Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

4 façons de gérer la... microgestion!

29 juin 2016 par Banque Nationale
4 façons de gérer la... microgestion!

Un gestionnaire qui surveille et contrôle nos moindres faits et gestes est suffisant pour empoisonner la qualité de vie au travail. Victime de microgestion? Ces trucs sont pour vous.

Tout d’abord, qu’entend-on par microgestion? Monia Boulais, consultante principale en ressources humaines chez VIACONSEIL, explique : « Il s’agit d’un gestionnaire qui s’immisce dans les opérations courantes, qui désire être informé à toutes les étapes d’un projet, qui intervient dans la prise de décision. C’est le contraire d’un gestionnaire qui gouverne par résultats. »

L’approche a ses vertus : pour le gestionnaire, c’est un outil pour encadrer un employé qui sous-performe, pour faciliter l’implantation d’un changement organisationnel ou encore pour partager des informations stratégiques à son équipe.

La microgestion pose toutefois problème lorsqu’elle vient d’un gestionnaire qui a de la difficulté à se détacher de ses anciennes fonctions. Monia Boulais donne l’exemple d’un « technicien qui devient cadre et qui a de la difficulté à déléguer, qui accepte mal que les choses ne soient pas faites à sa façon. Ça peut devenir un irritant pour les employés. »

Voici 4 actions pour se défaire d’un microgestionnaire envahissant.

S’autoévaluer

La microgestion s’avère parfois nécessaire lorsqu’un employé ne répond pas aux attentes et nuit à la performance du groupe de travail. La première étape est donc d’évaluer sa propre performance : est-ce que je respecte les échéances, est-ce que j’atteins les objectifs?

Si cette performance laisse à désirer, on devra faire l’effort de regagner la confiance de son supérieur pour espérer retrouver un peu de liberté.

Définir les attentes

Dans l’incertitude, Monia Boulais suggère de faire le point avec son gestionnaire. L’objectif : mieux comprendre ses attentes. « On peut lui demander de formuler des attentes précises, tant au chapitre des opérations que de la communication. À quelle fréquence désire-t-il des rapports? Et par quel moyen - verbal, téléphone ou courriel? »

Si on connaît ses attentes, on sera en mesure de mieux comprendre son comportement. Mais aussi, on aura une référence à brandir lorsque le gestionnaire devient envahissant. On pourra lui rappeler les attentes qu’il a lui-même formulées.

Il peut également être opportun de lui demander de clarifier son rôle à lui. « En connaissant les objectifs que votre supérieur doit atteindre comme gestionnaire, on est plus à même de l’aider », souligne la consultante.

Mieux communiquer

Monia Boulais insiste sur l’importance de la communication. « Tout est question de perception. On peut se retrouver dans une situation où on accomplit du bon travail, mais le gestionnaire ne le sait pas. On oublie de le tenir au courant. »

Une stratégie à déployer est alors d’informer plus régulièrement son superviseur de l’avancement de ses mandats. « Le but, c’est que le gestionnaire sache ce qui se passe dans son département. »

Prendre du recul

« Chaque gestionnaire a son propre style de gestion. Certains sont plus analytiques, d’autres ont une approche plus humaine. Ça fait partie de leur personnalité, explique Monia Boulais. Comme employé, on doit démontrer de l’ouverture et accepter les limites de son gestionnaire. Il a des forces et des faiblesses; il faut chercher la complémentarité! »

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories