Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Consommation au féminin: que font les femmes de leur argent?

01 novembre 2016 par Banque Nationale
DefaultArticleImageAltText

Les femmes gagnent de mieux en mieux leur vie et elles ont maintenant le luxe de dépenser leur argent dans des produits et services qui leur font plaisir. Que font-elles de cet argent? Entrevue avec Renée Dubé, associée responsable de la recherche marketing chez <a href="http://www.zba.ca/">Zins Beauchesne et associés</a> qui suit de près la consommation des Québécois.

Contenu

D’abord, dans quoi dépensent-elles?

De plus en plus dans les soins de santé, les loisirs, les vêtements et les soins personnels. Pensez par exemple à l’explosion des spas. Les femmes gagnent de plus en plus d’argent, alors conséquemment, elles dépensent davantage : elles vont chez le coiffeur plus souvent, elles font du sport, et plus encore. Il y a plusieurs années, il y a eu une vague dans les dépenses en ameublement et en décoration pour se créer un chez-soi douillet, mais depuis la crise de 2008, ces dépenses ont diminué. Les femmes ont moins envie de changer leurs meubles de salon, mais elles continuent de dépenser dans leurs loisirs et leurs soins.

La consommation au féminin est-elle une nouvelle tendance?

La consommation des femmes a beaucoup évolué au cours des dernières années. Avant, plusieurs femmes étaient à la maison ou travaillaient à temps partiel dans le commerce de détail ou la restauration, par exemple. En conséquence, la famille vivait principalement ou uniquement grâce au revenu du mari. Maintenant, les femmes sont nombreuses à étudier et à occuper des postes professionnels à plein temps. Les écarts de revenus entre les hommes et les femmes diminuent de plus en plus. Lorsque les femmes avaient un revenu personnel moindre, elles pouvaient bien sûr dépenser moins et elles devaient accorder une grande part de leur budget aux biens de première nécessité, comme le logement, l’alimentation, le transport et un minimum de vêtements. Avec l’augmentation de leur revenu, ces dépenses accaparent une plus petite part de leur budget et elles peuvent commencer à dépenser dans d’autres biens et services, comme les loisirs.

Peut-on observer une augmentation des dépenses dans un bien ou un service en particulier?

Dans l’alcool! Plusieurs recherches scientifiques indiquent que la consommation de boissons alcoolisées chez les femmes augmente. Nous le voyons aussi dans les études que nous menons sur le style de vie des Québécois. Ainsi, nous constatons une forte croissance des dépenses dans les vins et spiritueux chez celles dont l’âge se situe entre 30 et 40 ans.

Qu’en est-il des dépenses en électronique?

Chez les 18-24 ans, l’augmentation de la part du revenu accordée aux produits électroniques – comme les téléphones intelligents et les ordinateurs – a été importante. C’est ainsi chez les hommes comme chez les femmes. On le voit aussi après 24 ans, mais de façon moins marquée.

Les dépenses des femmes varient-elles avec l’âge?

Les 20-30 ans ne sont pas nécessairement en couple, plusieurs ne sont pas propriétaires, certaines sont même toujours chez papa et maman, alors leur revenu disponible pour les loisirs, les vêtements et les soins personnels est plus élevé.

Puis, vers 30-40 ans, les femmes ont souvent un emploi stable, commencent à dépenser davantage en logement, achètent une voiture, font des bébés, etc. Ces choix ont un impact sur le revenu qui reste pour les loisirs et les voyages. Remarquez d’ailleurs que souvent, dans les restaurants dispendieux, on voit beaucoup de jeunes de 20-30 ans, mais moins les 30-40 ans parce que c’est une dépense facile à couper. C’est plus tard qu’on les reverra dans ces mêmes restos.

Puis, vient la retraite où on vit sur ses revenus de placement. Les gens ont généralement acquis beaucoup de biens au courant de leur vie active, alors leurs dépenses diminuent. C’est le cas du logement, du transport, des vêtements et des restos parce que les occasions sont moins présentes et les femmes ont plus de temps pour cuisiner.

Et arrivent-elles à épargner?

Depuis 30 ans, on est dans une ère de société de consommation. Les gens épargnent moins, veulent profiter de la vie et dépenser pour des biens et services avant de prendre leur retraite. La tendance à la baisse s’observe chez les femmes et les hommes, mais comme les femmes ont encore moins de revenus que les hommes en moyenne, la part qu’elles consacrent à l’épargne est plus faible.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories