Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Comment gérer des problèmes de liquidités

08 septembre 2016 par Banque Nationale
liquidités

Il arrive fréquemment qu’un entrepreneur doive gérer des problèmes de liquidités, notamment au démarrage ou lors d’un changement important dans l’entreprise. Voici des moyens pour rester à flot.

Contenu

Aller à la source

La première étape consiste à identifier la cause du manque de liquidités avec lequel l’entreprise doit composer. S’agit-il d’une organisation en bonne santé financière, mais qui traverse une crise de croissance ? A-t-on plutôt affaire à un problème (plus grave) de rentabilité de l’entreprise ?

« Même les entreprises qui vont bien ont besoin d’argent », rappelle Benoît Fontaine, CPA, CA, associé chez Raymond Chabot Grant Thornton. « Quand la compagnie a un historique de rentabilité, il lui est habituellement assez facile d’aller chercher du financement, que ce soit pour acquérir un nouvel immeuble ou de l’équipement supplémentaire, par exemple. »

Les fonds pourront alors provenir de capitaux propres (c’est-à-dire les bénéfices accumulés ou l’argent des actionnaires, par exemple) ou de financement à long terme, tel un prêt commercial. Si les besoins sont provisoires, une marge de crédit suffira à fournir l’argent nécessaire pour pallier momentanément le manque de fonds.

Quand la rentabilité fait défaut

Lorsque l’entreprise traverse une période creuse, Benoît Fontaine conseille de viser d’abord la réduction des dépenses plutôt que de tenter d’accroître les revenus : « Augmenter les ventes est un long processus, qui demande souvent d’autres investissements ; en marketing, notamment. Il est plus efficace d’étudier chaque poste de dépenses et de couper tout ce dont on peut se passer », estime le spécialiste en redressement et insolvabilité.

Les dépenses sous la loupe

Voici quelques avenues à considérer pour limiter les dépenses :

  • mettre en pause la recherche et le développement ;
  • réduire les frais de fonctionnement ;
  • implanter des mesures de temps partagé, voire mettre à pied des employés pour limiter les coûts de main-d’œuvre ;
  • fermer une succursale moins rentable.
  • Réduire les stocks

    Des stocks excédentaires peuvent aussi occasionner des problèmes de liquidités. Benoît Fontaine conseille de réduire autant que possible tous les types de stocks, qu’il s’agisse de matières premières, de produits finis ou de marchandises.

    « A-t-on vraiment besoin, en 2016, d’avoir l’équivalent de deux mois de matières premières en réserve ? » lance l’associé chez Raymond Chabot Grant Thornton. Il propose par ailleurs de privilégier la production sur demande afin d’éviter l’accumulation de produits finis qui n’ont pas encore trouvé preneur.

    Une facturation rigoureuse

    Si travailler à l’augmentation des ventes n’est pas la solution idéale à court terme, il importe à tout le moins de recevoir le paiement pour tous produits ou services qu’on a livrés. Accélérer les entrées de fonds est en effet une clé pour éviter de se retrouver à sec. « Il faut faire preuve de beaucoup de rigueur dans la facturation et la perception », souligne Benoît Fontaine, qui estime qu’il ne faut pas hésiter à talonner les mauvais payeurs.

    Plusieurs banques offrent aussi aux PME l’achat à rabais de leurs comptes clients. L’opération consiste à transférer ses créances à la banque, ou encore à une société d’affacturage, qui en assure ensuite le recouvrement. Ainsi, l’entreprise qui a recours à ce service dispose rapidement des sommes que lui doivent ses clients, sans avoir à attendre les 30, 60 ou 120 jours de crédit qu’elle leur accorde.

    Composer avec les comptes fournisseurs

    Le principe du rabais s’applique aussi aux comptes fournisseurs. La banque paie alors sans délai les fournisseurs à la place de l’entreprise, qui devient créancière de la banque. L’avantage : un terme de paiement plus long, qui peut aller jusqu’à 180 jours.

    Pour une approche plus simple encore, on demandera des délais de paiement plus longs directement à ses fournisseurs – délais qu’on tentera de fixer après les entrées de fonds importantes qui sont prévues. Ils rechignent ? Leur proposer de payer un léger intérêt pourra les amadouer...

    Benoît Fontaine conseille également de payer ses fournisseurs essentiels en priorité.

    Vendre des actifs

    L’entreprise propriétaire de l’immeuble qu’elle occupe pourrait vendre cette immobilisation pour devenir locataire, indique l’associé chez Raymond Chabot Grant Thornton. À plus petite échelle, de l’équipement et du matériel inutilisés peuvent également être mis en vente.

    Dans tous les cas, les dirigeants d’entreprise gagnent à aborder ouvertement leurs soucis en matière de liquidités avec leur comptable ou leur banquier, qui seront à même de leur offrir des conseils adaptés à la situation de leur entreprise.

    Notes légales 

    Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

    Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

    Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

    Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

    Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

    Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

    Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

    Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

    Catégories

    Catégories