Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Plus que du bancaire
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Entrevue: 5 façons d’être impoli sans s’en rendre compte

04 avril 2016 par Banque Nationale

Vous pensez connaître tous les trucs pour réussir une entrevue d’embauche ? Pas si vite. Certains faux pas ont malheureusement la vie dure, car commis de façon inconsciente par les candidats. Mieux vaut les connaître pour ne pas compromettre ses chances...

1. Ne pas regarder le recruteur dans les yeux

Cela semble évident, mais sous la pression d’une entrevue importante, il peut être facile de tomber dans le piège. C’est pourtant une grave erreur pour 67 % des experts en recrutement sondés par CareerBuilder. Il est difficile de bien évaluer un candidat sans contact visuel, et fuir le regard de l’intervieweur peut donner l’impression, à tort, que le candidat a quelque chose à cacher. Cela peut être dû à la timidité, mais il faut la surmonter, car en entrevue, c’est le temps de se vendre !

2. Parler de son ancien employeur en mal

Il est tout à fait possible que l’on quitte un emploi en raison de mauvaises relations avec son patron ou ses collègues, mais en entrevue d’embauche, il faut s’abstenir de salir leur nom. Selon le président de BC Ressources humaines, Benoît Charlebois, il y a moyen d’expliquer à l’intervieweur les litiges avec son ancien employeur de manière objective.

« On va demander au candidat de nous expliquer en quoi il n’était pas d’accord avec son supérieur, car c’est là qu’on voit son objectivité. Cela ne veut pas dire que le candidat ne s’entend avec personne, c’est ridicule », dit-il.

3. Ne pas répondre aux questions directement

Tourner autour du pot ou dévier de la conversation constamment peut sembler louche et devenir irritant pour le recruteur. Celui-ci ne doit pas être forcé de ramener le candidat à l’ordre : il veut des réponses concises et claires. Ce problème affecte souvent les personnes mal préparées ou très expérimentées. Un long CV ne signifie pas qu’un candidat puisse faire l’économie d’une bonne préparation.

4. Parler de sa vie privée

Même si le recruteur demande de parler de soi, il s’agit d’un contexte professionnel qui demande une réponse sur le plan professionnel. Il faut donc laisser sa vie privée en dehors de l’entrevue. Cela dit, il peut parfois être nécessaire de fournir une explication de nature plus personnelle dans certaines circonstances, par exemple si le CV comporte un trou d’un an parce que le candidat a été malade ou qu’il a agi comme aidant naturel pour un parent âgé. On peut le mentionner sobrement plutôt que de passer cet élément sous silence, mais il n’est pas question de s’épancher sur les détails.

5. Prendre le contrôle de l’entrevue

Mieux vaut laisser l’employeur poser les questions et y répondre clairement.

« Il y a des candidats qui, malgré eux, peuvent être arrogants et vouloir prendre le contrôle de l’entrevue, explique Benoît Charlebois. Selon l’organisation, cela peut être perçu comme du leadership, mais il pourrait aussi passer tout droit. »

Même si le candidat a quelques questions sur le poste et l’entreprise, mieux vaut les garder pour la fin de l’entrevue, afin de ne pas interrompre le recruteur. Cela démontrera également son intérêt envers l’organisation, une manière de gagner des points.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories