Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Accepteriez-vous de travailler pour une compagnie mystère?

14 juillet 2016 par Banque Nationale

La plateforme Blindapplying.com fait des appels de candidatures à l’aveugle où l'entreprise qui embauche demeure anonyme. On jette un « regard » sur cette nouvelle méthode de recrutement où travailler pour une "compagnie mystère" devient possible...

Contenu

Le concept de Blind Applying peut effrayer au départ : on envoie son CV sans faire de lettre de présentation et on ne sait pas avant d’être convoqué en entretien quelle entreprise nous a sélectionnés.

C’est l’idée lancée par l’entreprise Deutsche Telekom en 2013 et qui a été mise en place par Entrypark, une plateforme Web pour étudiants et recruteurs. Pour son appel de candidatures qui s’est terminé en décembre 2015, plus de 10 300 candidats de 109 pays dans le monde ont soumis leur CV pour tenter l’expérience. De ce nombre, la majorité provenait de l’Europe, 8 % des États-Unis, et seulement 41 personnes du Canada ont envoyé leur candidature.

Qui dit anonymat ne veut pas dire que vous tomberez sur un employeur douteux. Les 15 entreprises partenaires ont tout pour faire briller votre futur CV de mille feux et se retrouvent parmi les « meilleurs employeurs » : Johnson & Johnson, L’Oréal, Red Bull Media, Siemens, Deloitte, Coca-Cola… Et il y en a aussi pour tous les goûts quant aux domaines de compétences recherchés.

Une approche donnant-donnant

Le côté incognito offre plusieurs avantages. D’une part, les étudiants n’ont qu’un seul CV à envoyer et peuvent se faire sélectionner par plusieurs entreprises à la fois. Ensuite, cela permet aux candidats de postuler dans des entreprises auxquelles ils n’auraient pas songé au départ. Par exemple, un étudiant au profil marketing pourrait ignorer qu’il existe des postes dans ce domaine au sein de compagnies d’assurance.

Les recruteurs, eux, accèdent à des profils variés qu’ils n’arrivent pas autrement à rejoindre par les méthodes de recrutement traditionnelles. Et c’est sans compter que le processus qui sort des sentiers battus leur permet de projeter une image plus attrayante auprès des milléniaux avides de nouveautés.

Les sceptiques pourraient penser que les entreprises n'embauchent que les candidats qui proviennent du même endroit où se situe leur siège social. Or, c’est plutôt le contraire.

« Tous les stagiaires embauchés ont voyagé pour effectuer leur stage : un quart d’entre eux dans une ville différente de leur pays d'origine, et le reste des participants dans un pays étranger », précise Alexandros Kilmpasanis d’Entrypark.

Et c’est un autre avantage pour les étudiants sélectionnés : non seulement ils peuvent décrocher un stage au sein d’une entreprise de renom, mais ils peuvent vivre une expérience enrichissante à l’étranger.

Les stages sont rémunérés et les employeurs remboursent les frais de déplacement et d’hébergement pendant la durée du stage. « L’entente est conclue entre le stagiaire et l’employeur et celui-ci peut décider de payer ces frais en entier ou à titre de boni en plus du salaire », ajoute-t-il.

Même si la plupart des participants doivent compléter leurs études une fois le stage terminé, il peut arriver que l’entreprise propose un emploi par la suite. Par exemple, l’entreprise de Chicago T-Systems a offert un poste de généraliste en ressources humaines à plein temps à sa stagiaire l’an dernier.

L’initiative de Blind Applying en est déjà à sa troisième édition et il y aura une nouvelle ronde de candidatures prévue cet automne.

« Ce serait vraiment intéressant de voir le nombre de postulants canadiens augmenter à l’avenir », souligne Alexandros Kilmpasanis.

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories