Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Accroître ses ventes grâce à la réalité virtuelle

04 octobre 2016 par Banque Nationale
vr-sales-virtual-reality

Promouvoir un produit ou une marque à l’aide de la réalité virtuelle (RV) ou de la réalité augmentée (RA) peut être bénéfique pour une entreprise, aussi bien pour augmenter ses ventes que sa notoriété. Voici quelques exemples concrets.

« Imaginons un concessionnaire de voitures qui doit avoir chaque modèle dans toutes les couleurs, avec toutes les déclinaisons d’accessoires sur le marché… Ça prend de la place! » s’exclame Bertrand Nepveu, président de la start-up Vrvana qui produit le casque de RV et RA Totem.

« Avec un casque de réalité augmentée, poursuit-il, le concessionnaire pourrait offrir au client de visualiser la couleur de son choix apposée sur le modèle qu’il vient de conduire en essai routier, et ce, sans avoir à tenir toutes les couleurs en magasin. »

« Il pourrait également donner à voir toute une série d’options, que ce soit le choix des roues (chromées ou non), la composition des bancs (en cuir ou en tissu) ou la couleur du tableau de bord. Il y a donc moyen de stimuler les ventes d’options grâce à une expérience de réalité virtuelle ou augmentée. »

Présenter le produit sous toutes ses coutures

L’exemple illustre bien la petite révolution qui a cours dans la mise en marché des produits et services.

Grâce à la réalité virtuelle, les consommateurs peuvent désormais faire des séances d’essayage virtuelles: « Lorsque l’on magasine des vêtements en ligne, explique Bertrand Nepveu, il est difficile de savoir si le morceau va bien nous faire… On pourrait imaginer une application de réalité augmentée permettant de voir le vêtement sur soi. »

Même chose en ameublement: « Les gens sont réticents à acheter une télévision ou un divan sans savoir si la dimension et la couleur cadrent dans leur salon. Des applications de réalité virtuelle ou augmentée règlent ce problème en permettant aux consommateurs de visualiser les articles dans leur contexte d’utilisation. »

Marquer les esprits

La réalité virtuelle mise d’abord et avant tout sur l’expérience immersive: « On est coupé du monde extérieur. C’est l’outil idéal quand on veut décrocher et s’évader », explique Bertrand Nepveu.

Ce n’est donc pas une surprise que les casques de réalité virtuelle soient utilisés pour promouvoir des destinations touristiques, comme une descente de ski en haute montagne ou la visite d’un temple millénaire. La réalité virtuelle propose une expérience intense, qui peut marquer les esprits!

En marketing, un tel procédé vaut de l’or. Les créatifs s’en donnent à cœur joie pour faire vivre des expériences fortes dans des campagnes qui deviennent par la suite virales, quand elles sont bien conçues. La notoriété de la marque s’en trouve alors grandie.

Faire du B2B plus grand que nature

Si les technologies de RV et de RA sont utiles pour rejoindre les consommateurs, elles deviennent un puissant outil de communication pour le volet B2B d’une entreprise.

Bertrand Nepveu donne l’exemple de l’immobilier, où le casque de RV et RA vient bonifier tout le cycle de vente d’un immeuble:

« Lors de la conception des plans, les architectes peuvent organiser une visite virtuelle de l’édifice ou encore produire une maquette virtuelle en réalité augmentée. Sur le chantier, la réalité augmentée trouve son utilité lorsque l’ingénieur désire vérifier la conformité des plans avec l’avancement des travaux. »

Pour compléter le cycle de vente, Bertrand Nepveu souligne l’attrait de la RA pour bonifier l’expérience client: « On peut amener le futur propriétaire d’un condo sur le chantier et lui faire voir la tour, une fois terminée. Avec l’aide d’un drone, on pourrait même lui montrer la vue qu’il aura du penthouse! »

La réalité virtuelle: plus abordable que l’on pense

La création de contenus immersifs est à la portée de toutes les entreprises, soutient Bertrand Nepveu. « Il se produit actuellement la même chose avec la réalité virtuelle et augmentée qu’avec la conception de sites web à une autre époque. Il y a de plus en plus d’outils à la disposition des créatifs pour produire du contenu abordable. »

Dans le cas de la réalité augmentée, la technologie est encore plus flexible, puisqu’elle n’exige pas toujours le recours au casque de RV. Des applications existent sur tablette, mobile et lunettes de RA.

En ce moment, la réalité virtuelle et augmentée bénéficie d’un effet « wow », constate Bertrand Nepveu. Aux entreprises de saisir l’occasion de se démarquer!

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories