Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment augmenter ses chances d’être financé par la Banque

27 août 2015 par Banque Nationale
DefaultArticleImageAltText

Vous avez mis au point votre modèle d’affaires. Votre plan est prêt. Prochaine étape : obtenir votre financement. C’est le moment où « ça passe ou ça casse » pour plusieurs entrepreneurs en devenir.

Contenu

Afin de vous aider à comprendre le processus d’obtention de financement, nous avons rencontré Maxim Séguin, qui a été directeur de compte commercial à la Banque Nationale pendant 6 ans, et qui occupe maintenant le poste de conseiller sénior, Marchés PME, produits, entreprises et international. Son rôle actuel : développer des offres clients qui aideront les entrepreneurs comme ceux avec lesquels il a travaillé pendant plusieurs années.

Il nous explique les bases de la démarche de financement auprès d’une banque et les points sur lesquels vous devez travailler pour augmenter vos chances d’être financé.

Le rôle du directeur de compte commercial

On peut voir le directeur de compte un peu comme un « entremetteur » entre l’entrepreneur et l’analyste financier de la Banque. Le directeur de compte a pour mission d’évaluer le dossier de l’entrepreneur et de l’aider à le bonifier, pour ensuite « vendre » le projet à l’analyste financier.

« Lorsqu’on challenge leur plan d’affaires, les entrepreneurs peuvent être portés à croire qu’il n’est pas bon ou qu’il n’a pas vraiment de potentiel. Au contraire. Notre rôle est de nous assurer que tous les éléments du projet sont bien ficelés. Plus le plan est abouti, plus nous aurons de la facilité à vendre le projet et à obtenir l’autorisation du financement pour notre client », explique Maxim.

L’analyste financier de la Banque accordera un prêt s’il évalue que le risque associé est viable. Un plan bien détaillé, basé sur des éléments concrets, démontrera le sérieux de l’entrepreneur et le potentiel de son entreprise, et le risque perçu sera plus faible. C’est pourquoi le directeur de compte travaille en amont avec l’entrepreneur de façon à s’assurer que le plan soit le plus solide possible.

Comment la Banque évalue votre dossier

La Banque évalue autant l’entrepreneur que son plan, et que le montage financier qu’il propose.

1. L’entrepreneur :

« A-t-il l’expérience et les aptitudes pour mener à bien son projet? Connaît-il bien son domaine? Est-il passionné par ce qu’il fait? Qui sont ses partenaires? Est-il bien entouré? Avant même de regarder les chiffres, c’est important de bien jauger la personne qui se trouve devant nous. Parce qu’après tout, outre les chiffres, c’est l’entrepreneur qui mènera à bien son projet ou non. Un entrepreneur passionné, compétent et en contrôle de la situation, c’est grandement sécurisant pour la banque – surtout lorsqu’on voit qu’il s’investit pleinement dans son projet et qu’il ne ménage pas les efforts », précise Maxim.

Pour en savoir plus, inscrivez-vous à l'infolettre Banque Nationale

2. Le plan :

Celui qui a aidé un grand nombre d’entrepreneurs à réaliser leur projet ajoute : « Il est important que l’entrepreneur ait une bonne compréhension de son marché, de sa concurrence, et que les éléments distinctifs de son entreprise soient bien détaillés. Le plan doit également exposer clairement le montant de financement demandé à la Banque et la façon dont il sera utilisé. »

3. Les finances :

Évidemment, le directeur de compte commercial portera une attention particulière aux prévisions financières. En plus de l’estimation que vous ferez de vos revenus et de vos dépenses, votre situation financière personnelle sera évaluée. « En affaires, il y a toujours des imprévus, commente Maxim. C’est pourquoi la banque évaluera aussi la capacité de réinjection de l’entrepreneur, c’est-à-dire s’il a la possibilité ou non de réinvestir si la situation l’exige. Sachant que l’une des causes principales de l’échec d’un démarrage d’entreprise est le manque de liquidité en cours de projet, notre objectif est donc de nous assurer que l’entrepreneur a une marge de manœuvre suffisante. »

3 conseils pour une présentation réussie

Au fil des ans, Maxim a rencontré beaucoup d’entrepreneurs qui lui ont présenté leur projet d’entreprise. De cette expérience, il a dégagé trois préceptes qui pourraient vous être utiles dans vos démarches :

1. Connaissez votre projet sur le bout des doigts

« Ça peut sembler évident, mais force est d’admettre que certains entrepreneurs ne maîtrisent pas tous les aspects de leur plan d’affaires. Il est impératif d’être prêt à répondre à toutes les questions, qu’elles soient d’ordre qualitatif ou quantitatif, qu’elles touchent le rôle des administrateurs, les finances, le marketing ou le plan de développement, etc. »

2. Sachez vendre votre projet

« Allez droit au but. Expliquez-nous comment votre projet répond à un besoin, comment vous en tirerez des revenus et auprès de qui. Mais surtout, l’élément le plus vendeur : parlez avec passion. Il n’y a rien de plus convaincant qu’un entrepreneur convaincu. »

3. Sachez vous vendre en tant qu’entrepreneur

« Expliquez-nous comment vous serez en mesure de mener à bien votre projet. Sur quelles expériences et aptitudes vous appuyez-vous, qui constitue votre équipe – autant les employés que les partenaires et fournisseurs? Démontrez votre expertise, votre engagement et vos réseaux. »

L’heure de se lancer

Vous voici donc outillé pour bien préparer la présentation de votre projet. Avez-vous d’autres questions? Ou êtes-vous prêt à passer à l’action? Dans tous les cas, prenez un rendez-vous avec un expert de la Banque Nationale – il saura répondre à vos questions et vous présenter les meilleures solutions pour vous.

Bon succès!

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories