Particuliers
Accueil Comptes bancaires
Cartes de crédit
Emprunts
Hypothèque
Épargne et placements
Assurances
Conseils
Entreprises
Accueil Mon entreprise
Solutions bancaires
International
Financement
Placements
Conseils et outils
Gestion de patrimoine
Accueil
FERMER

Top 5 des choses qui n’arrivent qu’aux autres

15 décembre 2017 par Urbania
Top 5 des choses qui n’arrivent qu’aux autres

On se dit tous la même chose quand on se fait proposer des assurances ou des garanties : bof, les grosses malchances, ça n’arrive qu’aux autres. Après tout, quand on est jeune et prudent, qu’est-ce qui peut bien arriver ?

Contenu

Voici pourtant cinq mésaventures qui prouvent que dans la vie, tout peut arriver.

1 - La morsure de chat qui tourne au cauchemar (Simon, 28 ans)

Comment un animal si inoffensif a-t-il réussi à te mettre K.O. ?

J’essayais d’attraper le chat de ma famille un soir pour le rentrer dans la maison, mais il ne voulait rien savoir et il m’a mordu la main profondément. La blessure s’est infectée, et les antibiotiques oraux n’ont pas réussi à régler l’affaire. Finalement, j’ai dû en recevoir par intraveineuse, et même être hospitalisé pendant cinq jours !

Tu es perchiste sur des plateaux de tournage et tu joues de la batterie. Avec une main hors d’usage, as-tu dû cesser de travailler ?

Oui, j’ai manqué du travail. Je suis travailleur autonome et je n’ai pas de congés maladie : ça m’a donc coûté très cher, en fin de compte !

Tu devais être soulagé en sortant de l’hôpital…

Oui, mais quand je suis arrivé à ma voiture, j’ai vu que l’une de mes fenêtres avait été défoncées et qu’on m’avait volé du matériel de travail. Ce n’était vraiment pas ma journée…

Astuce : as-tu pensé à …

Si Simon n’avait pas pu reprendre le travail, il aurait pu vivre de sérieux problèmes financiers. Une assurance invalidité, ne serait-ce que sur sa carte de crédit, lui aurait donné un coup de pouce pour tenir le coup. Évidemment, il faut y penser avant d’avoir un accident ou de partir à la chasse au chat!

2 - L’accident de vélo (Félix, 31 ans)

Félix, ton vélo a été détruit. Comment as-tu fait pour le bousiller à ce point-là ?

Je me suis fait « emportiérer » alors que je roulais sur l’île Sainte-Hélène. Il y avait beaucoup de trafic à la sortie de La Ronde, les voitures étaient immobilisées et un passager a voulu aller parler à son ami, trois autos plus loin. Il a ouvert sa porte sur moi, et mon nouveau vélo haut de gamme en carbone a été détruit. Le cadre était tordu, il y avait pour plusieurs milliers de dollars de dommages… Heureusement, de mon côté, j’étais poqué un peu, mais ce n’était rien de grave : mon casque m’a sauvé.

As-tu pété un plomb face à ce passager insouciant ?

Mon vélo était assuré. Quand c’est ta passion et que tu travailles pour te payer un vélo de compétition, c’est la moindre des choses. Savoir qu’il serait remplacé m’a aidé à ne pas péter une coche au gars qui a ouvert sa porte… Je me disais : c’est juste du carbone, les assurances sont là pour des situations comme ça !

Astuce : as-tu pensé à …

Grâce à son casque, Félix s’en est tiré avec quelques égratignures, mais c’est le genre d’accident qui aurait pu le blesser gravement, voire lui coûter la vie. Les polices d’assurance vie existent pour éviter de plonger notre entourage dans la tourmente financière à notre décès, ce qui est particulièrement important si on a une hypothèque avec un conjoint ou des enfants. Ce n’est peut-être pas agréable d’y penser, mais c’est un mal nécessaire, tout comme le port du casque de vélo !

3 - La vague qui rend sourde (Martine, 31 ans)

Tes vacances à la plage, ça n’a pas été une partie de plaisir, si je comprends bien ?

Je venais de commencer un nouvel emploi deux semaines plus tôt. On est allés à Virginia Beach pour les vacances de la construction. On s’est installés en camping, on est allés dans la mer… et paf, j’ai reçu une grosse vague en plein dans l’oreille !

Ce n’était pas juste un inconfort temporaire, comme une coupure de coquillage sur le pied ou un coup de soleil ?

Au départ, je pensais que mon oreille était simplement bouchée, mais en revenant je me suis rendu compte que je n’entendais plus rien. J’avais aussi des vertiges. J’ai consulté un spécialiste, et un test d’audition a confirmé une surdité jusqu’à 90 décibels : j’entends seulement les bruits très forts comme le moteur d’une moto de cette oreille-là. En plus, j’ai perdu mon emploi peu après le retour des vacances.

Astuce : as-tu pensé à …

Pas facile de repartir à la chasse à l’emploi après une mésaventure comme celle-là. Heureusement, il existe l’assurance-emploi du gouvernement . Des assureurs privés en offrent également. Les travailleurs peuvent ainsi éviter de trop stresser pendant qu’ils mettent à jour leur CV.

4 - Les malchances dans les Rocheuses (Jérôme, 27 ans)

Qu’est-ce que tu faisais dans les Rocheuses ?

Je travaille comme pilote pour une compagnie d’hélicoptères, et je suis logé et nourri directement à la base, qui se trouve au pied des Rocheuses. Parfois, j’aime me retrouver seul. Ce jour-là, j’avais décidé d’aller jouer de la guitare en nature. Je me suis installé sur le bord d’une falaise avec une belle vue sur le lac et les montagnes. Pendant que je cherchais quelque chose dans mon étui, ma guitare a glissé et est tombée en bas de la falaise. J’ai figé en me demandant si ça venait vraiment d’arriver. J’ai regardé en bas en croyant qu’elle serait en mille morceaux, mais j’ai vu qu’elle avait survécu. Elle baignait dans le lac !

As-tu pu la récupérer ?

J’ai réussi à la reprendre dans l’eau glacée. J’ai essayé de rentrer à la base rapidement, mais en chemin, mon silencieux m’a lâché dans les chemins cahoteux. J’ai tenté une réparation rapide, mais il faisait déjà noir et j’ai entendu le grognement d’un ours (ah, la faune des Rocheuses !). J’ai rangé mes outils en vitesse, et je suis rentré avec le silencieux qui traînait par terre sous ma voiture ! Malheureusement, avec l’eau qu’elle a prise, ma guitare était complètement finie. C’était une Little Martin que j’aimais beaucoup, et qui valait plusieurs centaines de dollars.

Astuce : as-tu pensé à …

Quand on assure nos biens, il y a en règle général une portion des pertes qui doit être assumée par l’assuré : c’est la franchise. Ainsi, si on subit une perte de 1500 $ avec une franchise de 500 $, l’assureur versera 1000 $. Si la valeur de la guitare de Jérôme avait été plus élevée que sa franchise, il aurait pu déclarer sa perte et en obtenir une nouvelle. Bien sûr, même la meilleure assurance du monde n’aurait pas pu remplacer la valeur sentimentale de son instrument.

5 - Le double feu (Alexandre, 18 ans, témoin)

Qu’est-ce qui t’a amené à être témoin de nombreux incendies ?

Je travaillais pour une compagnie de nettoyage après-sinistre dans la région de Québec. Je devais écouter les ondes radio des pompiers et me rendre sur les lieux des incidents où la compagnie pouvait signer un contrat. J’ai donc vu pas mal de feux.

Tu t’es d’ailleurs rendu deux fois au même immeuble à logements en quelques mois…

Oui. La première fois, un homme dont l’appartement était au sous-sol s’était endormi sur son divan en oubliant un rond de poêle allumé. Heureusement, le feu s’était limité à son appartement… Environ 6 mois plus tard, il y a eu un deuxième appel à la même adresse, et c’était encore le même gars, pour la même raison ! Sauf que cette fois, l’incendie avait eu le temps de se propager sur trois étages. Heureusement, tout le monde était sain et sauf. Mais comme le locataire fautif n’était pas assuré, le propriétaire de l’immeuble a dû éponger les frais, tout comme plusieurs autres locataires.

Même s’ils n’étaient pas responsables de l’incendie ?

Oui. Ils ont dû remplacer leurs biens endommagés et aussi, dans certains cas, payer pour se reloger pendant les travaux pour remettre leur appartement en bon état. Plusieurs locataires étaient étudiants et ne savaient même pas s’ils étaient couverts par l’assurance de leurs parents. Certains me disaient même regretter de ne pas avoir pris d’assurance après le premier incendie en pensant que ça ne pourrait pas arriver deux fois.

Astuce : as-tu pensé à …

En plus de penser à prendre une assurance habitation, les locataires de l’immeuble auraient aussi pu se demander si une assurance vie pourrait leur être utile. Après tout, on ne choisit pas ses voisins, et certains sont moins prudents que d’autres !

 

Notes légales 

Toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans l’autorisation préalable écrite de la Banque Nationale du Canada.

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site ne doit en aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. La Banque Nationale et ses partenaires en contenu ne peuvent être tenus responsables des dommages que vous pourriez subir dans le cadre d’une telle utilisation.

Nous tenons à vous informer que l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers un site externe qui n’est pas administré par la Banque Nationale. La Banque ne peut être tenue responsable du contenu de ce site externe ni des dommages résultant de son utilisation.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque Nationale ou de ses filiales.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Catégories

Catégories