Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Quoi faire avec son retour d'impôt?

22 mars 2017 par Banque Nationale
retour d'impot

S’il nous ramène le temps doux, le printemps est aussi la saison des remboursements d’impôt. Vous faites partie des contribuables qui ont le bonheur de recevoir un chèque du gouvernement? Que ferez-vous de cet argent? Voici quelques idées pleines de bon sens.

Contenu

Vous pouvez dépenser votre remboursement d’impôt comme bon vous semble, qu’il s’agisse d’une virée de magasinage, d’un week-end au spa, d’une paire de souliers à 300 $... À vous les petites gâteries!

Se faire plaisir, mais…

…avant de s’emballer, gardons la tête froide : si vous traînez un solde impayé sur une carte de crédit, ou qu’il vous reste des versements à faire sur un divan en cuir acheté il y a deux ans, il n’est pas très sensé de continuer à payer des intérêts élevés quand on a des fonds en poche. Remboursez au plus vite ces mauvaises dettes. Après quoi, rien ne vous empêche de vous gâter un peu!

Cela dit, s’il ne faut pas voir le remboursement d’impôt comme un montant gagné, l’envisager comme un surplus dans son budget n’a rien de farfelu. Il suffit de trouver le bon équilibre entre bien gérer son argent et se payer un peu de luxe.

Pourquoi, par exemple, ne pas séparer son remboursement d’impôt en deux? Vous pourriez en utiliser une part pour l’épargne, qu’il s’agisse de nourrir son REER, cotiser à un CELI ou se constituer un fonds d’urgence, et l’autre pour réaliser l’idée à laquelle vous pensez depuis longtemps. En voici d’ailleurs quelques-unes…

Un petit (ou grand) voyage

L’enrichissement n’est pas que financier : voir du monde vous permet d’ajouter des expériences à votre bagage de vie. On y côtoie d’autres cultures, on s’inspire, on découvre, on se dépasse parfois, on se fabrique des souvenirs... Oui, c’est bien de l’enrichissement personnel!

En accumulant vos remboursements d’impôt par exemple dans un CELI, vous pourriez après quelques années avoir en main la somme qui vous permettra de vous payer le voyage d’une vie : consacrer quelques mois à engloutir les 3 500 kilomètres du Sentier des Appalaches, faire le tout inclus de vos rêves ou passer trois mois en solo à Paris!

Investir en soi

Un remboursement d’impôt peut aussi servir à prendre soin de la personne la plus importante au monde : vous! Payez-vous un abonnement au gym ou des leçons de guitare, achetez une chaise ergonomique pour votre bureau à la maison, faites-vous (enfin) tatouer… Vraiment, ce qui vous procure du bonheur vous appartient!

Donner au suivant

Une autre idée : si une cause vous tient à cœur, mais que vous pensez ne pas avoir les moyens de faire des dons aux organismes de charité qui la soutiennent, le remboursement d’impôt est une occasion parfaite. Ici aussi, vous pouvez choisir de n’en réserver qu’une partie. De plus, les dons de bienfaisance offrent la possibilité de demander des crédits d’impôt pour l’année suivante. Exigez un reçu d’impôt!

On sort le marteau!

Si vous êtes propriétaire, investir dans la rénovation de sa propriété n’est pas seulement une façon d’apprécier davantage son chez-soi, c’est un moyen d’augmenter la valeur de revente de la maison ou du condo. Par contre, mieux vaut réaliser en priorité, en puisant dans son remboursement d’impôt, les rénovations les plus « payantes »: la cuisine, la salle de bain… ou un simple coup de pinceau!

Se gâter, épargner… ou les deux!

En fin de compte, si le montant du remboursement le permet, l’idéal pourrait être de s’acheter le vélo tant convoité, tout en allouant une part à votre épargne. Dans tous les cas, un remboursement d’impôt, qu’il soit gros ou petit, a un avantage de taille : vous êtes libre de décider ce que vous allez en faire. Seul maître à bord, profitez-en!

Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles, inscrivez-vous à l’ infolettre Banque Nationale .

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories