Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

5 façons de contrer la « pensée de groupe » au travail

04 février 2016 par Banque Nationale

Pour éviter la pensée de groupe, il faut rompre avec la routine par divers moyens, explique Carole Lamoureux, professeure titulaire à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM et présidente de la Société québécoise de psychologie du travail.

Contenu

« La pensée de groupe est la tendance à aller vers l'unanimité, qui rend les groupes inaptes à prendre des décisions éclairées. C'est une forme d'inertie », explique Carole Lamoureux, professeure titulaire à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM et présidente de la Société québécoise de psychologie du travail. Aussi, pour régénérer la pensée d'un groupe, il faut rompre avec la routine par divers moyens.

1. Désigner un avocat du diable

Restrictions budgétaires, patron autoritaire, la pensée de groupe survient en raison d'une pression à la conformité, selon Jean-Sébastien Boudrias, professeur agrégé à l'Université de Montréal en psychologie du travail et des organisations.

Pour contrer cette pression, il faut favoriser la critique. Attribuer en rotation le rôle d'avocat du diable aux employés permet de cerner les faiblesses d'une solution, sans concentrer les tensions sur un individu.

2. Travailler en sous-groupes

« Les sous-groupes permettent d'éviter qu'une personne exerce une pression directement et que les faits soient tous filtrés de la même façon par le groupe. Si on arrive aux mêmes idées en travaillant indépendamment, il y a de meilleures chances que ce soit une bonne façon d'agir », dit Jean-Sébastien Boudrias.

3. Le leader demeure discret

Si le patron s'affiche dès le départ en faveur d'une décision, ses employés n'oseront pas le contredire. Il doit donc se positionner par rapport à la décision. « Est-ce lui qui prend la décision finale? Entendra-t-il tout le monde? Il doit l'exprimer clairement pour ne pas causer de déception », affirme Carole Lamoureux.

La « fausse réunion », où le patron convoque ses employés même s'il a déjà pris sa décision, est à éviter, car elle sapera ses efforts. S'il s'est déjà fait une idée, il doit l'expliquer et écouter les réactions de tous avant de procéder à son application.

4. Inviter des personnes extérieures

Des personnes extérieures comme des experts apporteront un regard plus critique, car elles subissent moins la pression du patron et ont « moins de risques d'avoir la même grille de lecture d'une situation », dit Jean-Sébastien Boudrias.

Construire des groupes hétérogènes en termes de personnalités et responsabilités multiplie les points de vue. Cela peut signifier inviter le représentant syndical ou un employé novice à la réunion. « Si je m'entoure de gens qui ont la même pensée que moi, ça ne m'avance pas à grand-chose », dit Carole Lamoureux.

5. La méthode des six chapeaux

La méthode des six chapeaux, élaborée par le psychologue Edward de Bono, consiste à analyser une situation sous six angles différents, soit les faits, les émotions, les risques, les rêves, la créativité et l'organisation. Cette technique s'applique à tout le groupe en même temps, qui doit réfléchir à ces six aspects ensemble afin de considérer le problème dans son entièreté.

« La pensée de groupe peut être un phénomène négatif si l'analyse est superficielle et unidimensionnelle. Si les gens développent un point de vue commun et qu'ils sont solidaires, alors c'est positif », conclut Jean-Sébastien Boudrias.

Même si le consensus n'est pas parfait, la participation active des employés permettra d'éviter qu'une solution échoue parce que personne n'aura osé contester le grand patron.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories