d’une voiture.

Au Québec, le taux de la TPS est de 5 % et le taux combiné (TPS + TVQ) est de 14,97 %. Des renseignements à propos des services et des biens taxés, détaxés ou exonérés ainsi qu’une liste partielle de produits spécifiques vous aideront à y voir plus clair.

Quel est l’ABC du système financier?

Si connaître le coût de la vie est important, d’autres considérations connexes sont essentielles à explorer avant de prendre certaines décisions qui seront déterminantes pour votre avenir.

Il est conseillé de vous familiariser d’avance avec le système bancaire canadien, pour en apprendre davantage à propos des dossiers de crédit, des comptes chèque et d’épargne, des cartes de crédit et des transactions bancaires. Par ailleurs, il est fortement suggéré de remplir le plus tôt possible une demande d’ouverture de compte bancaire canadien, en quelques étapes faciles en ligne. Si vos finances vous le permettent, nous vous offrons également quelques conseils et stratégies pratiques sur la manière de faire fructifier votre argent au Canada.

Pourboires, taxes et politiques de base

Au Canada comme partout dans le monde, faire des choix judicieux et comprendre certaines composantes comme les taxes, les pourboires, les heures d’ouverture ou encore les politiques d’échange et de remboursement est primordial. Vous trouverez ici un guide complet pour mieux comprendre plusieurs règles et pratiques ayant cours au Québec et au Canada.

Le Canada est le deuxième pays le plus vaste au monde. S’y établir est une expérience stimulante, et prendre le temps de connaître le coût de la vie constitue une démarche payante. Prenez aussi le temps d’écouter les témoignages de nouveaux arrivants ayant choisi le Canada comme terre d’accueil. Conseils, programmes, visas : vous en apprendrez beaucoup!

Découvrez-en encore plus sur le Canada en vous inscrivant à notre Infolettre Nouveaux Arrivants.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Tags:

Catégories

Catégories