Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

5 conseils pour réussir sa rentrée étudiante dans le domaine de la santé

09 août 2019 par Banque Nationale du Canada
Étudiant santé

Des études en santé, c’est exigeant. Voilà pourquoi il est important de s’assurer d’adopter de saines habitudes de vie à l’approche de la rentrée scolaire. Nous avons discuté avec des étudiants du domaine de la santé qui sont déjà passés par là afin qu’ils nous révèlent leurs trucs et astuces pour survivre au rythme éreintant de leurs études avec succès.

Un savant mélange d’effort et de laisser-aller

La notion d’équilibre est au cœur de tout mode de vie sain. Roxanne, finissante en pharmacie à l’Université Laval, est convaincue que c’est précisément ce qui lui aura permis de mener ses études à terme.

« Ça peut sembler cliché, mais c’est ce qui m’a permis de passer au travers. Pas trop de bourrage de crâne, mais pas trop de pétage de face non plus. Éviter de mener une vie de moine, mais ne pas flamber toutes ses payes. Pas nécessairement devenir un athlète olympique, mais savoir prendre soin de son corps [...] ». Sans oublier de dormir, bien évidemment. « Le sommeil perdu, ça ne se rattrape pas. Peu importe la quantité de café que tu vas prendre. »

Une vision que partage Jérémie, étudiant de 4e année en médecine à l’Université de Montréal. « Pour être heureux et avoir du succès, il faut entretenir un équilibre entre le travail, le plaisir et la santé. » La bonne vieille recette, quoi! Sauf que, malheureusement, l’équilibre tend à basculer selon les périodes de l’année et une variable finit toujours par être sacrifiée... surtout en fin de session. Maintenir cet équilibre est donc crucial dans l’atteinte d’un mode de vie agréable et viable à long terme.

L’équilibre du cœur, du corps, de l’esprit… et du portefeuille

Selon Jérémie, le cœur, le corps et l’esprit sont intimement liés et il faut les entretenir adéquatement. « Pour moi, ça veut dire bien manger même quand je sors au resto (mais me gâter de temps en temps), dormir quand j’en ressens le besoin (parfois au péril de mon étude) et faire du sport régulièrement (les endorphines sont les hormones du bonheur, ne l’oublions pas!). »

La notion d’équilibre s’applique également aux finances personnelles. Dans des domaines comme la santé, où le taux de placement des étudiants est souvent très élevé, l’accès au crédit est grandement facilité. Bien que des conférences sont organisées dans les universités pour informer les étudiants des dangers de l’endettement, il est facile de tomber dans le piège. Il suffit d’en profiter avec modération et en toute connaissance de cause, comme nous l’explique Jérémie : « Il faut être prudent parce que si on prend trop goût à un certain niveau de vie, on peut vite se ramasser avec d’immenses dettes. C’est correct d’en profiter, je le fais moi-même, mais il faut être vigilant. »

L’important, c’est d’avoir une vision à long terme et de dépenser en fonction d’un budget précis. Il est également crucial de dédramatiser la question de l’endettement dans un domaine où les études coûtent cher et où il est plutôt normal de vivre avec la réalité du crédit.

« C’est très commun en médecine de passer quelques années à être endetté et à vivre à crédit. Je planifie commencer à rembourser ma dette rapidement, en commençant la résidence ou à l’obtention d’un poste de permanence. » - Jérémie

Ariane, étudiante de 3e année en médecine dentaire, abonde dans le même sens que Jérémie.

« Le programme de médecine dentaire est particulièrement coûteux, ne serait-ce que pour les instruments que l’on doit se procurer chaque année au coût d’environ dix mille dollars. S’ajoutent à cela les frais de scolarité (environ 2500$) et les dépenses en matériel extra nécessaire à la réalisation des laboratoires. »

La quasi-totalité des étudiants en médecine dentaire ont une marge de crédit avec un taux préférentiel pour les intérêts. Assez rapidement, Ariane a réalisé qu’il était presque impossible de tout payer sans l’utiliser.

« Heureusement pour les dentistes, on a la chance d’avoir une certaine assurance sur nos revenus et de savoir qu’on sera capable de rembourser nos dettes sur une période de 5 à 10 ans. »

Roxanne nous rappelle quant à elle qu’en pharmacie, il est bien de travailler pendant les études, dans une pharmacie ou dans un hôpital, par exemple. « C'est bon pour le portefeuille, mais surtout pour l'expérience. Ça permet d'appliquer ce que tu apprends en cours directement, sur le terrain, et de voir des pharmaciens en tous genres en pleine action. »

Même si les besoins des étudiants en santé sont tous différents, il y a toujours un produit financier qui y répond directement.

Savoir lâcher prise et s’impliquer

Lorsqu’on évolue dans un environnement compétitif, on a tendance à vouloir en faire trop. C’est ce qu’a réalisé Ariane après sa 3e année de médecine dentaire.

« Si j’avais un conseil en or à donner à des gens qui entrent dans le programme, c’est probablement de "go with the flow", arrêter de vouloir tout prévoir parce qu’il y aura inévitablement des surprises. » Se résigner à ne pouvoir tout contrôler est toutefois plus facile à dire qu’à faire.

« Il y aura toujours des gens qui en savent plus que toi. Ça contribue au stress de la rentrée et à la compétition durant l’année scolaire. Il faut simplement accepter que l’université, c’est un nouvel environnement et on ne peut pas toujours tout savoir. »

S’impliquer dans les comités de sa faculté et participer aux initiations, aux rassemblements étudiants, aux événements sportifs et autres activités interfacultaires sont tous d’excellents moyens de bonifier l’expérience universitaire.

Ne pas laisser vos études dicter qui vous êtes

Selon Anne-Claire, également étudiante de 4e année en médecine à l’Université de Montréal, l’individu derrière le futur professionnel de la santé doit exister malgré les études et la finalité que représente la carrière.

« Profitez de la paix d’esprit que vous offrent cette sécurité et cette stabilité (il n’y a pas beaucoup de programmes qui vous assurent un emploi bien payé en sortant de l’école). Mettez-la à profit, permettez-vous de vous évader, d’explorer, d’essayer, de rater et de vous reprendre. Cultivez ce que vous aimiez, et plantez les graines de ce que vous aimerez dans 5-10-15 ans. Ne vous mettez pas en veille; construisez-vous. Ne vous oubliez pas. »

Récompenser ses efforts et profiter de la vie

« Il y a tellement de moments où on a envie de tout lâcher, mais pour avancer, il faut se fixer des objectifs et s’offrir des récompenses. Souvent et à court terme. Chaque petite victoire doit être perçue comme un pas de plus vers l’objectif ultime: devenir un meilleur médecin. » - Jérémie

« Il ne faut pas oublier de récompenser tes gros efforts et de reconnaître ton beau travail. Que ce soit avec une barre de chocolat ou une soirée entre amis, il est important de le faire. » - Roxanne

« Je n’ai pas plus de temps que les autres, mais je m’octroie du temps pour moi. On se sent souvent coupable de ne pas être en train d’étudier, mais c’est de comprendre qu’à un certain moment ça devient contre-productif puisqu’on a besoin de décrocher tôt ou tard. » - Ariane

Bref, prendre du temps pour soi pour faire ce que l’on aime, voilà une autre clé de la réussite! Vous n’en ressortirez qu’un meilleur professionnel de la santé et tous vos futurs patients pourront en bénéficier!

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories