Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

États financiers: 8 choses à savoir

02 mai 2019 par Banque Nationale
États financiers

Comprendre les états financiers d’une entreprise est un atout pour un investisseur. Cela lui permet de saisir les occasions et d’éviter certains pièges. Voici comment les analyser.

En quoi consistent les états financiers?

Les états financiers sont des documents qu’une compagnie doit présenter à son assemblée générale annuelle. Préparés généralement par un comptable professionnel agréé (CPA) avec l’aide de la direction, ils montrent différentes facettes de la santé financière d’une entreprise et doivent être approuvés par le conseil d’administration. Ils aident les administrateurs et les dirigeants à prendre de bonnes décisions.

Voici les trois principaux états financiers.

  • Bilan ou état de la situation financière. Il présente les actifs, les dettes ainsi que le capital de l’entreprise à la date précise de la fin de l’exercice financier.
  • État des résultats. Il indique les revenus, les dépenses et les profits sur un exercice financier.
  • État des flux de trésorerie ou « état de l’évolution de la situation financière ». Il renseigne sur les activités de l’entreprise, son financement auprès de différents prêteurs et ses investissements. Il fait état des mouvements de trésorerie.

Comme investisseurs, vous pouvez y dénicher de précieuses informations. Voici quelques données à regarder attentivement.

1. Bénéfice par action

Ce ratio indique le montant du bénéfice net par rapport au nombre d’actions de l’entreprise. Autrement dit, c’est le montant que vous recevriez pour chaque action si l’entreprise reversait tous ses profits.

Généralement, cette donnée est déjà calculée dans les états financiers des compagnies publiques. En la comparant à celle des exercices précédents, elle permet d’évaluer le taux de croissance de l’entreprise, et de savoir la position de celle-ci par rapport à ses concurrents.

2. Valeur comptable par action

La valeur comptable par action est un ratio intéressant pour un futur investisseur. Il peut indiquer si le prix de l’action de l’entreprise est sous-évalué ou surévalué. Pour le calculer, soustrayez la valeur des actions privilégiées à l’avoir des actionnaires (les capitaux propres). Ensuite, divisez le résultat par le nombre d’actions en circulation.

Si le cours de l’action est inférieur à sa valeur comptable, le titre est possiblement sous-évalué. Il aurait alors de bonnes perspectives de croissance, et représenterait un achat potentiellement intéressant.

3. Recouvrement des comptes à recevoir

Dans les états financiers, les revenus devraient s’accroître plus vite que les comptes clients. Pour évaluer ce ratio, vous devez diviser les comptes débiteurs (compte à recevoir) par les revenus quotidiens.

Un ratio élevé devrait vous mettre la puce à l’oreille : l’entreprise pourrait éventuellement avoir de la difficulté à se faire payer.

4. Liquidité

Le ratio de liquidité relative indique si l’entreprise peut remplir ses obligations immédiates sans vendre de stock et sans inclure ses frais payés d’avance. Pour le calculer, vous devez d’abord additionner l’encaisse, les comptes débiteurs et les placements à court terme. Ensuite, vous devez diviser le résultat par le passif à court terme.

Le résultat obtenu vous indiquera si l’entreprise a de la difficulté à remplir ses engagements ou non.

5. Stocks

Autre donnée intéressante des états financiers : les stocks de l’entreprise. Pour calculer leur ratio, vous devez diviser le coût des marchandises vendues par le stock moyen ou celui de la période en cours.

Ils grimpent dans une proportion plus rapide que les ventes? Mauvais signe! Dans certains secteurs, comme les biens périssables, un faible ratio de rotation des stocks est anormal. Il peut signifier des pertes en vue. À l’inverse, une compagnie qui vend rapidement ses produits génèrera plus d’argent.

6. Imposition

Si une entreprise bénéficie d’une baisse d’impôt, cela aura pour effet de gonfler ses bénéfices nets. Par contre, il s’agit probablement d’un événement non récurrent.

Comme il est très improbable que la compagnie puisse réduire ses impôts année après année, mieux vaut évaluer la croissance avant impôt, donc celle attribuable à la performance des gestionnaires. Vous obtiendrez ainsi un portrait plus juste de la situation.

7. Fonds autogénérés

Les fonds autogénérés sont les bénéfices nets plus les dépenses d’amortissement (les charges sans sorties de fonds), après les investissements dans le fonds de roulement (la somme destinée à couvrir les dépenses courantes).

Ceux-ci devraient idéalement dépasser les bénéfices nets. Dans le cas contraire, cela peut être le symptôme d’un ralentissement à venir.

8. Amortissement

L’amortissement vise à inclure, dans la comptabilité, l’usure de certains équipements. Une dépense d’amortissement élevée peut engendrer des profits plus faibles et vice versa.

Une compagnie pourrait être tentée de sous-estimer les amortissements et cela est difficile à percevoir pour un investisseur. Pour y voir clair, comparez l’approche de l’entreprise avec celle d’autres entreprises du même secteur. Pour vous aider, il est possible d’obtenir de l’information dans les notes aux états financiers des compagnies publiques du même secteur qui sont disponibles sur le site du SEDAR.

Vous familiariser avec ces données vous permettra de mieux comprendre et analyser les états financiers, une tâche qui peut être complexe pour les non-initiés. Votre conseiller pourra aussi vous aider à y voir clair afin de bien choisir vos investissements.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories