Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

7 conseils pour se protéger de la fraude

12 février 2018 par Banque Nationale
7 tips on how to protect yourself from fraud

La fraude existe depuis longtemps : on a tous un membre de notre famille, un ami ou un collègue de travail qui en a été victime. D’après les plus récentes statistiques du Bureau de la concurrence et du Centre antifraude du Canada, près de 90 000 plaintes ont été reçues en 2016, pour un montant total de 91 millions de dollars en fraude.

Contenu

Voici les témoignages de sept victimes de fraude et nos conseils pour vous aider à mieux vous protéger.

1. Ne croyez pas toujours ce que vous recevez par courriel et texto

L’hameçonnage, ou phishing en anglais, est l’un des plus gros enjeux de fraude. Par courriels ou par textos, des individus malveillants tentent d’obtenir de l’information personnelle sur les gens, comme des informations bancaires ou un numéro d’assurance sociale. Autant des clients de sites d'achats en ligne, d’organismes de paiements que d’institutions financières peuvent être la cible de ce genre de pratique. Il est important d’être vigilant parce que, dans la majorité des cas, le contenu des courriels ou messages textes frauduleux semble provenir de sources connues et fiables. En effet, les sites Internet qu'utilisent les hameçonneurs imitent généralement très bien les sites officiels.

Zoé, attachée de presse, en a fait l’expérience l’automne dernier. « Une personne mal intentionnée s’est fait passer pour mon fournisseur Internet en me disant qu’elle allait me rembourser un trop payé sur mon compte. Il suffisait de cliquer sur un lien envoyé par texto pour obtenir cette somme. Le lendemain en consultant mon compte, j’ai constaté qu’il me manquait plusieurs centaines de dollars, et c’est là que j’ai compris que je m’étais fait pirater mes informations bancaires ».

Pour éviter qu’il vous arrive la même chose, ne répondez pas à ces courriels ou messages textes, ne cliquez jamais sur les hyperliens contenus dans ces messages et ne fournissez jamais vos coordonnées personnelles et vos informations bancaires. En cas de doute, contactez par téléphone l’organisation en question qui souhaite obtenir ces informations.

2. Ne vous improvisez pas gourou de la finance en ligne si vous n’y connaissez rien

Avec la fièvre des cryptomonnaies qui suscite l’engouement, tout le monde veut profiter de la bulle actuelle, mais peu sont ceux qui y connaissent vraiment quelque chose.

Jonathan, jeune entrepreneur de 25 ans, l’a appris malgré lui. « Comme beaucoup de monde, j’avais l’impression que je pouvais me faire pas mal de cash grâce aux cryptomonnaies. Après quelques petites recherches, je suis tombé sur un site qui m’apparaissait crédible et j’ai décidé d’investir. Finalement, c’était une arnaque et j’ai perdu plusieurs milliers de dollars dans cette histoire. Cela ne m’a pas découragé d’investir, mais ça m’a rendu plus prudent. Pour plus de sécurité, je fais désormais appel à un conseiller financier pour m’aiguiller dans mes placements. »

Pour investir de façon autonome, vous pouvez également faire affaire avec une institution de courtage réputée qui vous permet d’effectuer vos transactions en ligne en toute confiance. Vous offrir le soutien d’un spécialiste vous coûtera toujours moins cher que de vous faire arnaquer sur des sites frauduleux!

3. Ne donnez pas vos coordonnées bancaires sur les médias sociaux

Cela peut tomber sous le sens dit comme ça, mais les cas de ce genre se multiplient sur les médias sociaux et plus particulièrement sur Facebook. Avez-vous déjà reçu un (faux) message privé d’un ami qui vous demandait de lui envoyer de l’argent pour l’aider à régler un problème urgent? C’est le cas de Stéphanie, étudiante en science politique, qui a voulu aider une de ses amies en vacances en Australie qui avait besoin d’argent à la suite de la perte de son portefeuille. Malheureusement, il s’agissait d’une personne malveillante qui avait piraté son compte Facebook.

« Honnêtement, ce n’était pas facile de m’en rendre compte, elle avait repris la même manière de parler que mon amie. Elle a prétexté qu’elle avait perdu son portefeuille et qu’elle avait besoin de payer une location de voiture. Je me suis retrouvé avec presque 3 000 $ en moins sur ma carte de crédit. En fin de compte, cette histoire ne m’a pas rendue réticente à aider mes amis dans le besoin, mais c’est la dernière fois que je donnais mes coordonnées bancaires dans une conversation sur les médias sociaux. Si c’est une urgence, je m’arrangerai pour régler la situation de vive voix par téléphone. »

Si ce genre de situation vous arrive, il est important que vous ne divulguiez pas vos informations bancaires, à moins que cela soit un canal de communication sécurisé.

4. Ne communiquez pas d’informations personnelles sur votre identité

Contrairement aux autres types de fraudes, l’usurpation, ou le vol d’identité, devient possible lorsqu'un criminel obtient l'accès aux moyens d'identification d'une personne, que celle-ci en soit consciente ou non. Cette information peut être obtenue, entre autres, à la suite d’un vol de porte-monnaie ou par capture d’information illicite sur un ordinateur, téléphone intelligent ou autre équipement à l’aide d’un programme malveillant. Cela peut faire de sacrés dégâts comme pour Daniel, qui s’est fait usurper son identité par l’utilisation de son numéro d’assurance sociale.

« Je suis travailleur autonome depuis plusieurs années et je fais de la pige pour plusieurs entreprises, j’envoie donc des factures avec mon numéro d’assurance sociale très souvent. Un jour, je souhaitais retirer de l’argent avec ma carte de crédit, mais mon institution bancaire m’a refusé l’opération alors que j’avais toujours fait mes paiements dans les temps. J’ai appelé ma banque pour avoir des explications et mon conseiller m’a expliqué que ma cote de crédit ne permettait plus de faire des avances d’argent. N’ayant jamais consulté mon dossier de crédit, j’ai fait une demande à Equifax et je me suis rendu compte que j’avais plusieurs prêts contractés alors que je n’en avais jamais fait de ma vie. C’est là que je me suis rendu compte qu’on avait volé mon identité ».

Pour éviter qu’il vous arrive la même chose qu’à Daniel, donnez votre numéro d’assurance sociale que si vous ne pouvez faire autrement et, dans la mesure du possible, proposez une autre pièce d'identité. Avant de donner des renseignements personnels, informez-vous aussi de quelle façon ils seront utilisés et s'ils seront communiqués à des tiers. Gardez les documents contenant vos renseignements personnels dans un endroit sûr à votre domicile. Pour plus de sécurité, vous pouvez obtenir régulièrement une copie de votre dossier de crédit auprès de compagnies de registres de crédit comme Equifax ou TransUnion.

5. Ne soyez pas pressé quand vous magasinez en ligne

La vente en ligne gagne en popularité chaque année. Une hausse qui rime avec une croissance de la fraude qui représente aujourd’hui plus de 8 millions de dollars au Canada. Julie, qui travaille dans la restauration, peut en témoigner.

« C’était pendant le Black Friday, je voulais absolument acheter des chaussures qui étaient en rabais et que je voulais depuis longtemps. À ce moment-là, j’ai vu une pub pour une plus grosse promotion, j’étais tellement contente que je n’ai pas pris le temps de vérifier la validité du site. Au bout du compte, je me suis fait voler 1 500 $ et je n’ai jamais reçu les chaussures en question. Maintenant, achat impulsif ou non, je prendrai le temps de faire mes vérifications sur la réputation du site sur lequel je magasine, quitte à avoir un rabais moindre. »

Il est également important de faire preuve de bon sens. Si une annonce est trop belle pour être vraie, c’est qu’elle est probablement frauduleuse ou qu’il y a un piège.

6. Ne vous laissez pas aveugler par l’amour

L’amour rend aveugle, c’est ce qu’aurait pu vous dire Éric, professeur à l’université, après son expérience malheureuse sur un site de rencontre. Le jeune quadragénaire essayait de rencontrer l’âme sœur. En tant que grand timide, il s’est dirigé naturellement vers des sites de rencontre. Après quelques échanges avec plusieurs utilisatrices, il tombe sur la bonne. Du moins, c’est ce qu’il croyait…

« Il y avait vraiment une chimie entre nous deux. On a discuté en ligne tous les jours pendant un mois, on était vraiment sur la même longueur d’onde, mais étrangement on n'arrivait jamais à se voir. Un jour, elle m’a écrit totalement paniquée en me disant que sa mère avait de gros problèmes de santé et qu’elle avait besoin de 7 000 $ pour payer les frais d’hôpitaux. Elle n’avait pas cet argent et m’a supplié pour que je lui prête. Séduit par ses mots doux, j’ai craqué et je lui ai fait un virement. Une fois l’argent reçu, je n’ai plus eu de ses nouvelles. Je ne blâme pas le site de rencontre pour ça, j’ai fait de belles rencontres depuis. »

D’après les plus récentes statistiques du Bureau de la concurrence et du Centre antifraude du Canada, les pertes relatives aux fraudes amoureuses représentent plus de 17 millions de dollars au pays. Un conseil à ceux qui veulent trouver l’amour en ligne : si vous rencontrez une personne qui s’intéresse plus à votre situation financière qu’à vous, et ce, même avant votre premier rendez-vous, vous avez bien le droit de douter de ses intentions.

7. Soyez prudent lorsque vous vendez ou achetez des objets sur Internet

Que cela soit sur eBay ou Kijiji, la fraude prend de l’ampleur sur les sites de vente de particulier à particulier. Arthur en a fait l’expérience il y a quelques mois.

« Je voulais acheter un téléphone cellulaire sur Kijiji à un bon prix. Le vendeur m’a demandé de lui faire un paiement par Postes Canada prétextant qu’il s’agissait du moyen le plus sûr et le plus rapide. Je lui ai fait confiance, mais je n’aurai pas dû : je n’ai pas reçu mon téléphone alors que mon compte, lui, a bien été débité ».

Bien que la plupart des personnes qui utilisent ce type de plateformes vivent une expérience positive, plusieurs personnes comme Arthur ont été victimes de fraude. Pour être certain de faire un paiement sécurisé, il est recommandé d’utiliser des systèmes fiables comme le virement Interac ou PayPal. Ces solutions de paiement vous permettent d’utiliser, en toute confiance, les ressources de votre compte bancaire ou de vos cartes de crédit ou de débit pour envoyer de l’argent par Internet à une autre personne. N’envoyez jamais de paiement par chèque et restez très vigilants dans le choix de la plateforme que vous utilisez si vous envoyez des fonds en ligne. Les fraudeurs se servent habituellement de ces services et peuvent même aller jusqu’à falsifier des documents. La meilleure chose à faire reste de vous en tenir à des transactions locales et en personne.

Ces 7 conseils devraient vous permettre d’être plus en sécurité, mais bien sûr, personne n’est à l’abri de tomber dans un piège. Si vous avez un doute, repensez à ces précieux témoignages… vous pourrez peut-être vous éviter bien des soucis et des pertes monétaires importantes. Vous pouvez également vous référer en tout temps à notre ABC de la sécurité.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories