Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Indépendance financière : investir dans sa liberté

10 juillet 2016 par Banque Nationale

Mettre de l’argent de côté pour se payer une vie de rêve plutôt que pour compter ses bobos lors de ses vieux jours? C’est possible lorsqu’on opte pour l’indépendance financière. Voyez comment.

Être indépendant financièrement, c’est travailler parce qu’on en a envie plutôt que parce qu’on est obligé de le faire pour payer ses comptes chaque mois. Un rêve? Oui, mais qui peut devenir réalité. Jonathan Chevreau, le chroniqueur économique torontois à la pige et fondateur du Financial Independence Hub, a atteint ce niveau de liberté il y a quelques années. Et il a de bons trucs pour y arriver. Entrevue.

Concrètement, comment décrivez-vous l’indépendance financière?

C’est lorsqu’on a suffisamment de revenus chaque mois pour payer ses dépenses courantes sans être obligé d’avoir un emploi. Par exemple, par des dividendes d’actions et des revenus tirés de la location de logements. On travaille seulement pour se payer des extras, des voyages, du luxe.

Quelle est la première chose à réaliser pour y arriver?

Se débarrasser de ses dettes. Prêt étudiant, carte de crédit, hypothèque, tout! C’est important d’acheter une propriété pour ne pas avoir à payer un loyer toute sa vie. Mais, c’est difficile avec les prix très élevés des maisons dans les centres urbains, alors il faut choisir une petite propriété qu’on a les moyens de se payer, accumuler une importante mise de fonds et l’amortir sur le moins d’années possible.

Quel pourcentage de son salaire doit-on mettre de côté pour atteindre l’indépendance financière?

Idéalement, 15 à 20 %, mais au moins 10 % pour être indépendant après 25 à 35 ans d’épargne. Certains blogues sont plus extrêmes et visent l’indépendance financière dans la trentaine avec un grand pourcentage du salaire épargné. Mais, je crois que c’est un peu fou lorsqu’on habite en ville et qu’on a des enfants. Peu de jeunes aussi, je crois, sont prêts à mener une vie si frugale.

Combien faut-il avoir d’argent de côté pour atteindre l’indépendance financière?

Il y a 20 ans, on disait que pour avoir des revenus de placement de 50 000 $ par année, il fallait avoir un million de dollars. Maintenant, parce que les taux d’intérêt sont bas, c’est plutôt deux millions. D’où l’avantage de l’indépendance financière qui est plus facile à atteindre. On continue de gagner des sous en travaillant dans ce qu’on aime, mais on est indépendant parce que nos dépenses de base sont assumées.

Y a-t-il une différence entre les hommes et les femmes lorsqu’on parle d’atteindre l’indépendance financière?

Il y a un cycle financier assez commun dans la vie des gens, qu’on soit un homme ou une femme. On commence par l’endettement lors des études et pour acheter une maison, puis on rembourse ses dettes et ensuite, on commence à accumuler des actifs et on atteint l’indépendance financière. Par contre, l’auteure Diane McCurdy, dans son livre How much is enough, a identifié quatre profils financiers : l’économe, le dépensier, le bâtisseur et le généreux. Cela influence grandement le résultat final.

Est-ce que les choix d’investissement sont importants pour arriver à l’indépendance financière?

Oui, mais il faut d’abord s’assurer d’avoir des sommes à investir. Il n’y a pas davantage à investir sur les marchés financiers si on a un solde à payer sur sa carte de crédit à 20 % d’intérêt. Une fois qu’on a de l’argent à investir, on peut garder sa stratégie très simple. Comme choisir quatre fonds négociés en bourse avec de très faibles frais de gestion : un à revenu fixe, un d’actions canadiennes, un d’actions américaines et un d’actions internationales.

Un truc à se rappeler?

Ne refusez jamais l’argent qu’on veut vous donner. Que ce soit par le régime enregistré d’épargne retraite (REER) qui permet de payer moins d’impôt, ou par le régime complémentaire de retraite de votre employeur.

Vous vous êtes déclaré indépendant financièrement en 2014. Qu’est-ce que cela a changé dans votre vie?

Chaque jour, je marche énormément et je fais du yoga. Je suis plus heureux, plus en santé, j’ai perdu du poids, certains disent que j’ai l’air plus jeune. Je suis beaucoup moins stressé. Je continue toutefois à m’imposer d’être productif quatre heures par jour : j’écris des chroniques et des livres.

Que diriez-vous à une personne qui doute de pouvoir arriver à l’indépendance financière?

Je lui demanderais ce qui est le plus important pour elle : acheter des objets ou être libre? Fort probablement qu’elle me dira que c’est la liberté. Alors, elle doit arrêter d’acheter des objets. Sinon, elle sera obligée de travailler toute sa vie et rien n’assure qu’elle réussira à toujours gagner un bon salaire pour maintenir son train de vie. L’indépendance financière, c’est se donner un filet de sécurité et se permettre d’être libre.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories